congosynthese

Ebola : cinq nouveaux cas confirmés à Beni et Mambasa

Un cas a été confirmé dans la zone de santé de Mandima en territoire de Mambasa dans la province de l’Ituri et 4 autres cas à Mabalako en territoire de Beni dans la province du Nord-Kivu. Ces nouvelles victimes sont toutes des prestataires de soins au Centre de Santé de Référence de Mangina révèle un document du ministère de la santé qui signale un total de 57 cas de fièvre hémorragique dans la région, dont 30 confirmés et 27 probables. 58 cas suspects sont en cours d’investigation. Le document indique également 2 décès de cas confirmés, dont 1 à Mabalako et le cas confirmé à Mandima (Ituri).

La première patiente guérie au centre de traitement Ebola (CTE) de Béni est une fillette de 13 ans. Les experts psychosociaux du ministère de la santé ont rendu visite aux membres de sa famille pour les préparer psychologiquement et faciliter sa réinsertion psychosociale.
En outre, indique le ministère, les équipes de prise en charge des CTE à Beni et Mangina ont commencé à utiliser la molécule thérapeutique Mab 114 dans le cadre du traitement des personnes atteintes de la maladie à virus Ebola. Le Mab 114, qui découle des recherches menées par le Professeur Jean-Jacques Muyembe sur le sérum d’un survivant de l’épidémie d’Ebola à Kikwit en 1995, est ainsi devenu la première molécule thérapeutique contre le virus à être utilisée dans le cadre d’une épidémie d’Ebola active en République Démocratique du Congo.

Lors de la précédente épidémie dans la Province de l’Equateur en mai dernier, poursuit le document du ministère de la santé, un comité scientifique mixte et un comité d’éthique avaient approuvé l’utilisation de cinq molécules thérapeutiques expérimentales. Toutefois, explique-t-o, en raison de la maîtrise rapide de la précédente épidémie, aucune des molécules n’avait pu être administrée et elles étaient restées dans les laboratoires de l’institut national de recherche biomédicale (INRB) à Kinshasa. Lorsque la dixième épidémie s’est déclarée dans la Province du Nord-Kivu en juillet, l’INRB a demandé aux firmes produisant chacune de ces molécules de donner à nouveau leur autorisation pour leur utilisation ainsi qu’un protocole d’administration amendé avant de présenter la demande d’approbation au comité éthique. A ce jour, toutes les molécules sont déjà arrivées à Béni, à l’exception du ZMapp qui nécessite une conservation à – 20 degrés Celsius. Le comité éthique a déjà approuvé le protocole d’administration amendé fourni par les producteurs du Mab 114. Les quatre autres dossiers au complet viennent d’être soumis au comité éthique et à l’autorité de régulation nationale pour approbation renseigne ce communiqué.

Le décès enregistré dans la zone de santé de Mandima, dans la Province de l’Ituri, est un homme qui avait été admis au centre de santé de référence de Mangina, dans la province du Nord-Kivu, pour des problèmes cardiaques. Après avoir été traité, il est rentré dans son village dans la zone de santé de Mandima, situé à environ 400 mètres du CSR Mangina, où il est décédé. Les échantillons prélevés se sont révélés positifs ajoute ce document du ministère de la santé.

Delphin Mupanda/Correspondant


Autres titres

Lutte contre l’insécurité à Kinshasa : Les motos taxis contraintes de revêtir la couleur jaune

Deo

La reddition des comptes 2017 transmise à l’ECOFIN de l’Assemblée nationale

Deo

Lutte contre Ebola au Nord-Kivu : les équipes de riposte font face aux agressions

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus