congosynthese

Ebola à Mbandaka-Bikoro : Suspension momentanée de l’administration de sacrements

ebola

Monseigneur Fridolin Ambongo Besungu a suspendu provisoirement l’administration de sacrements nécessitant un contact physique dans le diocèse de Mbandaka-Bikoro. C’est pour éviter la propagation de la fièvre hémorragique Ebola. Il s’agit notamment du baptême, de la Confirmation, de l’onction des malades et du sacrement de l’ordre. De même, l’invitation au baiser de paix se fera verbalement et la communion ne se fera plus à la bouche lors des célébrations eucharistiques.

L’archevêque coadjuteur de Kinshasa et administrateur apostolique du diocèse de Mbandaka-Bikoro, de retour d’une visite pastorale, les 22 et 23 mai, dans la province de l’Équateur, a annoncé l’adoption de ces mesures de prévention dans les paroisses au cours d’un point de presse dimanche 27 mai 2018. Mgr Fridolin Ambongo s’est alarmé de la progression rapide de l’épidémie à virus Ebola dans la province de l’Équateur.

Le nord-ouest de la République Démocratique du Congo est fortement touché par l’épidémie Ebola qui a fait 25 morts, sur 54 cas enregistrés depuis début mai. Une hausse du nombre de personnes contaminées est à craindre puisque 1. 139 personnes ont été en contact avec un malade ou un cadavre, rapporte la Croix Africa.

La voie principale de contamination de la maladie à virus Ebola est le contact direct avec les liquides organiques (salive, sueur, sperme etc.) d’une personne infectée, ce qui la rend très contagieuse.L’Église catholique s’est fortement impliquée dans la lutte contre cette maladie virale depuis l’apparition de l’épidémie, début mai.

L’installation, dans la province de l’Équateur, dans le nord-ouest de la RDC, de l’épidémie de la maladie à virus Ebola a astreint l’Église à prendre des mesures de prévention des cas de contagion lors de célébrations eucharistiques.

Ces mesures interviennent quelques jours après que le père Lucien Ambunga, prêtre catholique de la congrégation des lazaristes,a été placé en quarantaine suite à sa contamination par le virus Ebola. Le curé de la paroisse d’Itipo, dans le diocèse de Mbandaka-Bikoro, avait contracté le virus alors qu’il administrait l’onction des malades.Il a été ensuite déclaré guéri, samedi 26 mai, et est sorti de l’hôpital.

25 morts, 35 cas enregistrés

Mgr Fridolin Ambongo, a, par ailleurs, déploré quelques comportements « irresponsables » des populations qui constituent un terreau favorable pour la multiplication des cas : la non-acceptation de la réalité de la maladie, les pratiques de manipulation sur les malades mais aussi sur les cadavres qui sont souvent transportés à moto et la consultation de charlatans.

Aussi, le prélat a-t-il jugé « inacceptable » la situation dans la province de l’Équateur confrontée à un grave manque d’infrastructures routières. La seule route séparant Mbandaka de Bikoro, localités du nord-ouest frappées par l’épidémie, est complètement impraticable.

Face à cette situation, l’administrateur apostolique a appelé les autorités provinciales à prendre leurs responsabilités.« Jusqu’à quand la population devra-t-elle attendre que ses gouvernants s’engagent enfin à travailler généreusement à l’amélioration de ses conditions de vie ? Que fait l’exécutif provincial ? », s’est-il interrogé.

L’appel de la Conférence épiscopale

Bien avant le diocèse de Mbandaka-Bikoro, la Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) avait exprimé son inquiétude, dans un message publié vendredi 18 mai 2018. L’épiscopat congolais avait, en outre, encouragé les efforts des autorités locales et des partenaires internationaux qui, avec la participation des communautés locales, essaient de limiter la propagation de la maladie et d’assurer la sécurité ainsi que la santé de la population.

Le combat de la Caritas

Pour sa part, la Caritas congolaise est à pied d’œuvre depuis le début de l’épidémie.Elle a surtout lancé une communication très active auprès des acteurs locaux. Il s’agit, pour elle, de former et d’informer les relais dans les communautés afin que ceux-ci aident les populations à adopter des mesures d’hygiène afin de contrer la propagation du virus.

Dans un message publié sur le site de Caritas le 16 mai, la responsable de la structure catholique dans la province ecclésiastique de Mbandaka, Jeanne Marie Abanda, a expliqué son plan d’actions. « Nous proposons de concentrer nos efforts sur la prévention, l’eau, l’hygiène et l’assainissement, la mobilisation communautaire et la communication. À ce propos, nous comptons sur l’implication des prêtres, religieux et religieuses, enseignants, personnels soignants œuvrant dans les zones affectées ».

Le 12 mai 2018, Caritas avait organisé un briefing sur la maladie à virus Ebola pour son personnel. Le 13 mai, un message officiel a été diffusé dans toutes les églises de la province de l’Équateur. Le lendemain, tous les prêtres du doyenné de Mbandaka ont reçu des informations clé sur cette maladie en vue d’aider leurs fidèles à y faire face.


Autres titres

Lualaba : La Ligue Des Jeunes PPRD Exige Le Départ De Richard Muyej

Deo

Goma : Le militant de la Lucha Lumumba Trésor kidnappé a été retrouvé, il parle du calvaire

Kabumba Katumwa

Déraillement du train entre Kindu-Lubumbashi : Kabila instruit le gouvernement de prendre en charge les victimes.

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus