fbpx
congosynthese.com

Le Président Joseph Kabila représenté au culte d’actions de grâce en la mémoire de feu Mzee Laurent Désiré Kabila

Le Président Joseph Kabila Kabange a été représenté, mercredi, par le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, au culte d’actions de grâce organisé par la Fondation Mzee Laurent Désiré Kabila, en la cathédrale du Centenaire protestant à Kinshasa, à l’occasion du 18èmeanniversaire de l’assassinat du Président Mzee Laurent-Désiré Kabila,  Héros national,

L’épouse du Président Joseph Kabila, Marie-Olive Lembe Kabila accompagnée de ses enfants, la députée  Jaynet Kabila, sœur jumelle du Président Joseph Kabila et présidente de la Fondation Mzee Laurent-Désiré Kabila et les membres de la famille biologique du Chef de l’Etat ont assisté à ce culte d’actions de grâce. Se référant au livre de  Deutéronome 16, 18, l’officiant du jour, le révérend docteur Seblon Mpereboye Mpere, aumônier national de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), a déclaré   : « la justice élève une Nation, mais le péché est la honte des peuples ».

Il a, à cet effet, appelé les Congolais à pratiquer la justice dans tous les domaines de la vie nationale afin que Dieu élève la RDC, « pays de M’Zee Laurent Désiré Kabila et de Patrice Emery Lumumba ».

Le révérend Mpere a rappelé que les 16 et 17 janvier de chaque année, les Congolais célèbrent la mémoire de deux héros nationaux, à savoir Patrice Emery Lumumba et Laurent-Désiré Kabila. «A travers le monde entier toutes les personnes qualifiées de nationalistes ont un trait commun, celui de s’être donné corps et âme au développement de leurs patries. Un nationaliste ne travaille pas dans le but de s’enrichir sur le dos de son peuple, mais plutôt pour le bien-être de celui-ci», a dit l’aumônier national de l’ECC.

Parlant de la justice, il a fait savoir que sur le plan vertical, il existe deux sortes de justice, celle de Dieu et celle des humains. Selon lui, Dieu est le juste juge, il traite tous ses enfants de la même manière, qu’on soit Pasteur, fidèle, employé d’entreprise, ministre, député, général, etc. Après, viendra le jugement dernier qui concerne tout le monde. « Personne n’est donc au-dessus de la loi divine », a-t-il souligné.

S’agissant de la justice humaine, l’officiant a fait savoir que celle-ci est liée à la loi, aux coutumes et aux mœurs, soutenant qu’il y’a justice lorsque la loi est appliquée de la même manière pour tout le monde. Il a reconnu une des grandes qualités à feu le Président Mzee Laurent Désiré Kabila, «l’application de la justice équitable vis-à-vis de tous les Congolais, quelle que soit la qualité de la personne».

Pour cet homme de Dieu, «l’injustice, là où elle se pratique, en milieu familial, dans l’église ou dans des institution, sème la haine et crée des troubles tandis que la justice, là où elle est pratiquée apporte la paix et attire la bénédiction de Dieu dans la nation et élève celle-ci.  Celui qui dit la vérité proclame la justice et celui qui dit le mensonge proclame l’injustice. Il  y a la justice lorsque la loi est appliquée de la même manière à tous », a-t-il poursuivi.

« Dieu révèle dans se parole que, l’une de principale condition de l’élévation et du développement d’une nation, c’est la pratique de la justice », a conclu l’Aumônier national.

Matérialisation de la pensée de Mzée Kabila

Prenant la parole au nom de la famille Kabila, l’ambassadeur Mugalu, chef de la Maison civile du Chef de l’Etat, a loué les efforts de reconstruction et de développement de la RDC fournis par le gouvernement, qui s’inscrivent dans la logique de la pensée « Prenez- vous en charge » de ce Soldat du peuple.

Pour lui, l’organisation sur fonds propres du gouvernement des scrutins du 30 décembre dernier, illustre bien cette pensée.

Il a saisi cette opportunité  pour remercier les Congolais qui se mobilisent  le 16 janvier de chaque année pour commémorer la disparition de cet Héros national, soulignant qu’à ce jour, plus de 38.000 touristes ont visité le Mausolée et le Mémorial de cette personnalité politique, selon les statistiques de la Fondation Mzée.

«Les années se sont écoulées, mais nous n’oublierons jamais la date du 16 janvier, à laquelle Mzee avait été fauché dans son cabinet de travail, pendant qu’il était au service de la nation congolaise.  Il était un père affectif et un mari attentionné qui n’a pas connu la joie d’un Président à la retraite aux côtés de ses fils et filles», a conclu l’ambassadeur Mugalu.

Il a émis le souhait que Mzée Laurent Désiré Kabila soit le dernier politique congolais à être victime d’un assassinat macabre.

Les autorités politico-administratives, judiciaires, religieuses, militaires, les mandataires des entreprises publiques, les cadres et militants de partis politiques ainsi que  quelques diplomates et membres de la famille biologique de l’illustre disparu ont pris part à ce culte.

Dépôts des gerbes de fleurs au Mausolée Mzee Laurent Désiré Kabila

Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, représentant du Chef de l’Etat Joseph Kabila, la première Dame Olive Lembe Kabila, le Premier ministre, Bruno Tshibala et les membres du gouvernement ont déposé les gerbes de fleurs au Mausolée Mzee Laurent Désiré Kabila, à l’occasion de la commémoration de la mort du 3ème Président de la RDC, assassiné le 16 janvier 2001.

Dans le cadre de ces hommages, le président de la Cour de Cassation, le président du Conseil économique et social, le gouverneur de la Banque centrale  du Congo, la famille M’zee Laurent Désiré Kabila, le président de la cour Constitutionnelle et le Procureur général de la République ainsi que d’autres personnalités religieuses, diplomatiques et politiques ont également déposé les gerbes de fleurs devant ce Mausolée, en posant aussi la signature dans le livre d’or  .

Témoignages …

L’ancien ministre des Transports  et membre des compagnons de Mzée L.D Kabila, Jean Marie Ntantu Meyi a indiqué que  le feu Président L.D. Kabila était un dirigeant  rigoureux et ouvert vis à vis de ses collaborateurs.

« Il connaissait ses collaborateurs et il les choisissait selon leurs compétences. Nous gardons également de lui, les souvenirs d’un Chef d’Etat rassembleur, qui organisait souvent des entretiens avec les opposants, les leaders de la société civile, sans distinction, ni sentiment », a-t-il soutenu.

Un ancien enfant soldat appelé «Kadogo», Josué Mufula, recruté lors de la révolution de l’AFDL qui est entrée à Kinshasa en 1997, devenu actuellement chef de travaux à l’Université pédagogique nationale(UPN) et élu, député national à Goma dans la province du Nord-Kivu, a rappelé les trois idées fortes laissées par  M’zee Laurent Désiré Kabila aux congolais, à savoir organisez-vous, prenez-vous en charge et ne jamais trahir le Congo.

Il a indiqué que la RDC s’est lancée dans ces traces du Héros national  avec l’organisation des élections sur fonds propres et le pouvoir est restitué au peuple par le Président Joseph Kabila comme voulait lui-même M’zee Laurent Désiré Kabila.

Josué Mufula a salué cette auto-prise en charge  et l’éveil de  conscience des Congolais pour régler les problèmes des Congolais au pays et non à l’étranger. « M’zee est mort  mais il est présent dans nos esprits par ses idées », a-t-il conclu.

Evoquant les souvenirs que les autorités coutumières ont gardé de Mzee Laurent-Désire Kabila, M. Kyungu Kisebwe, président de l’Alliance nationale des autorités traditionnelles du Congo (ANATEC) a fait savoir qu’ils ont frais en mémoire, 18 ans après, le combat mené par feu Mzee Laurent Désiré Kabila pour promouvoir les valeurs ancestrales.

«Il nous a invités à nous prendre en charge à partir des villages, des groupements, des chefferies jusqu’au sommet de l’Etat», a-t-il rappelé, avant d’ajouter que son combat nous inspire et c’est notre raison d’être en ces lieux.

Mzée Laurent Désiré Kabila un personnage irremplaçable dans l’histoire de la RDC, selon Juvénal Kabongo le cabinet de  travail u feu le Président LDK

Juvénal Kabongo, protocole à la présidence, a qualifié Mzée Laurent Désiré Kabila d’un personnage irremplaçable dans l’histoire de la RDC, lors de la cérémonie de commémoration à la « maison blanche » au palais de marbre, où il a été tué.

Il a exprimé un sentiment de désolation du fait que la disparition du Héros national  est une perte pour la nation et sur le plan idéologique.

« Pendant 30 ans de lutte dans le maquis contre les antivaleurs, dont l’impunité, la domination ainsi que l’absence de la démocratie,  Mzée Laurent Désiré Kabila avait compris que les problèmes du pays nécessitaient une solution collective », a soutenu M. Kabongo, recommandant à la jeunesse congolaise de faire des recherches scientifiques sur l’histoire de Mzée Laurent Désiré Kabila et Patrice Emery Lumumba, en procédant par une étude comparative sur leur idéologie, philosophie.

Mzée Laurent Désiré Kabila est né le 27 novembre 1941 à Likasi dans la province du Katanga et fut assassiné le 16 janvier 2001 dans son bureau baptisé « Maison  Blanche » au palais de Marbre à Kinshasa.

Nécessité d’inclure les dates des 16 et 17 janvier dans le cours de civisme

Le Pr Jean Liyongo Empengele de la faculté des sciences humaines, politiques et administratives de l’Université de Kinshasa (UNIKIN), a souligné, dans un entretien avec l’ACP, la nécessité d’inclure les dates des 16 et 17 janvier dans le programme scolaire du cours de civisme pour pérenniser la lutte menée par les héros nationaux Patrice Emery Lumumba et Mzee Laurent-Désiré Kabila.

Selon lui, l’inclusion de ces dates commémoratives permettra notamment d’encourager les jeunes, dès le bas âge, à s’imprégner des idéaux poursuivis par ces héros nationaux.

Ces dates, a-t-il souligné, marquent le début d’un éveil de conscience devant  motiver la jeunesse à s’engager dans la continuité du combat mené par Patrice Emery Lumumba et Laurent Désiré Kabila  pour l’indépendance et la libération  de la République  démocratique du Congo (RDC). M Liyongo a, par ailleurs, soutenu l’idée selon laquelle le peuple congolais peut réussir son dessein de l’autonomie malgré l’influence des puissances étrangères  qui constitue  un frein  pour son développement.

Il a formulé le vœu de voir le mérite de toutes les personnalités historiques de la RDC être reconnues au travers de ces dates. De son coté, le Pr Ernest Kiangu Sindani de la faculté des lettres de  l’UNIKIN, a souhaité qu’au niveau du ministère de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel soit revisité la lecture du cours de l’histoire en donnant un sens positif au combat de ces personnalités historiques de façon à faire rêver la jeunesse congolaise de l’exemplarité de ces héros   pour leur patriotisme. ACP

Autres titres

RDC : bientôt la sortie officielle du single « IGF contrôle » de Félix Wazekwa

Redaction

RDC/ La France apporte un appui financier de 8 millions d’euros à l’hôpital et la Fondation Panzi

Redaction

RDC : la ville de Zongo électrifiée, 50 ans après sa création

Redaction

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus