congosynthese

La revue de presse de ce Jeudi 24Mai 2018

L’AGENCE CONGOLAISE DE PRESSE assure qu’il y a eu une fausse alerte de l’épidémie d’Ebola à Kinshasa. Selon le bulletin quotidien, Le ministère de la sante demande à la population kinoise d’éviter de propager des rumeurs et informations non revivifiées qui risquent de créer la panique et de nuire à l’efficacité de la riposte contre l’épidémie à virus Ebola.

Il note, par ailleurs que, le ministère de la Santé reste la seule source officielle sur cette épidémie qui apparait pour la 9 ème fois en République démocratique du Congo, dont des cas confirmés ont été enregistrés particulièrement dans la province de l’équateur.

FORUM DES AS titre en manchette : Ebola à Kinshasa : fausse alerte. Le quotidien de Limete qui se confie à la source du ministère de la Santé affirme que la patiente venue de Brazzaville souffrait plutôt d’une jaunisse non liée au virus, et la Grande-Bretagne annonce une aide de plus de 6 millions de dollars.

Pour le même tabloïd, les Kinois ont éprouvé une peur irraisonnée à la suite d’une rumeur mercredi 23 faisant état d’un cas d’Ebola détecté à l’Hôpital général de référence de Kinshasa, ex-Mama-Yemo.

L’AVENIR ajoute à sa Une : Pas d’Ebola à Kinshasa. A en croire le quotidien de l’avenue Bas-Congo, une peur justifiée a été perceptible dans le chef des Kinois, surtout lorsqu’on sait que cette mégapole regorge près de 10 millions d’âmes. Si on ne peut que prendre en compte l’état de d’insalubrité généralisé, ou le déficit criant en termes d’infrastructures de base, écrit L’AVENIR, la présence du virus Ebola dans cette ville est susceptible de provoquer plusieurs morts.

L’AVENIR poursuit que cette rumeur a même fait l’objet d’une réunion spéciale des Directeurs centraux et des Programmes spécialisés avec le Secrétaire général à la Santé. Il s’avère qu’aucun cas n’a été confirmé à Kinshasa jusqu’à ce jour.

ACTUALITE.CD fait également état d’une fausse alerte sur un cas suspect d’Ebola à Kinshasa. Le média en ligne kinois rapporte qu’“après investigations cliniques et épidémiologiques à l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa (ex Mama Yemo), la patiente venant de Brazzaville, interceptée au port Beach Ngobila, présentait une jaunisse non liée à la maladie à virus Ebola”, dit un communiqué du ministère publié ce mercredi 23 mai 2018.

L’épidémie reste donc circonscrite dans la province de l’Équateur où deux malades qui s’étaient évadés lundi de l’hôpital général de Wangata à Mbandaka ont été retrouvés morts hier. L’enterrement sécurisé a été assuré par la Croix-Rouge en présence de MSF. Un autre qui s’était échappé samedi a été retrouvé avant-hier au marché.

Pour LA PROSPERITE, l’épidémie d’Ebola est à un stade crucial. Citant l’OMS, le quotidien de Mont-Fleury donne le bilan total de l’épidémie d’Ebola dans le nord-ouest de la RDC établi mercredi. Il fait état de 27 tués et 53 cas dont 23 confirmés. Trois travailleurs de la santé figuraient parmi les 58 cas signalés, écrit LA PROSPERITE

Il ressort de RADIO FRANCE INTERNATIONALE qu’en RDC, l’épidémie n’est pas «actuellement» une urgence de santé mondiale, estimant que la situation peut «être maîtrisée». « Neuf pays voisins de la RDC, y compris le Congo-Brazzaville et la République centrafricaine, ont été informés qu’ils courent un risque élevé de propagation », note le même dans son site. Pour RFI, il ne doit pas y avoir de restrictions de voyages ou d’entraves au commerce international. La réaction immédiate du gouvernement congolais, de l’OMS et de ses partenaires, laisse sérieusement penser que la situation peut être contrôlée.

ONU ONFO lance dans son site NEWS.UN.ORG/fr que l’épidémie d’Ebola a plusieurs épicentres, proches de liaisons fluviales. Selon ce média en ligne, en République démocratique du Congo, l’épidémie d’Ébola est arrivée à un stade crucial. Un avertissement est lancé mercredi à Genève par l’OMS, lors d’une réunion spéciale en marge de la 71eme Assemblée mondiale de la santé.

L’OMS s’inquiète notamment du fait que l’épidémie ait plusieurs épicentres, proches des liaisons fluviales. Après avoir dressé un nouveau bilan –27 décès et 58 cas, dont trois travailleurs de la santé– le Représentant permanent de la RDC auprès de l’ONU-Genève, Zénon Mukongo Ngay, a fait part du message du Ministre de la Santé congolais, resté au pays pour gérer la crise. Il a exhorté tous les habitants à faire preuve de « patriotisme » en s’impliquant dans la riposte. Il est aussi revenu sur la vaccination et les risques économiques.

Raymond Okeseleke/MMC



Autres titres

Revue de presse du vendredi 19 octobre 2018

Deo

Revue de presse du mercredi 17 octobre 2018

Deo

Revue de la presse de ce mardi 16 octobre 2018

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus