fbpx
congosynthese.com

Expulsion brutale des Congolais vivant en Angola, la RDC n’appliquera pas la réciprocité, annonce le ministre des affaires étrangères

« Je sais que la réciprocité est un des principes et la règle d’or en diplomatie. Mais une bonne réciprocité, c’est dans la solution, pas dans l’exacerbation des tensions surtout avec un voisin qui est à la fois un pays frère de part les relations de consanguinité entre Congolais et Angolais et un pays qui est un allié stratégique, dont nous avons besoin comme marché, même si nous n’avons pas une production suffisante à y couler. Donc, la meilleure façon de faire, c’est de chercher des traitements réciproques dans le bien, pas dans la violence », dit à TOP CONGO FM, Christophe Lutundula, vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères pour expliquer le refus de la RDC d’expulser, tout aussi brutalement, les sujets Angolais vivant sur son territoire en représailles du renvoi manu militari de ses propres ressortissants par Luanda.

En revanche, « tous les services concernés de mon ministère sont en train de réunir des éléments d’information et nous sommes en contatc avec les autorités Angolaises concernées », assure plutôt Christophe Lutundula, conscient pourtant du caractère « récurrent » de cette situation.

« J’en connais quelque chose depuis que j’étais aux affaires sociales il y a plus de 20 ans. C’était pratiquement chaque année que ça revient« , admet le Chef de la diplomatie.

Savoir rester au pays

« Mais on veut aussi faire comprendre à nos compatriotes que la solution à nos problèmes existentiels, c’est dans notre pays. Aller à l’étranger, c’est pas mal, mais ce n’est pas cela résoudre le problème. Il faut rester chez nous », lâche Christophe Lutundula qui invite de ce fait ses « compatriotes« , à ne pas fuir leurs « responsabilités de citoyens ».

Certes, « il faut de la bonne gouvernance, le président Tshisekedi s’y emploie depuis qu’il est là, c’est un point sur lequel il met tout son honneur. Au gouvernement du Premier ministre Sama Lukonde, on y travaille« , affirme-t-il.

Ces dernières semaines, des reconductions forcées à la frontière de plusieurs ressortissants congolais se sont accentués notamment à Kamako dans la province du Kasaï.

Le député national Guy Mafuta qui a lancé l’alerte en diffusant des images chocs de ces refoulements violents avait invité la diplomatie congolaise à faire « absolument respecter la vie humaine au Congo et en dehors du Congo ».

Autres titres

Rejet de la demande d’audition du sénateur à vie Joseph Kabila

deo

Les députés provinciaux de l’UDPS prennent acte de la démission de Jean-Marc KABUND

deo

RDC: Rainforest et le Centre Pulitzer alertent sur le danger que court la forêt de Mangroves

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus