congosynthese

LA MP BRANDIT L’ARTICLE 64 CONTRE UNE « TRANSITION SANS KABILA »

Le porte-parole de la Majorité présidentielle, André-Alain Atundu a, au cours de la conférence de presse qu’il a tenue hier jeudi 25 octobre, indiqué qu’elle sa famille politique ne se privera pas de recourir à l’article 64 de la Constitution pour barrer la route à tout individu qui voudrait prendre et exercer le pouvoir par la force en préconisant le report des élections. Pour l’ambassadeur Atundu, cela « est en somme la version du plan transition sans Kabila ».

Au regard de cette menace, « la Majorité Présidentielle exhorte la population congolaise à se prendre résolument en charge et à s’approprier la souveraineté démocratique de son processus électoral, car les puissances d’argent ne supportent pas les démocraties dont elles ne sont inspiratrices et dont elles ne maitrisent le système », a déclaré le porte-parole de la famille politique du chef de l’Etat. 
La Majorité présidentielle estime que le processus électoral s’achemine inexorablement vers sa bonne fin, avec la conviction d’ouvrir ainsi une politique nouvelle et porteuse de développement pour respecter l’échéance de l’émergence économique en 2030.
Par ailleurs, la Majorité présidentielle, par la voix de son porte-parole, a félicité le Dr Denis Mukwege pour le Prix Nobel qui lui a été décerné le 5 octobre courant. Cette très haute distinction récompense le combat de Dr Mukwege pour sa lutte en faveur des femmes victimes des violences sexuelles dans l’Est de la RDC. La situation de ni paix ni guerre, qui perdure depuis plusieurs décennies maintenant dans cette partie du pays est à l’origine des viols massifs et répétitifs dans les provinces du Nord-Kivu et Sud-Kivu notamment. 
Mais le porte-parole de la MP fait remarquer que le prix décerné au Dr Mukwege est une reconnaissance des avancées nationalistes de notre pays, selon le principe, « le peuple congolais doit se prendre en charge » que nous a légué M’zee et qui inspire toutes les actions du président Kabila depuis son avènement.
A l’occasion, la Majorité présidentielle a également félicité le gouverneur du Lualaba, Richard Muyej, nominé par le magazine américain Forbes États-Unis pour, précise-t-il, sa capacité à mettre en exécution sur le terrain, la vision nationale du développement. Une preuve, selon la famille politique du Raïs, que la nouvelle répartition territoriale en 26 provinces, préconisée par le président Kabila, est la voie du développement car elle ouvre de nouvelles perspectives aux populations congolaises de l’arrière-pays.
Outre ces deux Congolais, la MP a présenté ses félicitations à la toute nouvelle Secrétaire général de l’OIF, la Rwandaise Louise Mushikiwabo. Son élection, note Atundu, a mis au grand jour deux conceptions concurrentes de la francophonie qui pourraient se traduire par un antagonisme handicapant sur le terrain : l’une politique, l’autre culturelle et linguistique. Pour le porte-parole de la MP, il reviendra à l’actuelle SG de l’OIF de « mettre à contribution sa vive intelligence et son immense talent de diplomate pour concilier les contingences politiques du moment et les exigences fondamentales de linguistique, et de culture pour conduire notre beau bateau commun à bon port jusqu’à la fin de son mandat. » L’ambassadeur Atundu semble formel : « ces deux réalités structurantes de la vie internationale ne peuvent être ignorées ou sous-estimées ; ni l’une ni l’autre. » Didier KEBONGO

forumdesas


Autres titres

RDC-Présidentielle : Vers une nouvelle coalition intégrant les opposants qui soutiennent Fayulu

Deo

Machine à voter : Le Royaume-Uni encourage la CENI à appliquer les recommandations de Westminster Foundation

Deo

Elections : l’UNC décide de faire cavalier seul

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus