congosynthese

Kinshasa et Bruxelles à l’heure de la redynamisation des relations bilatérales

Tel est l’objectif du séjour dans la capitale congolaise d’une grande mission conjointe Affaires étrangères – Défense belge

Une mission conjointe des Affaires étrangères et de la Défense belge séjourne à Kinshasa depuis le  dimanche 12 mai 2019. Cette délégation composée de l’Ambassadeur Renier Nijskens (ancien ambassadeur de Belgique en RDC au début des années  2000), Envoyé Spécial pour la Région des Grands Lacs, et du Général-Major Philippe Boucké, adjoint du Chef d’État-major des Forces Armées belges, a pour but de redynamiser les relations bilatérales.

Pendant trois jours, cette mission doit examiner avec les autorités rd congolaises la manière dont la Belgique va  contribuer au mieux à accompagner la République démocratique du Congo vers les changements souhaités par la population congolaise.

Un rapprochement amorcé à Washington

L’arrivée de cette mission avait été annoncée par le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, et de la Défense, Didier Reynders, dans un communiqué publié par le Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères, le vendredi 10 mai.

Selon le vice-premier ministre belge, cette mission fait suite à sa rencontre à Washington le 3 avril dernier avec le Président Tshisekedi, en marge d’une réunion de l’OTAN. En fait, le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, en séjour de travail aux États-Unis avait échangé le 3 avril avec le ministre belge des Affaires étrangères et de la Défense, Didier Reynders, sur la coopération militaire et la gouvernance.

Finie la crise diplomatique !

Pour rappel, la Belgique et la RDC ont connu une crise diplomatique profonde, marquée notamment par la suspension par Kinshasa, le 14 avril 2017, de la coopération militaire belgo-congolaise mise sur pied en 2003 dans un contexte pré-électoral tendu en RDC et un report de deux ans des élections générales initialement prévue fin 2016.

La RD Congo a ensuite pris en janvier 2018 un train  de mesures additionnelles à l’encontre de la Belgique, comme la fermeture du bureau de coopération installé au sein de l’ambassade à Kinshasa, celle du consulat général de Lubumbashi, seul poste diplomatique belge dans la partie orientale du pays, et celle de la Maison Schengen à Kinshasa – une sorte de bureau consulaire belge chargé de traiter les dossiers des Congolais demandeurs de visa au profit de 18 pays européens.

Les autorités rd congolaises  entendaient ainsi riposter à la décision prise par M. Reynders et son collègue de la Coopération au développement, Alexander De Croo, de réviser la coopération bilatérale, et notamment son aide financière au gouvernement congolais, en réorientant 25 millions d’Euros  » au profit de l’aide humanitaire et d’autres initiatives répondant aux besoins les plus pressants de la population « .

Le réchauffement se concrétise

Depuis l’élection du Président Félix Tshisekedi, la RDC et la Belgique ont conclu le 22 février dernier un accord qui a permis l’ouverture d’un  » centre européen des visas  » (CEV) pour succéder à l’ex- » Maison Schengen  » et le rétablissement des sept fréquences hebdomadaires de la compagnie aérienne Brussels Airlines entre les deux capitales des deux pays, qui avaient été réduites un moment à quatre par Kinshasa.

La suite de la normalisation entamée après l’arrivée au pouvoir de M. Tshisekedi devrait passer par la désignation de nouveaux ambassadeurs et la réouverture du consulat belge à Lubumbashi et de son équivalent congolais à Anvers, soutien-t-on de sources diplomatiques. En effet, la RDC n’a plus d’ambassadeur en Belgique depuis 2016 et le dernier ambassadeur de Belgique à Kinshasa, Bertrand de Crombrugghe de Picquendaele, est rentré à Bruxelles en janvier 2018.

Certains s’étonnent du timing de cette visite en RDC. D’après des observateurs, la visite de FATSHI aux USA a sonné comme un avertissement pour les autorités belges, qui se sentent distancées par Washington en matière de coopération militaire avec  Kinshasa.

Par YHR


Autres titres

Jean-Yves Le Drian: Il y a eu une vraie élection démocratique validée par la Cour constitutionnelle

Deo

Kinshasa et Paris : pendules remises à l’heure

Deo

ILUNGA ILUNKAMBA : LE POURQUOI D’UN CHOIX

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus