congosynthese

Après Le 23 Décembre 2018 : Kabila Va Instaurer Une « Dictature De Développement »

Révélations du ministre Bitakwira sur la RTNC

Si l’opposition a d’ores et déjà exclu l’hypothèse d’un boycott, tout en tournant le dos aux méthodes de la Céni, dans les rangs de la MP, tous ne jurent que par une victoire écrasante du dauphin de Joseph Kabila. Le FCC, qui n’entend pas exclure son autorité morale « hier, aujourd’hui et demain », travaille déjà l’après 23 décembre. Avec ou sans les élections prochaines, le FCC mijote une « dictature de développement », avec aux commandes Joseph Kabila. C’est le ministre Bitakwira du Développement rural qui a vendu la mèche, sur la RTNC.

Par Le Potentiel

Le 23 décembre 2018, la Céni promet toujours d’amener le peuple congolais au 3ème cycle électoral de la troisième République. La centrale électorale y croit toujours, et ce, malgré toutes les difficultés qui se dressent sur son chemin. Dans l’opposition, on n’entend pas non plus se dérober à la date du 23 décembre 2018.

A l’instar de la majorité au pouvoir, regroupée sous la bannière de Front commun pour le Congo (FCC), l’opposition, tout en posant certains préalables, notamment le retrait de la machine à voter et le nettoyage du fichier électoral, se dit également prête à affronter son adversaire dans les urnes le 23 décembre 2018. De part et d’autre, il y a donc une volonté d’aller aux élections ? Mais, quelles élections ? C’est tout le problème.

Moins de deux mois avant le lancement, fin novembre, de la campagne électorale pour les élections du 23 décembre 2018, la Céni ne donne pratiquement aucune assurance. Bien des zones d’ombre continuent encore à entourer l’équation électorale. Toujours est-il que les élections de décembre prochain sont entourées d’un grand mystère – alimenté bien évidement par la Céni qui ne donne pas de gage réel de crédibilité.

Pendant ce temps, dans les rangs de la majorité au pouvoir, ses stratèges sont à pied d’œuvre. Le plus important est que le FCC, qui continue à vouer une allégeance sans faille à son autorité morale, travaille à fond sur un schéma qui ferait rebondir Joseph Kabila après les élections du 23 décembre 2018.

Invité en fin de semaine de l’émission « Questions d’actualité » sur la RTNC, la télévision nationale, le ministre du Développement rural, Justin Bitakwira, transfuge de l’UNC de Vital Kamerhe, aujourd’hui membre du comité stratégique du FCC, a fait tomber les masques. De retour d’une mission de travail en Corée du Sud, l’homme a été émerveillé par les prouesses techniques de Séoul. Il nourrit désormais le rêve de le transposer en RDC. Contrairement aux autres, Justin Bitakwira ne réduit ses ambitions qu’au ministère du Développement rural. Si vous me donnez encore ce ministère, dans quatre ou cinq ans, je veux transformer tous nos villages en villes bien développées ».

Le pavé de Bitakwira

Mais, là où Justin Bitakwira se montre tranchant, c’est sur le schéma qu’attend mettre en œuvre sa famille politique après le 23 décembre 2018. Dans tous les cas, l’actuel ministre du Développement rural voit déjà le candidat du FCC remporter « haut la main » la présidentielle du 23 décembre 2018. Parce que, dit-il, « chaque cadre du FCC est propagandiste chargé de faire gagner Shadary ».

Craint-il que l’opposition parvienne à un candidat commun à aligner en décembre prochain pour contrer celui du FCC ? Justin Bitakwira exclut totalement cette hypothèse. « C’est un rêve de croire que l’opposition va parvenir à un candidat commun pour la présidentielle. Il faut attendre le retour de Jésus-Christ pour qu’elle y parvienne ». Qu’est-ce qui fonde cette assurance ? That is the question.

Quant à la machine à voter, Justin Bitakwira confirme son utilisation lors des élections du 23 décembre 2018. « Avec la machine à voter, la RDC a voulu s’inscrire dans la voie de la modernité. En réalité, ceux qui s’opposent à la machine à voter ont plutôt peur d’être ridicules par les urnes », clame l’élu d’Uvira dans le Sud-Kivu.

Mais, bien au-delà la machine à voter et de la victoire écrasante du candidat FCC à la présidentielle, le ministre du Développement rural a fait des révélations qui, en réalité, traduisent l’état d’esprit qui règne dans les rangs de la majorité au pouvoir. Si, de l’avis de Bitakwira, rien ne pourrait compliquer la victoire d’Emmanuel Ramazani Shadary, c’est plutôt le sort à réserver à l’autorité morale du FCC, en l’occurrence le président Joseph Kabila qui est au centre de tous les enjeux.

Elections ou pas à la date du 23 décembre 2018, Justin Bitakwira considère que l’autorité morale du FCC aura toujours un rôle à jouer. Et si l’opposition, note-t-il, tente de compliquer le jeu électoral du 23 décembre, avec éventuellement l’hypothèse d’un report de scrutins, Justin Bitakwira révèle alors le schéma qui se trame au sein du FCC. Au-delà de la date du 23 décembre 2018, la majorité au pouvoir pense déjà à la mise en place d’une « dictature de développement ». Voilà les dessous des cartes. La MP est inspirée par le régime du Rwanda sous Paul Kagame et de la Libye à l’heure Kadhafi.

Une dictature de développement, comme le souligne Justin Bitakwira, c’est autrement dit, le règne de l’arbitraire où le FCC, opérant sous statut d’un parti-Etat, sera le seul maître à jouer sur la scène politique. Retour donc à la case départ, avec les méthodes des années tristes de MPR, parti-Etat. C’est le rêve que nourrit le FCC après le 23 décembre 2018.

Autant dire les déclarations de Justin Bitakwira doivent être prises à leur juste valeur. Ce n’est pas anodin. C’est un ballon d’essai murement réfléchi dans le comité stratégique. Justin Bitakwira n’est juste que l’homme par lequel l’information a été portée au grand public. En réalité, le schéma d’une « dictature de développement » est bien à l’étude au sein du FCC.

C’est dire combien la majorité au pouvoir redoute les élections du 23 décembre 20148. Elle y voit déjà un danger, craignant que les digues du pouvoir qu’elle consolide depuis 2001 ne cèdent sous la pression population.

Rester vigilant

Les images du samedi 12 octobre 2018 où le peuple a entonné à l’unisson des chants hostiles à la machine à voter sont significatives. Sans doute, le FCC a pis la mesure de recadrer sa stratégie. Désormais, elle travaille sur un schéma plus corsé qui, en dehors des élections, vise à asseoir un pouvoir fort et coriace en RDC ; une « dictature de développement », avec à sa tête Joseph Kabila, comme maitre absolu. Justin Bitakwira a commis l’imprudence de révéler ce schéma.

Au peuple congolais de se mobiliser comme un seul homme pour barrer la route à un schéma à la fois suicidaire pour le pays et compromettant pour la démocratie congolaise.


Autres titres

BENI : Une embuscade tendue par les rebelles ougandais ADF fait deux morts et plusieurs dégâts matériels à Oicha-Mukoko-Kisiki (Bilan provisoire)

Kabumba Katumwa

Nord-Kivu : Une attaque des rebelles ADF ciblée contre la base de la Monusco fait trois maisons, un véhicule incendié à Beni.

Kabumba Katumwa

Fayulu et Lamuka désormais favoris en cas de vraies élections

Ben

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus