fbpx
congosynthese.com

Kananga : FMMDK appelle les responsables des services publics et privés à mettre en place la politique de lutte contre l’exploitation sexuelle

La structure Femme Main dans la Main pour le Développement du Kasaï, appelle à la mise en place dans le domaine public et privé de politique interne de lutte contre l’exploitation sexuelle et d’envisager de sanctions contre ceux qui se livrent à ce genre de pratique.

Cet appel est lancé par Nathalie Kambala Luse secrétaire exécutive de la structure précitée en marge de la célébration de la journée internationale de lutte contre l’exploitation sexuelle, au cours d’une activité organisée ce jeudi 4 mars 2021 à Kananga au Kasaï-Central.

« Au Kasaï-Central, l’exploitation sexuelle a été accentuée au lendemain des atrocités de triste mémoire et aucun secteur de la vie n’est épargnée et cela doit nous interpeller tous. Nous saisissons cette circonstance pour lancer un appel pathétique aux différents responsables de service tant dans le domaine public que privé de mettre en place la politique interne de lutte contre l’exploitation sexuelle et d’envisager des sanctions proportionnées à l’endroit de ceux qui se livrent à ce genre de pratique » a-t-elle déclarée.

Par conséquent, Kambala Luse encourage les victimes qui vivent même dans l’angoisse et la honte, que ce soit à l’école, ou dans tout autre milieu professionnel de pouvoir briser le silence et dénoncer le traitement dégradant et inhumain leur imposé de telle sorte que les auteurs répondent de leurs actes devant les cours et tribunaux.

Il sied de rappeler que cette journée a été mise sur pied par l’ONG GIPF, le Groupe international de paroles de femmes.

Cette journée se veut un moment pour sensibiliser et mobiliser les gouvernements, les institutions et le public au fléau de l’exploitation sexuelle à travers le monde. L’exploitation sexuelle est, selon plusieurs,l’ une des pires formes de violation des droits humains en reléguant la victime au simple statut de marchandise.

Selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), 92% des victimes de la traite les sont dans le but d’être utilisées à des fins de prostitution.

Malheureusement, les victimes de l’exploitation sexuelle sont souvent des enfants et des femmes, recrutés par des gangs de rue ou des réseaux de prostitution alors qu’ils sont vulnérables.

« Selon la Gendarmerie royale du Canada, 600 à 800 personnes sont soumises au trafic d’êtres humains chaque année au Canada, et de 1 500 à 2 200 personnes sont transportées du Canada aux États-Unis aux fins de traite d’êtres humains. » (Unicef, 2016) Il est essentiel que toute la communauté internationale s’allie pour mettre en place des mesures strictes pour bannir ce fléau et punir les auteurs de tels crimes.

La Rédaction

Autres titres

Ass nat: J.Marc Kabund participe à la célébration du 1er anniversaire des États d’Afrique, des Caraïbes et Pacifique

deo

RDC: Lancement ce vendredi des travaux de réhabilitation des sites retenus pour les IXes Jeux de la francophonie

deo

RDC : Kabund dévoile le nombre des membres du gouvernement Lukonde

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus