Le rapatriement de la dépouille du feu Maréchal Mobutu fait depuis quelques jours l’objet d’un vif débat au sein de la classe politique congolaise. L’affaire vient d’éclater au grand jour et occuper à nouveau les esprits lorsque le député provincial Jean-Claude Vuemba, élu du territoire de  Kasangulu, en province du Kongo central, a tenté de déployer les angles.

Des sources concordantes citant Scoop.net, indiquent que Jean-Claude Vuemba, en séjour en Europe et qui dit avoir ses câbles dans le palais royal marocain, a exhorté le président Félix Tshisekedi à ne pas se laisser induire en erreur, en associant dans l’organisation de ce rapatriement, les anciens mobutistes.

Il exige que seuls ceux qui sont restés fidèles à l’homme de Kawele fassent partie de l’organisation. “Nous ne voulons pas de mobutistes hybrides dans cette organisation”, a-t-il déclaré au média en ligne avec beaucoup d’insistance.

Selon la même source, le président de la République aurait téléphoné au roi du Maroc pour lui manifester sa détermination de rapatriement à Kinshasa, la dépouille mortelle de feu maréchal Mobutu Sese Seko, ancien président du Zaïre.

“Je remercie le président de la république pour son humanisme. Vous savez que la plupart des enfants Tshisekedi sont nés sous Tonton Maréchal, ami à leur papa. Il est de bon droit que Félix Tshisekedi tienne à respecter la promesse de sa campagne à l’Equateur de voir le corps du maréchal Mobutu rapatrié à Kinshasa pour des obsèques et l’enterrement dignes”, a dit l’élu de Kasangalu.

J-C Vuemba souhaite aussi voir la résidence de l’Aigle Kawele et le palais présidentiel de Gbadolite soient réhabilités afin qu’ils soient à la fois des endroits où peuvent se tenir de grandes rencontres politiques et qu’ils soient des sites touristiques pouvant générer des recettes pour le Trésor public.

Au cours d’un entretien accordé à TV5monde, le professeur de sciences politiques à l’université de Liège, en Belgique, Bob Kabamba, avait affirmé que ce rapatriement aurait un sens car il faut bien comprendre que plusieurs responsables congolais décédés à l’étranger n’ont pas pu reposer en RDC.

Un autre analyste politique et chef des travaux, Kamba Gabriel, évoque lui, des préalables à respecter. Il faut, dit-il, “travailler avec la famille biologique et politique du maréchal afin de dégager un consensus autour des démarches à entreprendre. Elles doivent être menées dans un esprit de réconciliation nationale et non de marchandage politique”, conclut-il.

En attendant le corps de l’ancien président de la 2ème République est toujours inhumé à Rabat (Maroc) depuis le 13 septembre 1997.

Raymond Okeseleke