congosynthese

Exclusion des congolais de l’étranger. Elections 2018 : Nangaa convoqué devant les Députés !

Le débat était houleux hier, mercredi 6 juin 2018, à la plénière de l’Assemblée nationale. A la base, deux   propositions de loi initiées par l’Honorable Thomas Lokondo, portant modification des dispositions de la loi électorale concernant, entre autres, le vote et l’enrôlement des Congolais de l’étranger. Et, après des arguments et contre-arguments des Députés Nationaux qui se sont succédés du haut de la tribune sur cette question cruciale pour la République, le premier des Députés, l’Honorable Aubin Minaku, prenant ses responsabilités, a jugé bon de convoquer le Président de la Centrale Électorale, M. Corneille Nangaa, à la plénière d’aujourd’hui, pour qu’il éclaire la Représentation nationale sur cette éventualité.

Oui, le suspense avait trop duré dans le microcosme politique RD Congolais. La problématique de l’identification et le vote ou pas des congolais résidant à l’étranger a suscité mille et une réactions.

A la Chambre basse du Parlement, l’Honorable Henri Thomas Lokondo a voulu faciliter la démarche à la Centrale électorale, en initiant deux propositions de lois, modifiant ainsi la loi électorale déjà votée et promulguée par le Chef de l’Etat depuis le 24 décembre 2017. Dans l’argumentaire de l’élu de Mbandaka, le Gouvernement comme la CENI n’étaient plus capables  d’organiser l’identification et l’enrôlement des congolais de l’étranger au bout de trois mois dans les 5 continents de la planète.

D’ailleurs, dans son exposé de motif présenté devant l’Auguste Assemblée, Henri Thomas Lokondo a laissé entendre que cette même question en rapport avec l’identification avait d’ores et déjà  fait l’objet d’une séance de travail entre la centrale électorale et le bureau de l’Assemblée nationale. C’est au cours de cette entrevue bipartite que l’initiateur de la proposition portant modification de la loi électorale avait saisi Nangaa. Quelle a été donc sa réaction ? «Techniquement, c’est difficile», avait-il fait savoir à Thomas Lokondo. C’est dans cette logique que, l’élu de Mbandaka a haussé le ton, pour ne pas donner au Gouvernement, encore moins à la CENI, un prétexte pour reporter les élections pour une énième fois.

Débat contradictoire 

Le Député Nzangi était le premier à monter au créneau, demandant de surseoir le débat, pour permettre à la CENI, elle-même, de venir présenter son rapport sur l’impossibilité matérielle ou logistique d’organiser l’identification et l’enrôlement des Congolais résidant à l’étranger. A l’en croire, la démarche de Lokondo est donc inconstitutionnelle. Cette même thèse a été  confirmée par son collègue Baudouin Mayo Mambeke. « La CENI n’a pas réclamé la révision de ces lois, il lui revient de faire cette démarche, pas à Lokondo de le faire», a indiqué Beaudoin Mayo.

Contre toute attente, le Député de la majorité Pius Muabilu a catégoriquement balayé la thèse de ses prédécesseurs. Dans son intervention, le Député réélu de Mont-Amba, a affirmé que la CENI s’était déjà prononcée sur cette question, en indiquant qu’elle n’était plus en mesure d’organiser l’enrôlement des Congolais résidant à l’étranger. Il a, ainsi, accusé les élus de l’opposition de vouloir rouler pour un éventuel glissement. «Ils ne veulent pas dés élections», a-t-il conclu. D’emblée, le Président de la chambre basse du parlement, Aubin Minaku, face à ces arguments et contre-arguments, n’a pas manqué d’orienter ses  collègues en donnant quelques pistes des solutions sur cette question capitale. «Au cas où la CENI n’est pas à même d’enrôler tous les Congolais jusqu’au Cambodge, est-ce que les élections ne seront pas organisée le 23 décembre ? S’est interrogé Minaku dans la foulée. ‘’ Les élections auront bel et bien lieu le 23 décembre 2018’’, insiste-il. « Et nous devons tout mettre en œuvre pour respecter cet engagement. Notamment, sur le plan législatif, sur le plan de la gestion quotidienne, c’est le Gouvernement et l’autorité à charge de l’organisation des élections, à savoir la CENI», a, par ailleurs, ajouté le Président de l’Assemblée nationale.

En définitive, Corneille Nangaa a été convoqué d’urgence à la Représentation nationale pour départager les protagonistes de cette question.

C’est donc aujourd’hui que le Président de la CENI va devoir se présenter devant les Honorables Députés.

La Pros.


Autres titres

RDC: la résidence du porte-parole de la majorité cible de “tirs nourris”

Deo

Processus électoral : le Parlement et le Gouvernement d’accord avec la Ceni

Deo

Beni: Une incursion des rebelles ADF fait 12 morts, plusieurs enlevés et des maisons pillées.

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus