congosynthese

La RDC demande aux Etats-Unis et à l’UE de lever les sanctions contre certaines personnalités congolaises

La RDC demande à l’Union européenne (UE) et aux Etats-Unis de lever les sanctions prises contre certaines personnalités congolaises. Cette demande a été faite la semaine dernière au Conseil des droits de l’homme de l’ONU par le ministre congolais des Droits humains, André Lite.

Ce dernier estime que ces sanctions, qui consistent au gel des avoirs et interdiction de visa pour l’UE et les Etats-Unis, ont été prises en violation de la présomption d’innocence. Et donc, elles doivent être levées sans conditions.

« Je suis, en ma qualité du ministre de promotion et de protection des droits humains, contre lesdites sanctions parce qu’elles violent le droit international. Tous les experts peuvent s’accorder là-dessus. En prenant ces sanctions, par ces puissances, on a ignoré le principe de présomption d’innocence et son corolaire de droit de la défense. Personne parmi les victimes de ces sanctions n’a été approchée », a argumenté André Lite.

De son côté, l’ONG congolaise Association africaine des droits de l’homme (ASADHO), en appelle au maintien de ses sanctions. Cependant, son président propose que si jamais l’Union européenne veut lever ces sanctions, il faudrait que ces personnalités congolaises soient jugées par la justice congolaise, parce que les faits qui ont conduit aux sanctions sont des faits infractionnels ayant occasionné la mort de certains Congolais.

L’Union européenne avait adopté ces sanctions contre certaines personnalités congolaises en décembre 2016 et mai 2017 pour « entrave au processus électoral et violation des droits de l’homme ». Malgré les demandes de Kinshasa pour « suspendre » ces sanctions en raison des élections du 30 décembre 2018, l’Union européenne a décidé de les prolonger jusqu’au 12 décembre 2019.

Advertisements

Autres titres

Nord-Kivu : Fini l’isolement de la ville de Goma

Kabumba Katumwa

Procès 100 jours : 3-eme audience en cours à Makala

Deo

Assemblée nationale: Une motion de défiance contre le ministre de la défense. Déjà plus de 30 signatures

Deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus