congosynthese

Ebola : le Japon dépêche une équipe d’évaluation en RDC

Ces experts auront pour mission d’évaluer d’étudier les besoins des zones touchées par l’épidémie. Ils coordonneront la possibilité d’une assistance supplémentaire sur la base de discussions avec le gouvernement de la République démocratique du Congo et les organisations internationales.

Un coup de pouce japonais 

Il faut souligner que ce geste du gouvernement japonais en faveur des victimes et du gouvernement congolais est un important coup de pouce dans la riposte de cette neuvième, réapparition de l’épidémie du virus Ebola En RDC.

Les zones les plus touchées par la maladie sont Mbandaka, Bikoro et Iboko dans la province de l’Equateur. Selon le ministère de la Santé publique, les analyses épidémiologiques ont permis d’identifier les personnes ayant été en contact avec les cas confirmés de la maladie à virus Ébola.

Ces contacts vivent dans les zones de santé voisines à Bikoro et Iboko. La même source indique que ces contacts sont suivis et ont été conseillés de limiter leurs mouvements durant toute la période de suivi qui est de 21 jours.

À ce jour, on note « 58 cas de fièvre hémorragique signalés dans la région dont 3,5 confirmés; 13 probables et 8 suspects -, indique le ministère de la Santé publique. La situation se présente de la manière suivante : quatre nouveaux cas suspects (trois à Iboko et un à Bikoro) ; deux: tests négatifs à Bikoro ; aucun nouveau cas positif; aucun nouveau décès.

Par ailleurs, l’équipe d’experts du gouvernement japonais vient donc en appui à d’autres partenaires et organisations internationales qui font déjà un travail remarquable en intensifiant des efforts de prévention dans les zones tournées. Pour contrer la propagation du virus, un vaccin expérimental a été utilisé depuis le week-end dernier dans les régions touchées.

De son côté, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rassure de l’efficacité des dispositions prises pour prévenir contre la propagation du virus à Ebola à Kinshasa.

Au cours du point de presse hebdomadaire des Nations unies à Kinshasa, le 23 mai, le représentant de l’OMS en RDC, Dr Allangar Yokouindé, a soutenu que des équipes ont été déployées au port de Kinshasa pour assurer le contrôle sanitaire des personnes qui arrivent par bateau en provenance de Bikoro et Mbandaka (Equateur). Cela, suite à une « alerte» faisant état d’un cas de l’épidémie d’Ebola signalé à l’hôpital général de référence de Kinshasa.

« Le cas de Mama Yemo, ce n’est pas un cas suspect, c’est une alerte. C’est ce qu’il faut dire. Et quand il y a des alertes comme ça, il y a des équipes qui sont mises en place. Et dès que l’alerte leur parvient, une équipe se déploie directement sur le lieu pour faire les investigations», a expliqué Dr Allagar Yokouinde.

Mercredi, le ministre de la Santé publique a qualifié de fausse alerte les rumeurs qui circulent dans l’opinion sur la présence d’un présumé cas suspect de virus Ebola à l’Hôpital général provincial de référence de Kinshasa. La dernière épidémie d’Ebola, entre 2014 et 2015, avait fait plus de 11 000 morts en Afrique de l’Ouest.

Stanislas Ntambwe/Le Potentiel 


Autres titres

Nord-Kivu : 4 morts dans une marche de colère à Nyiragongo et Goma

Kabumba Katumwa

Nord-Kivu : Manque d’eau potable à Goma : Les militants de la Lucha arrêtés par la police lors d’une marche

Kabumba Katumwa

Ebola au Nord-Est de la RDC : L’OMS se réunit d’urgence

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus