fbpx
congosynthese.com

Kasaï : Le deuxième programme sur la réforme de la justice lancé à Tshikapa

Gaston Nkole, vice gouverneur du Kasaï, a présidé ce mercredi 23 mars 2022 au sein du Palais de la justice à kamalenga dans la commune de kanzala, la cérémonie du démarrage des activités du programme d’appui à la réforme de la justice.

Dans son adresse, le vice gouverneur est revenu de manière générale sur ce qu’est-ce la justice et les bases sur lesquelles doit elle être assise.

« Vous le savez toutes et tous, la justice est le premier pilier d’un État de droit. C’est sur la justice que se fonde le développement de tous les États modernes. Le besoin de la justice, d’une bonne justice est inhérent à la nature humaine. Et la bonne distribution de la justice est un facteur important pour la paix et la stabilité dans toute société, en particulier pour notre province du Kasaï où les consultations populaires venaient d’être lancées dans le cadre de la justice transitionnelle par le gouvernement congolais. Sans anticiper sur le contenu de vos travaux, nous osons espérer que le deuxième programme PARJ apportera des réponses aux préoccupations des opérateurs judiciaires et pénitentiaires dans notre province », a-t-il mentionné

L’autorité provinciale souligne que la justice dans son essor fait face notamment au sous effectif des magistrats civils et militaires.

« Sans risque d’être contredit par les acteurs de la justice ici présents, les principaux problèmes de justice dans notre province concernent notamment le sous-effectif des magistrats civils et militaires et du personnel administratif », a-t-il déclaré.

Et d’ajouter.
« Notre province est compétente d’avoir bénéficié un palais de justice à Tshikapa, fruit du premier programme PARJ. Cependant, dans le reste du ressort de la cour d’Appel du Kasaï des infrastructures judiciaires et pénitentiaires se trouvent actuellement dans un état délabrement très avancé et nécessitant un appui; les difficultés d’accès à la justice de qualité par les justiciables des coins reculés constituent encore autant de défis. Conscient du fait que le programme PARJ 2 ne saura résoudre tous ces problèmes, nous espérons que les actions à mener dans le cadre de ce projet contribueront à donner des réponses positives à quelques-uns des problèmes que je viens de soulever ci-dessus ».

Par ailleurs, Gaaston Nkole appelle les personnes participantes à cet atelier, bénéficiaires directs des actions à mettre en œuvre, à bien identifier les actions qui permettront d’atteindre les résultats escomptés à la fin de projet et d’améliorer tant soit peu la qualité de la justice dans cette partie du pays et contribuer à la politique nationale de la réforme de la justice.

Précisons que ce programme est axé notamment sur le renforcement de la démocratie et l’indépendance du pouvoir judiciaire.

Faustin Espérant NK.

Autres titres

Élections 2023 : Le collectif 24 alerte sur le respect des principes de l’accès à l’information pour des élections démocratiques

Patrice Kayembe

Arrivée à Kinshasa de la relique de Patrice Emery Lumumba

Redaction

Denis Mukwege invite la population Congolaise à dénoncer les messages d’incitation à la haine

Redaction

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus