congosynthese

Implosion De L’opposition Congolaise: Pourquoi Faut-Il Blâmer Bemba Et Katumbi ?

Tous, et à juste titre, pensent que Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont sabordé la dynamique de l’opposition qui avait réussi à trouver un candidat unique en la personne de Martin Fayulu. Mais au fond, c’est Jean Pierre Bemba et Moïse Katumbi qui ont dynamité la candidature unique.

Attendu avec impatience et accueilli avec soulagement et enthousiasme, l’accord politique sur le candidat unique de l’opposition n’aura pas finalement tenu 24H. Un véritable gâchis et désillusion pour la majeure partie de la population congolaise qui croyait pouvoir enfin goûter au délice d’une alternance démocratique.

Si les différentes réactions tendant à clouer au pilori Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe pour n’avoir pas honoré leur engagement de soutenir celui qui sera choisi sont légitimes, il faut cependant se poser des questions sur le choix porté sur Martin Fayulu.

L’homme a certes le profil et le background pour l’emploi, mais sur le plan politique, il est très loin de faire le poids face à Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe. Parce qu’en politique, il faut deux choses : le charisme et la popularité qu’il faut traduire dans les urnes en termes de voix.

Or sur ces deux points, les deux derniers nommés dépassent largement Martin Fayulu. Dès lors, la question est de savoir pourquoi Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe n’a pas été désigné ?

Les erreurs de la Fondation Koffi Annan

Si nul ne remet en cause l’expertise de la Fondation Koffi Annan, elle a cependant fauté dans le processus de désignation, en permettant aux protagonistes de voter pour départager les prétendants à l’investiture. Il aurait été plus judicieux, a défaut d’un consensus entre leaders, de faire appel à un panel d’experts n’ayant aucun lien avec les acteurs. Ces experts devant bien maîtriser la situation politique du Congo, les forces et faiblesses des uns et des autres ainsi que leurs appareils politiques.

Mais en permettant à tout ce beau monde de voter, la Fondation a créé les bases dun vote tronqué. En effet, il est de notoriété publique qu’au sein de l’opposition, se joue un combat de leadership sans merci entre Moïse Katumbi, Jean Pierre Bemba, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe. Ce qui fait que demander à l’un de voter pour l’autre, revient à faire croire à un adulte que le père noël existe.

Ce vote qui a désigné Martin Fayulu est un vote biaisé parce que Jean Pierre Bemba et Moïse Katumbi n’ont pas voté pour Félix Tshisekedi. Tout simplement parce qu’ils ne veulent pas renforcer l’UDPS. Le débat est aussi simple. Essayer de trouver dautres explications revient à tenir aux Congolais un discours à dormir debout. Parce que, si ces deux poids lourds qui sont hors course pour la présidentielle avaient pris position en faveur du fils du défunt fondateur de l’UDPS, il n’y aurait pas vote. Parce que les autres ne font pas le poids et vont suivre la voie tracée.

Bemba-Katumbi : les calculateurs destructeurs

Ce vote est donc un vote biaisé. Parce que, si les leaders de lopposition avaient voté de façon objective en tenant en compte les huit critères définis, selon Jeune Afrique par la Fondation Koffi Annan, (à savoir, « la capacité à fédérer les forces de l’opposition avant, pendant et après le processus électoral ; la capacité à rassembler la Nation congolaise ; la force d’organisation dans le pays pour conduire une campagne présidentielle ; la densité du réseau des candidats aux élections législatives, nationales et provinciales ; la géographie et la cartographie électorale ; la tendance générale au sein de la population; l’expérience professionnelle et la capacité managériale ; l’expérience électorale »), le candidat de lUDPS, Félix Tshisekedi aurait été logiquement désigné candidat de l’opposition.

Par ailleurs, la logique aurait voulu que les acteurs du conclave de Genève tiennent en compte le dernier sondage publié par le Bureau d’études, de recherches, et de consulting international (BERCI) et le Groupe d’études sur le Congo (GEC) de l’Université de New-York qui place Félix Tshisekedi en tête des intentions de vote avec 36%, suivi de Vital Kamerhe 17%, Emmanuel Ramazani Shadari, candidat du FCC 16%.

Même si un sondage n’évalue que le poulpe de l’électorat à un moment précis, ce sondage est révélateur dun fait : l’UDPS et Félix Tshisekedi devancent de très loin les autres candidats.

Et cest justement ce candidat que les calculateurs politiciens de Genève veulent enterrer pour mieux préparer leur retour. Parce qu’ils se disent que si Tshisekedi gagne, il est parti pour faire 10 ans. Alors qu’avec Martin Fayulu, son règne peut vite prendre fin car, il ne dispose pas d’un appareil assez puissant qui puisse leur tenir tête.

François MENDY, correspondant à Paris

lepotentiel


Autres titres

RD Congo : Il faut enquêter sur deux anciens responsables des services de renseignement

Deo

Banditisme à Kinshasa : D. Amuli instruit S. Kasongo « d’intensifier les partrouilles et d’effectuer les bouclages ciblés »

Deo

CENI: L’élection des gouverneurs fixée au 10 avril 2019

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus