fbpx
congosynthese.com

État de siège: Une loi portant organisation et fonctionnement des FARDC proposée par le député Josué Mufula à l’Ass.Nat

Le député national, Josué Mufula a proposé ce mercredi 19 mai 2021 une lois à l’assemblée nationale pour l’intérêt des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) en qualité d’un élu national et un ancien Kadogo.

Il s’agit d’une loi modifiant et complétant la loi n°11/12 du 11 août 2011 portant organisation et fonctionnement des FARDC.

Cette proposition intervient quelques jours après que le président Félix Tshisekedi ait décrété l’État de siège dans les provinces du Nord-Kivu et de l’ituri où l’armée congolaise mène des opérations militaires contre les groupes armés qui sèment terreur et désolation faisant plusieurs violences.

Cet élu de Goma, n’a pas totalement tourné le dos à l’armée , malgré ses casquettes d’homme de lettres et politique.

Comme Député national, cet ancien kadogo de l’Afdl oeuvre toujours
pour le bien-être de son ancien corps et pour celui de ses anciens compagnons d’arme. Le cas de cette proposition de loi modifiant et complétant la loi organique n° 11/012 du 21 Août 2011 portant organisation et fonctionnement des FARDC que l’honorable
Josué MUFULA a déposé ce Mercrédi 19 Mai 2021 au Bureau de l’Assemblée nationale.

D’après ce député national, la loi n°11/012 du 11 août 2011 portant organisation et fonctionnement des FARDC avait tenu compte
des expériences passées et récentes des forces armées et de l’importance géopolitique et
géostratégique de la République démocratique du Congo.

Il ajoute qu’elle a alourdie le fonctionnement des
Forces armées de la République démocratique du Congo par la mise sur pieds de deux chaînes de
commandement et la création de six nouvelles grandes unités dont , entre autres;

  • Les zones de défense, ;
  • Le corps de santé ;
  • Le corps logistique ;
  • Le service de communication et d’information des forces armées ;
  • Le service d’éducation civique, patriotique et d’actions sociales ;
  • Le commandement général des écoles militaires.

Le député national fait le constat et trouve que la prise de décisions est très lourde.

 » Ce chevauchement entre la chaîne de mise en condition et celle de mise en œuvre crée un alourdissement qui se manifeste par la prise des décisions
qui ne répond pas aux principes de souplesse, de célérité et d’économie des moyens. De plus l’Etat
congolais peine à allouer des moyens conséquents à toutes ces structures. Cet état des choses ne
permet pas aux forces armées d’adapter leur stratégie aux menaces et défis sécuritaires endémiques
auxquels est soumise la République démocratique du Congo. L’efficacité opérationnelle tant attendue
n’est pas au rendez-vous » a déclaré Josué Mufula.

Il précise par ailleurs que la présente loi révisée assouplit le fonctionnement en mettant au sein des Forces Armées de la
République démocratique du Congo une seule chaîne de commandement qui combine la mise en
condition et la mise en œuvre .

« Cette chaîne combinée part du commandant suprême jusqu’au militaire
de rang, elle dispose d’un seul Chef d’Etat-major général adjoint au lieu de deux. Elle supprime
certaines grandes unités dont les attributions seront assumées au sein des unités maintenues par des
directions ou services. Au regard des enjeux et contraintes capacitaires des forces armées, cette loi
révisée maintient une seule grande nouvelle unité qui est le « commandement général des écoles
militaires  » précise t-il.

C’est a lui d’ajouter ;

« Cette lois met sur pieds deux nouvelles structures qui sont : la Direction générale du programme
« industrie militaire » et un Commissariat général des Forces armées de la République démocratique du
Congo »

Pour lui, la Direction générale du programme « industrie militaire » se chargera à matérialiser l’article
187 alinéa 2 de la constitution par l’auto-prise en charge des forces armées et leur participation au
développement économique de la nation congolaise. L’Africaine d’explosifs (AFRIDEX) et le Comité
international de sports militaires (CISM) intègrent ladite Direction. Tandis que le commissariat général des Forces armées sera chargé de tous les marchés publics au profit
des Forces Armées.
Ces deux structures seront sous contrôle direct du ministre de la défense nationale avec l’œil vigilant du
commandant suprême.

« L’objectif étant de concilier l’auto-prise en charge des forces armées, leur
efficacité opérationnelle ainsi que l’efficience basée sur la traçabilité dans les dépenses militaires »

Le député Josué Mufula se dit motivé de proposer cette lois car elle a été de soutenir l’état de siège décreté par le Chef de l’état en vue de la célérité dans le commndement au sein des FARDC pour des résultats escomptés.

Pour l’auto-prise en charge en créant des ressources extra-budgétaires, la participation de l’armée au dévéloppement et la traçabilité des dépenses au seins des FARDC,

 » j’ai suggéré respectivement l’ajout de deux nouvelles structures notamment: le Programme de l’  » industrie militaire » et le Commissariat Général des Forces armées » conclut-il.

Signalons que l’État de siège à été décrété depuis le 6 mai dernier dans les provinces du Nord-Kivu et ituri suite aux violences qui se vissent dans ces zones.

Les gouverneurs civils et leurs vice ont été remplacés par les gouverneurs militaires et vice policiers. L’administration est actuellement sous contrôle des militaires. Pendant ce temps, les opérations de traque sont menées dans les zones en proies aux violences comme dans la ville de Beni au Nord-Kivu et en territoire de Djugu dans la province de l’ituri. Les deux autres provinciales annoncent déjà des avancées et un bilan significatif.

Justin Kabumba

Autres titres

Ass-Nat : La plénière a rejetté le projet de loi d’habilitation du gouvernement

deo

RDC : Le Premier Ministre a conféré avec les Ambassadeurs du Royaume-Uni et de la République de Corée

deo

Urgent: La cour d’appel condamne Vital Kamerhe à 13 ans de travaux forcés, Jammal à six ans

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus