fbpx
congosynthese.com

FAO-RDC: Tenue du deuxième Comité de Pilotage du projet Gestion Durable de l’Agriculture (GDA)

L’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture ( FAO) a, en collaboration avec le ministère de l’agriculture et le concours du FONARRED (Fonds national REDD+) organisé « la deuxième réunion du Comité de pilotage du Projet  » Gestion Durable de l’Agriculture ( GDA).

Lancé le 30 juillet 2019, ce projet a enregistré quelques résultats significatifs, malgré l’impact occasionné par la pandémie de Covid-19.

D’après le Représentant de la FAO, Aristide Ongone Obame, « pendant la période de mise en œuvre qui va de 2020 à 2021, le projet GDA a connu entre autres avancés : le lancement du site web du Ministère de l’Agriculture; la mise en place des postes sentinelles pour la vérification des évènements majeurs de déforestation; la diffusion de l’outil EX-ANTE Carbone parmi les cadres et décideurs congolais et la finalisation du draft 1 de la politique agricole nationale durable », a-t-il fait savoir dans son mot d’ouverture.

Aristide Ongone Obame a précisé que, outre les résultats ci-haut, la politique agricole nationale durable (PNAD), demeure à ce jour le résultat majeur du projet GDA. « Le draft 1 de la PNAD est aujourd’hui disponible, grâce au travail de qualité des experts du Ministère de l’Agriculture, du FONAREDD et de la FAO. En effet, ce document vise à contribuer à l’atteinte de l’Effet 1 du Plan d’Investissement REDD+, à savoir : Les investissements agricoles sont respectueux de la forêt et améliorent les moyens d’existence des populations rurales, y compris des personnes vulnérables et marginalisées. La rédaction du draft 1 de la PNAD s’est faite de manière participative et ce processus a bénéficié de l’expertise, outre du Ministère de l’Agriculture et du FONAREDD, des Ministères de l’Aménagement du Territoire, du Développement Rural, ainsi que du CAFI et des chercheurs indépendants, qui avaient bien accepté de prendre part au Groupe de Travail Elargie (GTE) mis en place par le Cabinet du Ministre de l’Agriculture  » , a dit le Représentant de la FAO.

Avant d’annonce la phase suivante, qui est la validation de la PNAD, le Représentant de la FAO a rappelé les sept objectifs poursuivis par le projet GDA, à savoir : (i) Un document de politique nationale agricole durable est adopté ; (ii) des Textes Réglementaires nationaux agricoles et d’élevage orientés vers la mise en application de la Politique Agricole durable sont adoptés ; (iii) les capacités en matière des politiques agricoles ainsi que des instruments appropriés sont disponibles au niveau national et provincial; (iv) un référentiel technique de base pour la sédentarisation de l’agriculture est disponible ; (v) un cahier de recherche identifiant des besoins de recherches complémentaires pour soutenir la politique nationale agricole durable est disponible; (vi) un système de capitalisation des connaissances acquises sur des modèles agricoles durables expérimentés, ainsi que des outils de leur diffusion permanente sont disponibles et enfin, (vii) un réseau de postes sentinelles est mis en place.

La validation de la PNAD au niveau national nécessite des ressources conséquentes. « En effet, sur un budget global de 3.000.000 d’UDS, le FONAREDD a alloué une première tranche de 1.479.913 USD. Cette 1ère tranche a été à ce jour complétement consommée. L’équipe de projet de GDA a travaillé de concert avec le Ministère de l’Agriculture et le FONAREDD pour le plan de travail des activités restantes et dont la mise en œuvre nécessitera le décaissement de la deuxième du budget. Ces fonds permettront de finaliser le processus de validation de la PNAD comme mentionné plus haut, mais également d’élaborer les textes et autres mesures d’application de ladite PNAD, sans oublier l’élaboration du référentiel technique pour la sédentarisation des agriculteurs », indique-t-il.

Aristide ONGONE a, de ce fait invité les membres du Comité de pilotage à examiner attentivement et avec intérêt, les activités prévues dans le plan de travail, à les amender et les améliorer s’il y a lieu et de les valider en tant qu’organe approprié, afin de permettre au bailleur de fonds, qui est le FONAREDD, de procéder au décaissement de la deuxième tranche qui s’élève à 1.520.087 USD pour la poursuite des activités du projet.

Prenant la parole à cette occasion, le Représentant du FONAREDD a, au nom du Coordonnateur du Secrétariat exécutif de cette structure, déclaré que le programme DGA est l’un des programmes importants du portefeuille du FONAREDD, portant sur 18 programmes dont 11 sectoriels et 5 programmes intégrés dénommés PIRED. Un projet qui avait bénéficié d’une première tranche sécurisée de 1,5 millions USD, tandis que la deuxième tranche a été conditionnée par « la performance dudit programme qui sera disponibilisé sous peu ».

Il salué l’implication et le leadership du ministre de l’Agriculture dans l’avancement dudit programme ainsi que toutes les parties prenantes qui travaillent sans relâche, pour l’atteinte des objectifs de ce programme qui vise la gestion durable des ressources naturelles et forestières, et l’amélioration des conditions d’existence des populations. Une ambition, dit-il, qui rencontre la vision du président de la République Félix Tshisekedi, dans l’optique de la transition écologique et alignée sur l’Agenda national du gouvernement de la république.

De son côté, le directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture a remercié la FAO pour son appui vis-à-vis du ministère, dans la mise en œuvre du projet GDA, avec le soutien financier du FONAREDD (Fonds national REDD+) ainsi qu’à tous ceux qui ont permis d’initier et de mettre en œuvre le processus de réformes sectorielles, particulièrement la Politique agricole durable en RDC.

Il a par la même occasion invité les bailleurs de fonds, dont le FONAREDD et la FAO, à procéder à une évaluation externe du projet GDA, pour permettre au Comité de pilotage de se faire une idée sur la mise en œuvre du projet et la façon dont les fonds ont été alloués.

« Tout en appuyant cette demande qui permettra de relancer rapidement les activités du projet, pour atteindre les résultats en attente, j’invite le bailleur de fonds, à savoir le FONAREDD et la FAO, à diligenter dans les plus brefs délais, une revue indépendante ou évaluation externe du projet GDA, pour permettre au Comité de pilotage de se faire une idée précise de manière dont le projet a été mis en œuvre et la façon dont les fonds ont été alloués ».

Jul A

Autres titres

Traque des ADF : les députés soutiennent les opérations militaires conjointes Ouganda-RDC

deo

L’Ouganda attaque les ADF à partir de Beni !

deo

Des soldats ougandais sur le sol de la  RDC

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus