fbpx
congosynthese.com

Kinshasa : la police empêche le sit-in du CALCC, MILAPRO et certains partis politiques devant la CENI

La police nationale congolaise a empêché ce lundi 22 novembre le sit-in prévu par le CALCC, MILAPRO, le FCC et Lamuka devant la CENI pour exiger l’indépendance de cette institution d’appui à la démocratie. Les voies menant au siège de la CENI dans la commune de la Gombe sont quadrillées par les forces de l’ordre. 

Les agents de sécurité filtrent les entrées dans les périmètres du siège de la CENI. Des véhicules empruntant cette voie sont aussi contrôlés. Et ce contrôle provoque des embouteillages sur ces artères. 

Le Conseil de l’apostolat des laïcs catholiques du Congo (CALCC), le ministère des Laïcs Protestants (MILAPRO) ainsi que les Forces sociales et politiques de la nation avaient confirmé le maintien de leur sit-in ce lundi à partir de 9 h devant le siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à Kinshasa et dans tous les bureaux de la CENI, dans les provinces de la RDC. 

Et ce, en dépit de « l’interdiction », par l’hôtel de ville de cette manifestation. 

Cette manifestation devrait connaitre aussi la participation totale des parties politiques d’opposition et de la résistance dont le Front commun pour le Congo (FCC) de Joseph Kabila et Lamuka de Martin Fayulu. Le député national du FCC Fidèle Likinda donne les raisons de leurs implications à cette manifestation. 

« Je confirme la présence active de tous les partis du FCC devant le siège national de la CENI. Aujourd’hui, nous avons un adversaire commun qui bloque le développement de notre pays. En politique, il n’y a pas d’adversaire ni d’ennemi éternel. C’est ainsi que nous avons pris conscience pour attirer nos différents partis politiques pour retrouver l’honneur de la République, sauver le pays qui est dans danger, sauver la population qui est menacée », a argumenté le député Fidèle Likinda. 

« Le chef de la police de Kinshasa a l’obligation constitutionnelle de sécuriser. S’il ne le fait pas, il sera complice. Parce que, l’article 26 de notre constitution, il n’est pas demandé de nous indiquer une zone neutre. Nous ne voulons pas vivre un Yumbi bis, dans cette ville. Nous allons marcher ! », a martelé cet élu. 

Ce sit-in vise à « revendiquer la tenue d’un processus électoral crédible et transparente, la suppression de la taxe RAM, l’amélioration de condition de vie de la population ainsi que l’effectivité de la gratuite de l’enseignement ». 

Autres titres

RDC : Felix Tshisekedi accueille 6 chefs d’État ce jeudi à Kinshasa

Patrice Kayembe

Kasaï-Central : « La situation de violences sexuelles et celle basée sur le genre est très préoccupante  » (Nathalie Kambala)

Patrice Kayembe

RDC : le Président sénégalais Macky Sall est arrivé à Kinshasa

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus