congosynthese
  • Home
  • Actualité
  • L’AMBASSADE D’ANGOLA À KINSHASA DÉCRYPTE LES PROPOS DU NUMÉRO 1 ANGOLAIS

L’AMBASSADE D’ANGOLA À KINSHASA DÉCRYPTE LES PROPOS DU NUMÉRO 1 ANGOLAIS

” Le Président Kabila est mieux placé pour suivre- ou pas- nos conseils “.

Qu’a dit exactement le Président angolais lors sa conférence de presse conjointe avec son homologue français le 28 mai à Paris ? L’ambassade d’Angola en RDC a fait parvenir à Forum des As ” une traduction non officielle ” des propos de Joao Lourenço. Les lecteurs auront réalisé que la première partie de la traduction a trait aux relations bilatérales entre l’Angola et la France. Document.

TRADUCTION NON OFFICIELLE CONFERENCE DE PRESSE DU PRESIDENT JOAO LOURENCO EN FRANCE
Merci beaucoup Président Emmanuel Macron.
Je voudrais tout d’abord remercier le fait que, dans un passé récent, de m’avoir reçu ici dans ce palais d’Elysée, dans ma condition, encore de candidat aux élections présidentielles. Il n’y a pas beaucoup qui ont ce privilège, donc je considère cela comme un grand signal de confiance et en guise de rétribution, nous avons décidé de choisir la France comme le premier pays de l’Union Européenne à visiter officiellement.
Nous prétendons avec la France, établir un véritable partenariat stratégique, nous visons à renforcer les liens d’amitié et de coopération dans tous les domaines, en mettant l’accent sur l’éducation, la culture, la politique, la défense et la sécurité et aussi évidemment dans tout cela, dans les relations économiques et entreprises, afin d’encourager les entrepreneurs privés français à investir en Angola et de motiver ceux de l’Angola à faire leurs investissements en France.
Nous remercions le fait que vous avez créé l’opportunité pour que, les membres de mon Gouvernement et la délégation des entrepreneurs qui sont ici avec nous – ce n’est pas une grande délégation, mais c’est expressive – donc ils ont eu cet après-midi l’occasion de se rencontrer et de travailler avec au moins 80 des principales entreprises publiques et privées de la France.
Nous remercions également l’opportunité que vous avez créée à notre faveur, tout en étant dans le programme de la visite, dans quelques institutions très importantes, comme l’UNESCO, que nous avons eu l’opportunité de visiter ce matin, le Lycée polytechnique, qui nous a beaucoup impressionné par le niveau de recherche scientifique, qui est en train d’être produit là-bas, que ça soit les entreprises publiques, que ça soit dans le domaine de l’aéronautique, mais surtout dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage que nous aurions l’occasion de visiter demain (aujourd’hui) dans la ville de Toulouse.
Par conséquent, nous voulons réaffirmé ici la volonté de l’Angola de rétrécir de plus en plus nos relations, le fait d’avoir manifesté également l’intérêt d’être membre, d’une manière ou d’une autre – ou comme Observateur ou comme membre du plein droit – de l’Organisation Internationale de la Francophonie pour un rôle important, que cette organisation joue dans le monde, mais beaucoup en particulier, dans notre continent.
Donc, une fois de plus, merci Monsieur le Président Emmanuel Macron, de notre côté, nous ferons tout, pour qu’on puisse mettre en œuvre les importants accords que nous venons de signer ici, que ces accords ne puissent pas rester dans les écritures, mais ça reflètent, en réalité des projets qui vont aider au développement de nos pays, dans l’intérêt des Angolais et des Français.

TOUT EST ENTRE LES MAINS DU POUVOIR POLITIQUE A KINSHASA
La RDC est un pays avec près de cent millions d’habitants et fait frontière avec au moins neuf pays africains. Ceci pour dire qu’aucun d’entre nous, veut voir l’instabilité en RDC, tenant que des conséquences qui peuvent advenir dans toute cette région, pour la Région de l’Afrique Centrale, pour la Région des Grands Lacs et même pour la Région de la SADC, sachant que la RDC est membre du plein droit de la SADC. Il ne s’agit pas de quelqu’un dire “le Président Kabila doit quitter”, en fait, personne n’a le droit de le faire, c’est un problème que le peuple congolais doit lui-même résoudre, surtout les électeurs que dans les urnes devront exprimer leur volonté d’élire le Président qu’ils pourront juger le plus meilleur, le plus adéquat, pour la nouvelle étape politique qui y vient.
Ce qui se passe, est qu’il y avait un accord entre le Gouvernement et l’Opposition, qui a eu à la médiation de l’Eglise – nous dirons, a eu la bénédiction de l’Eglise et tout ce qui est béni, doit être respectée. Et ce que nous faisons jusqu’ici et quand je dis que nous, ce n’est pas seulement le Président du Rwanda et le Président de l’Angola – mais d’une manière générale, les Chefs d’Etats qui président les Organisations Régionales qui se trouvent aux alentours de la RDC, le Président Paul Kagame, pour raison que vous connaissez, est actuellement Président de l’Union Africaine. Moi, non seulement, en ma qualité du Chef de l’Etat d’un pays voisin de la RDC, mais surtout en ma qualité du Chef de l’Etat d’un pays et Président de l’Organe de Politique, Défense et Sécurité de la SADC. Le Président Sassou Nguesso en sa qualité de voisin, d’une part, mais aussi en sa qualité de Président de la Conférence Internationale de la Région des Grands Lacs. Le Président Ali Bongo en sa qualité de Président de la Commission Economique des États d’Afrique Central et le Président Cyril Ramaphosa, en sa qualité de Président de la SADC. Nous tous – pas seulement les deux – je le répète, l’Angola et le Rwanda, mais nous parlons tous, entre-nous de manière régulière sur l’avenir de la RDC, nous parlons toujours avec lui-même le Président Kabila sur l’avenir de son pays.
Il est très clair qu’on doit comprendre ici, on n’a pas la prétention de manière d’intervenir dans les sujets internes de ce pays ; nous conseillons seulement, donc nous montrons la bonne voie, que ça soit pour les congolais, que ça soit pour nous les pays voisins, le respect des Accords de la S. Silvestre, qui disent qu’il doit y avoir lieu les élections -qui, par ailleurs déjà prévue pour le 23 Décembre de cette année – et aussi ils disent, entre-autres, que le Président actuel ne doit pas postuler et le pouvoir politique doit libérer les prisonniers politiques, même pour créer un environnement favorable pour la tenue des élections ; parce cette question n’est seulement les élections mais, les élections doivent avoir lieu dans un bon climat politique, la réconciliation avec tous, la Société Civile, l’Eglise et que ces élections doivent être acceptées par la Communauté Internationale, parce que faire des élections, on pourra bien le faire même demain, mais si personne ne le reconnaît, on gagne rien du tout !
C’est pour cela, nous conseillons d’une manière régulière, le Président Kabila de suivre cette voie ; un conseil n’est pas une obligation, lui, il est mieux placer, s’il va accepter ou pas nos conseils. Ce qui est évident, s’il n’accepte pas nos conseils, nous ne pouvons pas le pressionner d’une manière ou d’une autre ; c’est lui-même qui a au fond la décision dans ses mains, de réaliser des élections crédibles ou pas, c’est le pouvoir politique à Kinshasa.
Nous ne voulons pas qu’après le mois Décembre, on commence à déplorer et dire que les élections se sont réalisés dans un climat qui n’est pas satisfaisant à la grande majorité et puis cela pourrait engendrer le climat d’instabilité dans ce pays et nous tous, nous allons souffrir pour ça. Nous pensons donc, que nous avons le droit de nous protéger. Nous ne voulons pas des confusions dans nos frontières, mais très loin de cela, que Kinshasa pourrait interpréter les déclarations qui ont été faites par du Président Emmanuel Macron qu’ils y avaient rien d’anormal.
Disons que, les conversations entre le Président Kagame et le Président Joâo Lourenço ne sont pas faites en cachette, ont été faites lors des sommets auxquels, nous nous réunissons et l’unique sujet que nous traitons qui concerne la RDC, il n’y a aucune conspiration ; bien au contraire, il y a la nécessité de montrer au Président Kabila, qu’il doit respecter les Accords de la Saint Silvestre. Le Président Kabila aura une rencontre avec moi à Luanda, dans les prochains jours, nous espérons bien que, ça puisse se réaliser, ainsi nous continuerons à parler jusqu’à ce que, les élections se produisent et nous pouvons féliciter le gagnant. Merci beaucoup.
Ambassade de la République d’Angola en République Démocratique du Congo-Kinshasa, le 30 Mai 2018.-


Autres titres

Incursion des rebelles Adf à Beni: Une dizaine de personnes tuées, plusieurs blessés,et pillages de maisons de commerces, bilan provisoire.

Deo

Corneille Nangaa : “Avec ou sans argent il y aura des élections le 23 décembre !”

Deo

RDC-Présidentielle : le candidat Théodore Ngoy appelle Jean-Pierre Bemba à le soutenir

Deo

1 commentaire

Lupape Bwana kapumba Kasongo Abdalla juin 4, 2018 at 11:48

Mr Lorenzo ecoutez moi très bien vous et Paulo ne essayez pas d ´attaquer notre pays r d congo je crois tu comprendre moi très bon.
This is in english Mr . Lorenzo listen to me you and Paulo pdt of rwanda do not trying to attach our nation d r congo.
Je souhaite tu comprendre moi très bien mon.
I hope you understanding me very well.

Reply

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus