congosynthese

Face aux massacres récurrents : J. Kabila invité à installer son état-major militaire à Beni

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a, dans un document daté du mercredi 24 octobre 2018   appelé le chef de l’Etat, Joseph Kabila, à installer son Etat-major militaire à Beni, au Nord-Kivu, pour mettre fin aux récents massacres perpétrés par des présumés rebelles ougandais ADF (Forces Démocratiques Alliés) contre la population civile.

» Somme toute, l’insécurité permanente et grandissante à Beni en cette période où ses habitants sont confrontés depuis le 1er août 2018 à l’épidémie de la maladie à virus Ebola et s’apprêtent à participer aux scrutins présidentiel et législatifs prévus le 23 décembre 2018, il est plus que temps pour le Chef de l’Etat Joseph Kabila, de déplacer son Etat-Major Militaire et de l’établir d’urgence à Beni, afin de pouvoir instaurer la paix et rétablir l’autorité de l’Etat à l’Est de la RD Congo », conseille l’Ongdh.

L’association note que  le dernier bilan, enregistré en date du 20 octobre 2018 dans la Commune de Ruwenzori, a fait état de douze personnes atrocement tuées et quinze autres enlevées, y compris des femmes et des enfants, ainsi que le pillage de biens, vivres et bétails.

Selon les informations parvenues à la VSV, dimanche 21 octobre, la population locale, révoltée par ces massacres à répétition, a organisé des manifestations de protestation et a incendié les bâtiments abritant la Poste. Elle a également caillassé la Mairie de Beni, paralysant de ce fait toutes les activités, le lendemain de ce énième massacre qui vient endeuiller une fois de plus cette population longtemps meurtrie par des tueries en cascades.

Il revient à la VSV que les manifestants, constitués de femmes, enfants et vieillards, ont été dispersés à coups de grenades lacrymogène et de tirs de sommation par des éléments des Forces Armées de la RD Congo (FARDC) et de la Police Nationale Congolaise (PNC). La VSV signale que plusieurs manifestants, particulièrement des jeunes, auraient été appréhendés par les forces de sécurité.

Une boucherie humaine

Pour rappel, il ne se passe pas longtemps depuis octobre 2014, sans que  la ville de Beni et son territoire  ne soient la cible d’attaques armées sauvages et barbares de la part de présumés rebelles ougandais ADF et autres groupes armés actifs dans cette partie de la RD Congo. Ces attaques récurrentes ont déjà occasionné des centaines de pertes en vies humaines et plusieurs autres dégâts, ainsi que des violences commises contre la population civile, regrette la VSV.

En décembre 2017, ces présumés rebelles ougandais ont  attaqué des positions des FARDC et une base de la MONUSCO, causant ainsi la mort de quinze casques bleus tanzaniens.  Pour la VSV, les assassinats, enlèvements, violences sexuelles à répétition commis par  ces présumés rebelles ougandais ADF constituent des crimes contre l’humanité et crimes de guerre, nécessitant de ce fait l’ouverture d’enquêtes par le Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) en accord avec le Gouvernement rdcongolais, en vue des poursuites judiciaires contre les commanditaires et exécutants de ces crimes horribles.

Par GKM


Autres titres

RDC-Présidentielle : Vers une nouvelle coalition intégrant les opposants qui soutiennent Fayulu

Deo

Machine à voter : Le Royaume-Uni encourage la CENI à appliquer les recommandations de Westminster Foundation

Deo

Elections : l’UNC décide de faire cavalier seul

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus