fbpx
congosynthese

Felix Tshisekedi: Il n’y aura pas de répression de la manifestation de l’opposition dimanche

Dans un entretien à France 24 et RFI, le samedi 30 Juin, le président de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a promis qu’il n’y aurait pas de répression lors de la manifestation de Lamuka. Les forces de sécurité sont formées pour maintenir la paix. Le président de la République démocratique du Congo avait maintientenu l’interdiction de cette protestation, déjà prononcée par le gouverneur de la capitale.

“Bien sûr que je suis d’accord avec cette interdiction. Parce que, souvenez-vous, il y a quelques jours une manifestation a été autorisée et elle a donné lieu à des débordements (…) Nous avons comme l’impression que certains confondent démocratie et anarchie. On ne peut pas, alors qu’on a l’autorisation de manifester, faire des débordements et s’en prendre à de paisibles concitoyens ou à du mobilier urbain. Ce sont des choses inacceptables”, affirmait-t-il, rappelant qu’il n’a interdit “aucune manifestation” depuis son arrivée au pouvoir. “Les droits et les libertés des citoyens sont garantis”, concluait le président congolais.

Chose promise mais pas faite

Gaz lacrymogènes, tire de sommation, des pierres contre les forces de l’ordre, des chansons anti Félix Tshisekedi ainsi que le passage à tabac de certains quidams, constituent l’essentiel des actes et actions qui ont régenté la journée du 30 juin dans la ville de Kinshasa, précisément du côté de la Tshangu, au moment où les militants de Lamuka et leurs leaders Martin Fayulu et Adolphe Muzito, faisaient une procession dans le cadre de leur marche contre les antivaleurs et les invalidations de leurs élus nationaux. Laquelle marche qui avait été interdite par les autorités sur toute l’étendue du territoire national, en vue de préserver le sens sacré de la date de l’indépendance. Au regard de ce qu’il considère comme répression de cette manifestation, Martin Fayulu a dénoncé des violences des éléments de la Police contre la population. D’après lui, le Congo est devenu un Etat de ‘’non droit’’.

Un mort à Goma

Un des manifestants qui participait à la marche organisée par Lamuka et étouffée par la police a été tué ce dimanche 30 juin. La police a réprimé à balles réelles les manifestations organisées le dimanche matin par des militants de la plateforme de l’opposition Lamuka au quartier Majengo, dans la commune de Karisimbi.

Des manifestants ont tenté de se regrouper avant la marche proprement dite, à l’endroit communément appelé Mutinga.

Selon le coordonnateur de la jeunesse Lamuka à Goma, Robert Zibawanza, le corps du manifestant tué a été immédiatement conduit à la morgue de l’hôpital provincial par la police.

Autres titres

Nord-kivu :Une nouvelle attaque rebelle fait 5 morts à Beni-Kinyambahore

hpadmin

Lamuka-Remise reprise : Fayulu aurait refusé de prendre au téléphone Muzito à deux reprises

hpadmin

Report du voyage de F.Tshisekedi à Goma: l’Unc/Nord-Kivu estime que le chef de l’État à ecouter son cris en annulant son voyage de Goma sans Kamerhe et présente ses félicitations au chef de l’État

deo