congosynthese

La RDC sollicite le retrait des sanctions européennes avant la tenue des scrutins

She Okitundu: Suite aux mesures restrictives prises unilatéralement à l’encontre de certaines personnalités Congolaises, il se dégage une inégalité de traitement à ces élections entre les différents candidats frappés par ces mesures et les autres. Il s’agit en particulier du candidat Emmanuel Shadary privé de sa liberté fondamentale de se mouvoir pour expliquer aux partenaires extérieurs sa vision. Cette privation de sa liberté d’aller, venir peut être à dessein exploitée négativement par ses adversaires.
Nous avons à faire ni plus ni moins à un cas flagrant d’ingérence inacceptable dans le processus électoral Congolais de la part de l’Union Européenne.
Les organisations sous-régionales et continentales africaines s’en sont fortement inquiétées en condamnant ces sanctions unilatérales infligées à des personnalités Congolaises par des pays et organisations extra continentales et exigé leur retrait.
En l’occurrence, il s’agit respectivement du Sommet de l’Union Africaine de juillet 2017, le 37ème Sommet SADC en aout 2017, le Sommet Ministériel de la CEEAC et plus récemment le Conseil Paix et Sécurité de l’Union Africaine lors de sa dernière session du 19 novembre 2018.

A la rigueur, faute du retrait pur et simple de ces mesures restrictives, j’ai requis, au nom des relations historiques entre l’Union Européenne et notre pays, leur suspension moyennant une période probatoire en guise d’une solution de compromis qui serait très appréciée.

En conclusion de cet entretien téléphonique, il s’est dégagé une divergence profonde entre la position Congolaise et celle de l’Union Européenne, celle-ci préférant une reconduction technique des mesures querellées et leur révision postérieurement au déroulement des élections.

Dans l’hypothèse où l’Union Européenne demeurait insensible à la demande Congolaise soutenue par l’Union Africaine et les organisations sous-régionales africaines habilitées, cela compromettrait dangereusement nos relations de partenariat.

En effet, la révision des mesures restrictives n’a d’intérêt que si elle intervenait antérieurement à la tenue des élections car postérieurement à celles-ci elle perdrait toute signification et partant constituerait un non-événement comme je l’ai rappelé à certains d’entre vous.

Face à une telle fin de non-recevoir, le Gouvernement se verrait en désespoir de cause dans l’obligation de se réserver à son tour son droit souverain de prendre des mesures de rétorsion qui s’imposent dont il préfère taire en ce moment la nature et l’ampleur.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Autres titres

Corneille NANGAA supervise le convoi des fiches des résultats et PV vers l’intérieur du pays.

Deo

Présidentielle : le FCC accuse Tshisekedi d’inciter à la violence après son appel à contester les résultats si « Shadary est proclamé vainqueur »

Deo

Kikwit: Martin Fayulu s’engage à développer la RDC s’il est élu président

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus