fbpx
congosynthese.com

Le Chef de l’Etat pour la sauvegarde de l’écosystème des régions traversées par les rivières Tshikapa et Kasaï

Le Chef de l’Etat, Félix Antoine Tshisekedi, a appelé le gouvernement à assurer la sauvegarde de l’écosystème des régions traversées par les rivières Tshikapa et Kasai, aujourd’hui victimes  des substances toxiques déversées ayant entraîné  la mort brusque et importante des poissons et autres espèces  animales  aquatiques.

 Le Président de la République, qui a lancé cet appel lors du dernier conseil des ministres fait sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC) par le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya Katembwe, a indiqué, en outre, que « cette situation requiert une évaluation rapide des dégâts, pour gérer efficacement la pollution de ces eaux ». Ce, dans le souci de préserver également la santé des riverains.

Dans le même cadre, le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, Christophe Lutundula, a été « instruit  de prendre des dispositions nécessaires, en vue d’obtenir des  explications auprès de l’ambassadeur de l’Angola accrédité en RDC, pour en savoir plus sur la survenance de cette situation et d’envisager la réparation des préjudices causés », ce pays se trouvant en amont des rivières précitées. « Rien ne saurait justifier, dans notre écosystème, la mort aussi brusque et importante des poissons et autres espèces des  animaux aquatiques vivant dans ces eaux, en dehors de la présence des substances toxiques dont l’origine criminelle ne saurait être séparée de l’action de l’homme », a réagi dernièrement un député élu de Tshikapa joint par l’ACP.

De son côté, le président de l’ « Académie des sciences sur le Bassin du Congo » et Professeur à la faculté de Droit de l’UNIKIN, François Bokona Wiipa, affirme que la mine angolaise de diamants de Catoca, la 4ème  plus grande au monde, serait à la base de cette situation, avec des coulées rouges s’échappant depuis le 20 juillet, d’après un rapport de Visio Terra se basant sur l’imagerie satellitaire.

Ce chercheur, également juge à la Cour constitutionnelle, qui indique que plusieurs rivières congolaises, dont les rivières Fimi, Kwilu, Kasai, Tshikapa, sont touchées par cette  pollution consécutive à l’activité minière en Angola, propose par ailleurs, une solution juridique concertée entre tous les États membres du Bassin du Congo, afin de prévenir, dans l’avenir, des catastrophes de pollution  de ce genre.

La vice-Premier ministre en charge de l’Environnement et développement durable, Eve Bazaiba, a déjà dépêché, renseigne-t-on,  des experts sur terrain pour suivre l’évolution de cette catastrophe écologique et proposer des solutions idoines au Président Félix Tshisekedi qui tient aux explications claires à ce sujet.

Autres titres

Attaque du convoi des véhicules des civils en Ituri : « Certains conducteurs s’alignent derrière l’escorte », déplore le gouverneur Johny Nkashama

deo

RDC: Bientôt les travaux des projets d’investissements seront lancés dans les 145 territoires

deo

Michael Lokombe, un ancien militaire britannique d’origine congolaise, reconte son experience de guerre en Irak

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus