congosynthese

Insécurité dans le Haut-Katanga, « Bakata Katanga » : la tension remonte à Lubumbashi !


Accusé par ses détracteurs de soutenir ce mouvement insurrectionnel, l’opposant Moïse Katumbi rappelle qu’il est homme de paix et dénonce un montage visant à le salir.
«Le mouvement Bakata Katanga est un montage pour bouffer de l’argent. Moi je ne peux pas adhérer à ce genre de mouvement comme certains veulent le faire croire. J’étais en exil, avez-vous appris que Moïse s’est retiré quelque part pour faire la guerre ? Je suis un homme de paix». C’est en ces termes que l’opposant Moïse Katumbi, ex-Gouverneur de l’ancienne province du Katanga aujourd’hui démembrée, a réagi  vendredi dernier devant la presse pour fustiger les allégations faisant état de son implication, après une journée d’inquiétude sur la prétendue incursion des Bakata Katanga dans la ville de Lubumbashi.

Selon le site mediacongo, la journée de jeudi 08 août a vu le niveau de sécurité monter d’un cran à Lubumbashi, chef-lieu de la province du Haut-Katanga, suite à une alerte faisant  état d’une imminente attaque de la ville par des éléments du groupe armé Bakata Katanga. Si bien que les autorités locales ont déployé un dispositif important de l’Armée au centre-ville.

A en croire la même source, au même moment, des opérations militaires étaient menées au quartier Kamasaka, présenté comme le bastion des fameux « Bakata Katanga ». Ces opérations auraient conduit à l’arrestation de 5 présumés éléments Bakata Katanga arrêtés par les forces loyalistes, et d’autres seraient annoncés en fuite. Aux dernières nouvelles, on apprend que les cinq présumés assaillants ont été présentés à l’actuel Gouverneur de province, Jacques Kyabula. Et à en croire le Général Tambuka, Commandant de la 22ème région militaire, les enquêtes se poursuivent encore.

Depuis le mois de juillet dernier, certains quartiers de la ville de Lubumbashi sont le théâtre des attaques sporadiques attribuées à des présumés Bakata Katanga. Cinq autres éléments soupçonnés d’appartenir à ce mouvement insurrectionnel avaient déjà été arrêtés à la suite de l’attaque du 11 juillet toujours au quartier Kamasaka, et trois armes saisies.  Selon le site Mediacongo, un procès en flagrance opposant le ministère public à ces 5 assaillants est en cours. A en croire cette source, les militaires auraient également trouvé sur ces assaillants du matériel radiophonique.

Dans certains milieux politiques, on va jusqu’à pointer du doigt l’opposant Moïse Katumbi, en l’accusant de soutenir le mouvement Bakata Katanga. Mais pour l’ancien Gouverneur de l’ex-province du Katanga, «c’est une distraction. Qu’on arrête de déranger la population, que les commanditaires soient interpellés.

Le Grand Katanga a besoin de l’unité et même le Congo», a-t-il réagi devant la presse. Pour rappel, c’est grâce à l’implication personnelle du nouveau Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo que l’ex-Gouverneur du Katanga et d’autres opposants partis en exil sous le régime Joseph Kabila sont finalement revenus au pays et vaquent aujourd’hui librement à leurs occupations. C’est également à la faveur de l’alternance « démocratique, pacifique et civilisée » que la RDC vient de connaître au sommet de l’Etat après les élections du 30 décembre 2018 que d’autres opposants qui croupissaient dans des prisons du pays ont fini par recouvrer aussi la liberté.

Loading...

Autres titres

Le Chef de l’État a présidé la 13ème réunion du Conseil des Ministres.

Deo

RDC:Victime des accusations dans les tueries de Beni,l’ancien gouverneur Eugène Serufuli dément formellement son implication

Kabumba Katumwa

RDC: La lucha exige le limogeage des généraux des FARDC “affairistes”

Kabumba Katumwa

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus