congosynthese

LE SURVOL DES AÉRONEFS CIVILS DOIT DÉSORMAIS REQUÉRIR L’AUTORISATION DE LA PRÉSIDENCE

Les impératifs sécuritaires ont obligé le conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité à prendre des mesures strictes. Pour François Beya Kasonga, l’autorisation de survol et d’atterrissage de tout aéronef doit désormais requérir “l’avis préalable obligatoire” du conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de sécurité.

Le directeur général de l’autorité de l’aviation civile a été informé de cette décision de la présidence de la République, par la correspondance datée du 4 mai que le Conseiller spécial lui a adressée parle conseiller spécial en matière de sécurité, note 7sur7.cd. “Pour des raisons évidentes de sécurité nationale, je vous informe que désormais, toute délivrance par vous, en votre qualité de directeur général de l’autorité de l’aviation civile, d’une autorisation de survol et d’atterrissage des aéronefs civils dans l’espace aérien de la RDC est subordonnée à l’avis préalable obligatoire du service du conseiller spécial du chef de l’État en matière de sécurité”, a écrit François Beya Kasonga.Dans ce même registre, le conseil spécial du chef de l’État a fait savoir que les mêmes dispositions s’appliquent aux aéronefs d’État (aéronefs militaires ou de la MONUSCO) pour lesquels précise-t-il, ses services travailleront en collaboration avec l’État-Major du Renseignement. Emma MUNTU

Advertisements

Autres titres

Il faut arrêter avec l’état d’urgence (Lokondo)

Deo

Coronavirus en RDC : l’Equateur aussi touché

Deo

Affaire Kamerhe et consorts: Le tribunal a rejeté une fois de plus les demandes de liberté provisoire

Deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus