congosynthese

Félix Tshisekedi : un ‘‘futur président’’ dépouillé de ses attributions à l’avance !

Ignorance, manipulation ou ruse ? L’incertitude est encore une fois au rendez-vous, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, fils du célèbre opposant Etienne Tshisekedi wa Mulumba jouerait-il à la ruse pour d’abord conquérir le pouvoir et, ensuite, tourner le dos à son grand allié du moment, Vital Kamerhe, ou serait-il réellement ignorant des pré-requis du pouvoir. Revenu à Kinshasa mardi 27 novembre 2018, la naissance du nouveau fils UNC-UDPS appelé ‘’Union fait la Force‘’, a été rendue officielle.

‘’Un héritier n’entre pas en possession de ses acquis tant qu’il est encore enfant, puisqu’il ne saura pas les administrer’’, dixit un Congolais chrétien et analyste politique.  La maturité, renchérit-il, et l’expérience sont  des atouts majeurs pour un bon leadership.

Communément appelé FATSHI,  d’aucuns estiment que le fils propre au sphinx de Limete n’aurait pas appris de son père, leader charismatique et homme plein de constance. Bénéficiaire du plus grand parti politique de l’opposition congolaise, Félix Tshisekedi se trouve le plus souvent au centre des débats et critiques de la classe politique, surtout depuis qu’il a renoncé aux résolutions des assises des 7 opposants. On le taxe de tout le nom possible à l’exception de celui d’homme constant et charismatique.

En effet, intronisé en scène politique comme personne habilitée de tenir le bâton de commande et d’assurer la relève du Feu TSHITSHI,  connu comme tête d’affiche de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social,  UDPS, Tshisekedi fils serait toujours dans l’embrouillamini. Il ne cesse de surprendre. Parfois pris entre deux feux, le candidat commun de la coalition ‘’union fait la force’’ se serait fait rouler par son associé de taille et de confiance, l’homme plein de vitalité, soit il est en train de jouer à la malice pour changer de position ensuite.  Lui qui voulait contre vents- et- marrée désigner candidat unique de l’opposition, pour s’asseoir sur le fameux trône royale du palais de la nation, en train de donner des ordres par ci, par là,  a finalement obtenu ce privilège, au prix de son pouvoir de commande. Depuis qu’il est indiqué candidat commun du mariage entre l’UNC et l’UDPS, l’heureux élu appelle les autres opposants  à s’allier à lui.  Sans se rendre compte que l’accord signé a été tronqué en sa défaveur.

Pris au piège

Ayant évité, grâce au mécontentement de son secrétaire général ainsi que de sa base, de se faire prendre par l’accord de Genève, initié par la coalition Ensemble et miné minutieusement en vue de causer la contrainte, le Grand FATSHI n’a pas tardé, tel un TGV à se retirer et à se trouver un partenaire inconditionnel qui l’a accepté tel quel. Malheureusement pour lui,  sa lutte fatale  et fastidieuse d’opposant, contre le régime en place, risquerait de ne pas lui donner autant des fruits qu’il le voudrait. Car, ce doux fils de maman Marthe a aveuglement cru à la main tendue d’un homme qui, selon les kinois, change des couleurs à tout bout de chant jusqu’à  en faire son ami. Différent de son Feu géniteur, ce jeune homme ne redoutait pas le pire. Pourtant, en s’alliant à Vital, il avait déjà accepté  de lui céder une parcelle de son pouvoir. ‘’Akimi  mbula po à kota na ebale, il a voulu se protéger de la pluie en se jetant  dans l’océan ‘’dixit les kinois. FATSHI  aurait accepté sa propre mort de son vivant. En signant l’accord de Nairobi,  ce fils qui n’incarne pas du tout  le caractère de son père, a légué ses pouvoirs de chef de l’Etat et garant de la nation à un homme plein de vitalité, celui qui se serait forgé une réputation pour sa qualité versatile. Pour rappel, l’accord signé  il y a moins d’une semaine stipule qu’en cas de victoire à la présidentielle Tshisekedi Félix sera président et Kamerhe son premier ministre. Cependant, une nuance ignorée refait, surface, dans l’exercice de son pouvoir. Le futur Président devra renoncer à la gestion  et/ou au contrôle  du sénat,  des institutions de finances, y compris la Banque centrale et les finances publiques, la défense, la justice et les infrastructures.

Respect de la Constitution ?

Lui qui a tant milité  pour le respect de la Constitution se trouve aujourd’hui, lui-même,  en train de violer certaines obligations attachées à la fonction du président de la République  reprises dans la constitution même. D’ailleurs à ce sujet, plusieurs autres opposants ont mordu à l’hameçon. Comme des abeilles, ils se sont formés en camp cherchant dans quelle mesure envahir la ruche. D’autres proposent la transition de deux ans, d’autres encore se partagent les tâches et fonctions comme s’il s’agissait de la gestion de leur propre foyer, oubliant que la Constitution a déjà tout tracé en ce qui concerne le rôle de chaque dignitaire et institution politique. ‘’ Le Président de la République est le Chef de l’Etat. Il représente la nation et il est le symbole de l’unité nationale. Il veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions ainsi que la continuité de l’Etat. Il est le garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire, de la souveraineté nationale et du respect des traitées et accords internationaux’’, article 69  de la constitution de la RDC. Contre cet article, l’accord FATSHI- KAMERHE aurait valablement péché.

Tenez !

Ainsi, du côté de l’opposition, on a l’impression d’être devant un monstre à plusieurs têtes issu de plusieurs accords. A Genève, elle avait pourtant tenté de se cimenter mais l’unité était fragile et  détruite après 24 heures. L’opposition, scindée en deux, sans compter les  électrons libres, le décor se plante désormais en deux principaux courants de pensée : Genève et Nairobi. La classe politique est, à ce titre, interpellée. Il y a lieu de s’interroger sur la validité d’accorder son vote à quiconque. La crise politique est d’ores et déjà installée. Les élections s’annoncent très serrées et pleines d’incertitudes.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Autres titres

Corneille NANGAA supervise le convoi des fiches des résultats et PV vers l’intérieur du pays.

Deo

Présidentielle : le FCC accuse Tshisekedi d’inciter à la violence après son appel à contester les résultats si « Shadary est proclamé vainqueur »

Deo

Kikwit: Martin Fayulu s’engage à développer la RDC s’il est élu président

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus