congosynthese

Le discours de Joseph Kabila sur l’état de la Nation « est creux », selon Francis Kalombo

Francis Kalombo, conseiller de Moïse Katumbi, estime que le discours du Président Joseph Kabila devant le Parlement réuni en Congrès est un discours creux. Selon lui, le chef de l’Etat n’a répondu à aucune préoccupation de la population congolaise et il donne l’impression de quelqu’un qui ne vit pas au Congo.

« Je crois que c’est la déception. C’est un discours creux. Le chef de l’Etat a prouvé qu’il ne vit pas au Congo. Le peuple souffre et lui n’a rien fait. Les gens attendaient qu’il puisse éclairer l’opinion sur son départ et le nom du dauphin. Aujourd’hui, les gens sont déçus », a affirmé Francis Kalombo.

Pas des réponses pour lutter contre l’insécurité

La secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC) Eve Bazaiba affirme qu’elle n’arrive pas à se situer dans le discours du président de la République. Elle fait remarquer que la situation sociale de la population et l’insécurité n’ont pas trouvé des réponses dans l’adresse de Joseph Kabila.

« J’ai l’impression que nous évoluons dans deux planètes différentes parce que ce que vivent les Congolais sur les problèmes sociaux, le chef de l’Etat voit du positif. Lorsqu’il parle du rétablissement de la paix dans un pays qui a 136 groupes armés incontrôlés, un pays où on dénombre chaque jour des tueries sur tout le territoire, c’est regrettable. On ne peut pas parler de la sécurité des personnes et des biens », analyse Eve Bazaiba.

Constitution

« Le chef de l’Etat n’a que deux mandats constitutionnels. Donc les perspectives qu’il a définies seront réalisées par d’autres personnes », a pour sa part expliqué le député national Henri-Thomas Lokondo qui rappelle que la constitution n’attribue pas à Joseph Kabila plus de deux mandats.

« Le Président a réaffirmé que les élections auront lieu au mois de décembre et qu’il va respecter la constitution. Puisque la constitution dit qu’il n’avait que deux mandats, le reste va être accompli par d’autres personnes que lui appuiera éventuellement pour pérenniser ce qu’il a fait comme travail », argumente M. Lokondo.


Autres titres

Olivier Kamitatu: « Le pouvoir cherche le chaos pour se maintenir coûte que coûte »

Deo

Kamerhe : “Nous voulons qu’il soit bien entendu que l’opposition ne boycottera pas les élections du 23 décembre 2018”

Deo

Jean-Pierre Bemba : « Avec Félix Tshisekedi, à Bruxelles, nous avons convenu tous sur la machine à voter »

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus