fbpx
congosynthese.com

Et la série continue… Les agents de l’ex-Onatra exigent la suspension du DG Mukoko Samba

Building Onatra. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Un mouvement spontané de grève a démarré hier jeudi 31 janvier, au siège administratif de la Société commerciale des Transports et des Ports (SCTP). Après avoir appris, par la voie des ondes, la suspension du DG de Transco pour « mauvaise gestion », la masse laborieuse de l’ex. Onatra s’est révoltée, à son tour, pour réclamer à cor et à cri le départ de la Direction générale et du Conseil d’administration de cette société.

A en croire M. Patient Lushimbo, secrétaire général a.i. du Syndicat national des réformateurs (Synar), cet arrêt spontané de travail était prévisible. Car, plusieurs rassemblements convoqués par la délégation syndicale, ont été

étouffés par les éléments de la police nationale, en collaboration avec la police de la SCTP. 
 » La Direction générale a multiplié des stratégies pour empêcher la tenue de l’assemblée générale des travailleurs.

Entre temps la souffrance de ces derniers continue à s’empirer. Les agents sont devenus des clochards. Ils vivent en errance, sans même savoir comment envoyer leurs enfants à l’école. En outre, de nombreux couples sont présentement disloqués et la plupart des familles sont devenues instables « , fait-il savoir.

Pour ce réformateur, la mauvaise gestion au sein de la SCTP a été déjà dénoncée par quatre structures syndicales, auprès du Directeur du cabinet du chef de l’Etat, avec copie réservée au président de la République.

« Nous estimons que très rapidement la solution sera trouvée, comme cela a été le cas à Transco, en vue de mettre fin à la précarité qui caractérise actuellement l’agent de la SCTP « , souligne Patient Lushimbo.

Hormis le départ des animateurs de la Direction générale et ceux du Conseil d’administration, les agents de l’ex. Onatra réclament également l’apurement des 15 ou 19 mois d’arriérés de salaires selon les entités, ainsi que l’organisation d’un audit indépendant susceptible d’éclairer la situation de la trésorerie de l’entreprise.

« Si nous manifestons, c’est parce nous sommes impayés pendant dix-neuf mois. Nous revendiquons d’abord le salaire (…). Après le salaire, le départ de notre DG Mukoko Samba », a martelé Jean Kasonga Meta, président de l’Intersyndical national de la SCTP. 
Aucune réaction de la Direction générale n’a cependant été enregistrée hier, à la suite de cet arrêt de travail.

Selon des sources syndicales, ce mouvement de grève a commencé au port de Matadi où les agents ont observé un arrêt de travail pour les mêmes revendications. 
Une grande manifestation de travailleurs est encore prévue ce vendredi.

Les agents de la SCTP se disent fatigués de continuer à travailler sans aucune rémunération mensuelle. Ils sont décidés à poursuivre cet arrêt de travail jusqu’à la suspension de l’équipe dirigeante actuelle, comme ce fut le cas à Transco. 
L’Intersyndical de cette société appelle le gouvernement à trouver rapidement une solution à la situation socioprofessionnelle des travailleurs de la SCTP, en vue d’épargner le trésor public du manque à gagner dû à l’arrêt de travail au port international de Matadi.

Forum des As 

Autres titres

Denis Mukwege invite la population Congolaise à dénoncer les messages d’incitation à la haine

Redaction

3ème  Conclave sur la situation de paix en RDC : les Chefs d’Etat de l’EAC ordonnent l’application immédiate d’un cessez-le-feu

Redaction

Kasaï-Central : Des acteurs impliqués dans la lutte contre les VBG en atelier de validation du plan d’action provincial de lutte contre les violences basées sur le genre

Patrice Kayembe

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus