congosynthese

Ebola : Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte la résolution 2439

Face à l’épidémie du virus d’Ebola à l’est de la RDC, le Conseil de sécurité des L’ONU a adopté, le mardi 30 octobre 2018, une résolution dans laquelle il réclame à toutes les parties au conflit armé dans cette région de permettre le libre passage du personnel humanitaire.

Dans cette résolution présentée par l’Éthiopie et la Suède et adoptée à l’unanimité, rapporte un communiqué de l’ONU, les quinze membres du Conseil se disent « profondément préoccupés par l’état global de la sécurité dans les zones touchées par l’épidémie d’Ebola qui compromet gravement l’intervention d’urgence et facilite la progression du virus en RDC et dans la région ».

Le Conseil demande à tous les groupes armés, y compris les Forces démocratiques alliées (ADF), « de mettre immédiatement un terme aux hostilités » et « condamne dans les termes les plus énergiques toutes les attaques menées par les groupes armés, y compris ceux qui menacent gravement la sécurité des intervenants et mettent en péril l’action de lutte contre l’épidémie d’Ebola ».

Dans ce contexte, les membres du Conseil demandent « à toutes les parties de permettre le libre passage, dans de bonnes conditions de sécurité et sans délai, de l’ensemble du personnel humanitaire et médical, ainsi que du matériel, des transports et des fournitures connexes dans les zones touchées, et de respecter et protéger tous les civils, y compris les habitants de la région qui risquent de contracter l’Ebola, et les travailleurs humanitaires et sanitaires ».

Ils soulignent également que les équipes d’action humanitaire et les hôpitaux et autres installations médicales qui apportent une assistance et des secours vitaux aux personnes qui sont dans le besoin doivent être respectés et protégés et ne doivent en aucun cas être pris pour cibles.

Par ailleurs, les membres du Conseil ont félicité le gouvernement congolais d’être intervenu « de manière énergique » face à l’épidémie d’Ebola et d’avoir fourni notamment des soins de santé gratuits dans les zones de santé touchées et d’avoir présenté des rapports quotidiens sur la progression de l’épidémie.

Ils ont aussi remercié l’ensemble du personnel humanitaire et de la santé de l’action menée sur le terrain, ainsi que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires dans le Réseau mondial d’alerte et d’intervention en cas d’épidémie. Ils ont félicité la Mission des Nations Unies en RDC (MONUSCO) d’avoir soutenu l’action du gouvernement congolais, de l’OMS et d’autres acteurs contre l’Ebola « dans un contexte extrêmement ardu et dangereux ».


Déclarée par les autorités congolaises le 1er août dans la province du Nord-Kivu (est de la RDC), la dernière épidémie d’Ebola a également été constatée dans la province d’Ituri, plus au nord. Entre le 4 mai et le 15 octobre 2018, 216 cas d’Ebola (181 confirmés et 35 probables) ont été signalés en RDC. Au total, 139 décès sont survenus (104 confirmés et 35 probables).

Le 17 octobre dernier, l’OMS a conclu que l’épidémie d’Ebola en RDC ne constituait pas, à ce jour, une urgence de santé publique de portée internationale, mais qu’elle se déroulait dans un contexte particulièrement complexe et posait plusieurs défis importants : une zone de conflit actif doublée d’une crise humanitaire prolongée. Selon l’OMS, la méfiance de la population reste également un problème important.

Clément Muamba Mulembue/TIMES.CD

(Visited 1 times, 1 visits today)

Autres titres

Leila Zerrougui, est préoccupée par la succession d’incidents graves qui entravent le bon déroulement de la campagne électorale en RDCongo

Deo

Beni : F. Tshisekedi et V. Kamerhe se sont recueillis sur l’endroit où a été abattu le colonel M. Ndala et devant la tombe de Nyamwissi Muvingi

Deo

Beni : encore des morts dans des attaques attribuées aux ADF

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus