congosynthese

JEANINE MABUNDA DÉVOILE SES QUATRE PRIORITÉS

Sans surprise, la députée nationale PPRD, Jeannine Mabunda Lioko Mudiayi, a été élue hier mercredi 24 avril, Présidente de l’Assemblée nationale de la RD Congo. Candidate unique à son poste après l’invalidation de son adversaire, l’Allié du Palu Henri-Thomas Lokondo, Mabunda a obtenu 375 voix sur les 383 votants. Elle remplace Aubin Minaku. L’ancienne ministre du Portefeuille sera secondée par Jean-Marc Kabund-A-Kabund, en tant que premier vice-président. Le président intérimaire de l’UDPS a obtenu 350 voix. La paire Mabunda-Kabund représentait le ticket FCC-CACH.

La toute nouvelle présidente de l’Assemblée nationale a, dans sa brève allocution d’après -élection, décliné les priorités de son mandat. Elles sont quatre, à savoir : le domaine législatif, le contrôle parlementaire, la diplomatie parlementaire et le réexamen du social des députés nationaux.”Notre travail sera axé sur le domaine législatif, sur le contrôle parlementaire, sur le réexamen du social des députés et sur la diplomatie parlementaire. Je voudrais aussi attirer votre attention sur les priorités de la présente session, à savoir la mise en place des autres organes de l’Assemblée nationale et l’approbation du programme du Gouvernement suivi de son investiture. Votre bureau va engager des consultations en vue de la mise en place des autres organes prévus par notre règlement intérieur notamment les commissions permanentes, les groupes parlementaires, le comité de sages”, a déclaré Jeanine Mabunda.Elle estime que la mise en place de ces organes est un préalable nécessaire à la convocation de la conférence des présidents qui va décider de l’adoption du calendrier de cette session ordinaire ouverte depuis le 15 mars dernier.La présidente de l’Assemblée nationale a rappelé à son auditoire que l’élection et l’installation du bureau de cette chambre intervenues hier le sont à une date historique.”L’élection et l’installation du bureau de notre chambre interviennent à un moment précis de notre histoire politique.

Ce 24 avril 2019, la RDC, à travers le vote de ce jour à l’Assemblée nationale, a témoigné de son long combat pour la démocratie dans ses institutions. Ce 24 avril 2019 coïncide curieusement avec la date du 24 avril 1990, date à laquelle, pour la première fois, on parlait de multipartisme dans notre pays “, a-t-elle rappelé. L’élue de Bumba s’engage à “tout mettre en œuvre en vue de s’acquitter loyalement des charges confiées au bureau de la Chambre basse du Parlement et de faire de son possible pour rester à l’écoute des députés dans la proximité “. Ce n’est pas tout. Elle promet également d’engager des discussions pour aboutir à la mise en place des commissions permanentes. Avec l’élection hier du bureau, Jeanine Mabunda, ancienne conseillère du président honoraire Joseph Kabila, devient la première femme à diriger l’Assemblée nationale issue des élections. Avant elle, Philomène Omatuku avait été nommée à la tête de l’Assemblée constituante et législative / Parlement de transition (ACL/PT), une chambre dont les membres avaient été cooptés . Par ailleurs, l’opposition parlementaire, qui compte plus de 117 députés nationaux, n’a pas participé à ce scrutin. Elle a refusé le seul poste de rapporteur adjoint que la majorité lui a offert au sein du bureau définitif. Ce poste reste pour l’instant vacant. Dans une déclaration faite hier mercredi avant la plénière, l’opposition a indiqué qu’elle a saisile Conseil d’Etat de sa requête en annulation de l’élection du bureau définitif de l’Assemblée nationale. Elle accuse le bureau provisoire et la coalition FCC-CACH d’avoir violé les lois du pays.

Voici tous les membres élus du bureau définitif :– Président : Jeanine Mabunda Lioko (PPRD)- Premier vice-président : Jean-Marc Kabund-A-Kabund (UDPS)- Deuxième vice-président : Boniface Balamage Nkolo (AAB)- Rapporteur : Célestin Musao Kalombo Mbuyu (AAa)- Questeur : Marie-Claire Alfani Machozi (AFDC-A)- Questeur adjoint : Innocent Unyon Vakpa Katumba Oruma (AABC). Mathy MUSAU et Didier KEBONGO

DISCOURS D’APRES-ELECTION DE LA PRESIDENTE DU BUREAU DE L’ASSEMBLEE NATIONALE

Monsieur le Président du Bureau provisoire, Honorable député et chers collègues,Au moment où l’honneur m’échoit d’assumer la haute direction de l’Assemblée nationale, permettez-moi en dépit de l’émotion que je ressens, et c’est sans doute le cas également pour mes collègues membres du bureau de remercier le président et les autres membres du bureau provisoire pour s’être acquittés d’une obligation constitutionnelle, consistant à la mise en place complète de l’Assemblée nationale qui est effective ce jour et aussi pour le vœux de réussite et de bénédiction divine formulé à l’endroit du bureau de l’Assemblée nationale. Cependant, je voudrais saisir cette opportunité combien solennelle pour m’adresser à vous, en vue de mettre en relief la portée politique de l’événement que nous vivons en ce moment précis de l’histoire parlementaire de notre pays.Honorable membres du bureau de l’Assemblée nationale, Honorable députés nationaux et chers collègues, Au nom des honorables membres du bureau national et au mien propre, je tiens à exprimer à tous les honorables députés et à travers notre population, notre profond sentiment de reconnaissance et nos sincères remerciements, pour la confiance placée en nos modestes personnes, au travers du vote de ce jour. Nous promettons de tous mettre en œuvre en vue des nous acquitter loyalement de lourdes charges que vous venez de nous confier. Rassurez-vous que nous ferons notre possible pour mériter de votre confiance et rester à votre écoute dans la proximité.

Chers collègues,

Nul n’ignore que l’élection et l’installation du bureau de notre chambre interviennent à un moment précis de notre histoire politique. Ce 24 avril 2019, la RDC, au travers le vote de ce jour à l’Assemblée nationale a témoigné de son long combat pour la démocratie dans ses institutions. Ce processus ce 24 avril 2019, coïncide curieusement avec la date du 24 avril 1990, date à laquelle pour la première fois, on a parlé de multipartisme dans notre pays. Entre le principe et l’application, il y a eu un long chemin et il a fallu divers systèmes institutionnels. Qui ne se souvient pas en 2003 du régime 1+4, où quatre personnes, vice-présidentes et un Président Joseph Kabila, assisté de 4 vice-présidents au rang desquels Azarias Ruberwa, Z’Ahidi Ngoma, Yerodia Abdoulaye Mbombasi et Jean Pierre Bemba, nous aidaient à accoucher en 2006 de la première Constitution démocratique, ouverture pour les premières élections libres en 2006 suivies de deux scrutins, celui de 2011 et de 2018, lequel dernier scrutin de 2018 a résulté en un transfert pacifique de pouvoir, sans désordre ni effusion de sang, où le Président honoraire Joseph Kabila remettait le pouvoir au Président nouvellement élu, j’ai cité le Président Félix Tshisekedi à qui nous rendons hommage pour tous ses leaders qui ont tissé l’histoire de la démocratie et que j’ai cités ici, ainsi que ceux qui sont défunts ont travaillé à notre indépendance, nos remerciements et nos hommages républicains.Par ailleurs, à la lumière de notre vote, je voudrais aussi profiter de cette occasion particulière pour remercier les amis de l’opposition dans la salle qui ont exercé leur devoir de députés en participant à l’activité de vote avec nous, merci messieurs de l’opposition.

Honorable députés chers collègues,

Dans cette perspective, sans trop m’attarder sur mon propos d’hier, et sur pied de l’article 133 du Règlement d’ordre intérieur qui assure la cohésion du bureau dans l’unité de commandement, notre travail sera axé comme je l’ai dit hier : 1) sur le domaine législatif ;2) sur le contrôle parlementaire ;3) sur le réexamen du social des députés ; 4) sur la diplomatie parlementaire.Ceci étant dit, je voudrais néanmoins attirer votre attention aussi sur les priorités de la présente session, à savoir:La mise en place des autres organes de l’Assemblée nationale et l’approbation du programme du Gouvernement suivi de son investiture.S’agissant de la mise en place des autres organes, Honorable députés, chers collègues, estimés collègues, Après son installation, votre bureau va engager des consultations en vue de la mise en place des autres organes prévus par notre Règlement d’ordre intérieur, notamment : les commissions permanentes, les groupes parlementaires, les comités de sages. La mise en place de ses organes est un préalable nécessaire à la convocation de la conférence des Présidents afin de l’adoption du calendrier de la présente session ordinaire ouverte de plein droit depuis le 15 mars 2019 et ce, en application de l’article 115 de la Constitution. En ce qui concerne la mise en place des bureaux de commissions permanentes, leur constitution tiendra compte de notamment des équilibres politiques provinciaux de la représentation de la femme et des jeunes députés sans oublier les critères de performance. S’agissant de l’approbation du programme du Gouvernement, chers collègues comme vous le savez, à l’issue de l’élection tenue le 30 décembre 2018 et l’installation de deux chambres du Parlement, la RDC est dans l’attente de la mise en place du Gouvernement, je rappelle aux termes de disposition des articles 91 et 90 alinéa 4 de la Constitution, c’est le Gouvernement qui définit en concertation avec le Président de la république la politique de la nation et en assume la responsabilité, c’est encore le Gouvernement qui conduit la politique de la nation et en répond devant l’Assemblée nationale de coalition que nous constituons. Ainsi avant d’entrer en fonction, la Constitution prévoit que le Premier ministre présente à l’Assemblée nationale le programme du Gouvernement, lorsque ce programme est approuvé à la majorité absolue des membres qui composent l’Assemblée nationale, celle-ci investit le Gouvernement.Avec tout respect et esprit de collaboration, il revient donc aux institutions compétentes de faire la diligence voulue afin de permettre l’investiture du Gouvernement avant la clôture de ladite session. Et dans ce nouveau cadre en élaboration, je rappelle que nous aimerions, en tant qu’Hémicycle, contribuer en mettant l’accent sur la bonne gouvernance économique et politique, la paix et la sécurité, la Justice ainsi qu’un espace plus porteur pour notre jeunesse et les femmes.

Que Dieu bénisse la RDC

Je vous remercie

Biographie de Jeanine MABUNDA LIOKO MUDIAYI

Née le 10 avril 1964, à Kinshasa. Fille de Mr Gaspard MABUNDA et de Mme Léonie DOBO, Originaire de la localité de YAMISIKO, dans le Secteur de MOLUA, Territoire de BUMBA, Province de la MONGALA. Epouse de Mr Odon MUDIAYI MITEU

Une compétence avérée… Détentrice d’une Licence en droit de l’Université Catholique de Louvain et d’une Licence en Sciences Commerciales de l’Institut Catholique des Hautes Etudes Commerciales (ICHEC) de Bruxelles. Elle est reconnue pour son pragmatisme et sa capacité à fédérer les différentes opinions dans le respect de la diversité. Un parcours qui inspire confiance…

Madame Jeanine MABUNDA LIOKO MUDIAYI a commencé sa carrière professionnelle en 1988 à la Citibank Congo où elle a œuvré durant 5 ans en tant gestionnaire de compte, chargée des relations avec les grands comptes et analyste crédit. De 1997 à 2000, elle est Conseillère du Gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC). En 2002, elle passe au Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI), comme Administrateur-Délégué Général. Elle y introduit plusieurs changements pour son assainissement et parvient également à élargir l’accès du monde urbano-rural de l’arrière-pays à ce guichet de financement des petites et moyennes entreprises industrielles congolaises. C’est dans le cadre de son expérience au sein de cette banque de développement qu’elle est amenée à sillonner le Congo profond et à être confrontée sur terrain aux besoins de développement locaux des congolais ordinaires. De 2007 à 2012, Madame Jeanine MABUNDA exercera au sein du Gouvernement de la République les fonctions de Ministre du Portefeuille.

Un coeur est sur le terrain…

Députée Nationale élue en 2011 et réélue en 2018, elle est ensuite nommée en juillet 2014 Représentant Personnel du Chef de l’Etat en charge de la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement des enfants soldats. Dans le cadre de cette mission humanitaire, sa feuille de route consistait à lutter contre l’impunité en matière de viols et aider à libérer la parole des victimes face à ce fléau, tout en facilitant le dialogue entre les diverses parties prenantes institutionnelles publiques, les partenaires internationaux et le monde associatif ainsi que les victimes elles-mêmes. Elle est une femme de dialogue et d’écoute. Les résultats de ce travail ont été fort encourageants, faisant baisser le taux de violences sexuelles en RDC de 85% en 3 ans, et le pays a même reçu le prix BETTER WORLD AWARD à Monaco en mai 2016. Cette distinction a permis à Madame MABUNDA d’être répertoriée parmi les 50 femmes africaines influentes (Magazine Jeune Afrique). Militante du PPRD depuis 2003, et toujours disponible, cette Femme de conviction, a assumé depuis plus d’une année les fonctions de Présidente de la Ligue des Femmes du PPRD avant d’être désignée candidate à la Présidence de l’Assemblée Nationale par sa famille politique.


Autres titres

Publication du rapport sur la situation sécuritaire de Yumbi

Deo

Le diamant du Sankuru est un faux (CEEC)

Deo

RDC : le PPRD promet à Sylvestre Ilunga son soutien pour la réussite de sa mission à la tête du gouvernement

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus