fbpx
congosynthese.com

Le Comité laïc de coordination (CLC) n’organisera pas de marche anti-Tshisekedi en RDC

Le Comité laïc de coordination (CLC) a décidé de renoncer aux protestations contre les résultats de la présidentielle en RDC.
Le collectif apolitique a été notamment l’organisateur des manifestations anti-Kabila et avait dénoncé le caractère frauduleux de l’élection présidentielle de décembre.
Le CLC a déclaré à la BBC qu’elle ne soutiendra pas de manifestations contre Félix Tshisekedi après sa prestation de serment la semaine dernière.
Ce collectif a joué un rôle déterminant dans l’organisation des manifestations de masse contre l’ancien président Joseph Kabila, qui a démissionné après 18 ans au pouvoir.

La RDC garde un souvenir amer de cette répression des manifestations anti-Kabila. Une messe a d’ailleurs été célébrée pour les morts de ces marches.
Les noms des 15 personnes tuées pendant la répression des trois marches ont été cités et la mémoire d’autres « disparus » et « victimes anonymes » évoqués.
Les membres des familles des victimes ont été longuement acclamés par l’assistance composée d’un peu plus de cinq cents personnes.

« La beauté de leur sacrifice et leur sang versé arrosent, aujourd’hui, avec fierté et honneur, l’arbre de notre liberté », a souligné Mgr Édouard Kisonga, évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Kinshasa.
Dans son sermon, le prélat a indiqué que les victimes de la répression de ces marches qui réclamaient l’organisation des élections et le départ de Joseph Kabila du pouvoir au terme de son mandat, « ont dénoncé le mal, l’ont combattu et en sont sortis victorieux ».

LIRE AUSSI: Après treize mois de planque : le prof Thierry Nlandu sort de sa clandestinité

Les actions du CLC ont contribué à « l’éveil de la conscience populaire », a estimé son président, Isidore Ndaywel.
« Par la volonté du peuple, les élections ont eu lieu; par la volonté du peuple, il n’y a pas eu de troisième mandat; par la volonté du peuple, il n’a pas été question du transfert du pouvoir à un dauphin » s’est-il félicité.
Pour le professeur Ndaywel, Ce que le peuple attend désormais du nouveau président de la République « c’est l’instauration d’un véritable État de droit ».

Autres titres

Élections 2023 : Le collectif 24 alerte sur le respect des principes de l’accès à l’information pour des élections démocratiques

Patrice Kayembe

Arrivée à Kinshasa de la relique de Patrice Emery Lumumba

Redaction

Denis Mukwege invite la population Congolaise à dénoncer les messages d’incitation à la haine

Redaction

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus