fbpx
congosynthese.com

FAO-Readiness/RDC : Le gouvernement sensibilisé à accompagner le comité interministériel dans les financements climatiques

En République Démocratique du Congo, un comité interministériel basé sur les questions liées au réchauffement climatique a vu le jour à l’issue des activités préparatoires ( Readiness), relatives à l’accès au financement climatique.

Ce comité est mis en place par le gouvernement et les parties prenantes, sous l’appui financier de Fonds vert pour le climat à travers l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture ( FAO).

Cette nouvelle structure vise à mutualiser les efforts des ministères concernés, sous leurs différents secteurs, à développer des projets communs pour les financements en rapport avec le changement climatique.

Dans une déclaration faite au sortir de la dernière séance de travail, tenue à Maluku, les participants ont lancé un message fort au gouvernement, sollicitant son accompagnement dans l’opérationalisation de cette mutualité qui devrait travailler sur la question qui menace le bien-être humain et de son environnement.

 » Nous invitons le gouvernement, nous invitons les partenaires techniques et financiers à accompagner ce comité intégrateur prenant en compte toutes les questions sectorielles dans les impacts liés au changement climatique, à l’accompager à mettant en place leur financement pour qu’il puisse travailler dans le temps qui lui est imparti« a déclaré Patrick Okitayela consultant national à la FAO.

Ces participants ont exprimé le souhait de voir le gouvernement appuyer ce comité à travers le développement des projets bancables qui amèneraient en RDC des financements répondant à la mobilisation des fonds pour répondre au besoin des communautés dans le court terme.

Pour Bernard Ndaye, professeur à l’ISTA et Point focal National du Centre Réseau de Technologie et Climatique, un des représentants du corps scientifique, le gouvernement de la RDC est appelé à accompagner ce comité, à travers la déclinaison du Plan Stratégique Nationale de Développement ( PSND), qui, par l’élaboration des politiques dans les secteurs concernés (énergies et transport, agriculture et foresterie, Déchets) aidera à atteindre les objectifs à l’horizon 2030, contenus dans les contributions nationale déterminées ( CND), en rapport avec le changement climatique.

Quant à Madame Godet NEMBUNZU, chef de Division à la direction d’Etudes et Planification au Secrétariat Général aux PMEA, Ministère de l’Entrepréneuriat, Petites et Moyennes Entreprises, « le gouvernement et les partenaires financiers doivent également appuyer le comité à travers les financements des actions de recherche car le monde scientifique est très important pour la mobilisation de ressources financières reunies dans le comité multisectoriel des experts techniciens dont les actions sont portées vers le changement climatique ».

Les potentialités de la République Démocratique du Congo lui offrent quelques avantages absolus susceptibles de bouster, sur le plan des actifs naturels le développement des stratégies de mobilisation de la finance climatique.

Ces avantages sont relatifs au forêt et accumulation de stocks carbones, les ressources en eaux et énergies hydroélectriques, leadership REDD+ et tourbières, l’ensoleillement du pays et énergies solaire, Eco-tourisme, biodiversité et parcs nationaux…

Ainsi, le gouvernement, par les ministères d’Environnement, Agriculture, Développement rural, est capable de développer les projets rentables pour pouvoir acheter deux(2) degré celsius d’ici 2030 pour l’adaptation climatique.

Les 100 milliards de dollars par ans promis par les pays développés à travers le Fonds Vert pour le climat sont si insuffisants. C’est pourquoi la plupart des finances climatiques nécessaires devront parvenir du secteur privé.

La plupart des financements climatiques, soit 76% du total est toujours investi dans le même pays où, il est d’origine, faisant du plus grand fournisseur, le premier destinateur du financement climatique.
La RDC a, dans le cadre de ses contributions nationales déterminées (CND), présenté son engagement à réduire ses émissions de gaz à effet de serre (GES) de 17% 2021-2030 par la mobilisation de 21 milliards USD.

Il sied de signaler que les activités préparatoires (Readiness) relatives à l’accès à ce financement prennent fin ce 14 août 2021. Elles ont été financées depuis 2018 par le Fonds vert pour le climat à travers la FAO.
Ces activités préparatoires ont permis à la RDC d’élaborer des stratégies, identifier les outils et les options pour mobiliser les 21 milliards de dollars US prévus par le pays dans le cadre de ses contributions nationales déterminées (CND).

Jul A

Autres titres

RDC : L’investiture de l’équipe de la CENI est largement saluée par le peuple congolais (Génération Fatshi)

Patrice Kayembe

F.Kalombo à Peter Kazadi : « S’il pense que Moïse Katumbi combat l’Union sacrée de l’intérieur, qu’il le chasse »

Patrice Kayembe

MESSAGE D’ALERTE DE LA CENCO

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus