congosynthese

DIOMI: LE TEMPS EST ARRIVE DE PANSER NOS BLESSURES, DE REGARDER ENSEMBLE EN DIRECTION D’ UN CONGO NOUVEAU, PLUS HUMAIN, PLUS JUSTE ET ÉQUITABLE

Chers compatriotes,

Nous célébrons aujourd’hui une victoire pour la VRAIE justice.
Les insultes, les opprobres, la haine, les conditionnalités honteuses ne touchent pas l’innocent.

Nous avons rêvé d’un Congo-Kinshasa où il n y aurait plus de prisonniers politiques, où les droits civils et politiques des citoyens congolais seraient respectés, pour permettre enfin d’amorcer le vrai développement durable de notre beau pays. Ce rêve doit devenir une réalité.

A travers nos sacrifices, nous avons triomphé dans notre effort pour insuffler l’espoir dans le cœur de nos concitoyens, dont les droits civils et politiques ont été systématiquement bafoués, depuis des décennies.

Plus jamais les congolais ne devront subir ce que j’ ai subi, à cause de mes opinions politiques! Plus jamais la justice de ce pays ne devra être instrumentalisée à des fins politiques !!

Nous tous, ici présents, dédions ce jour à tous les héros, hommes et femmes, connus et inconnus de ce pays qui se sont sacrifiés et qui ont mis en danger leurs vies afin que nous puissions commencer à être, aujourd’hui, libres.

Ce fut le combat de Gaston Diomi Ndongala, contre le colonialisme, d’Etienne Tshisekedi contre les dictatures abrutissantes et c’est aussi mon combat, en toute modestie, pour une démocratie « gouvernante » et non « gouvernée », au Congo-Kinshasa.

Pour ceux qui ont comploté contre moi et qui continuent à débiter leur haine, leur insultes dégradants contre ma personne, je leur pardonne et je demande à Dieu de les pardonner, « car ils ne savent ce qu’ils font ».

Que jamais, au grand jamais, ce beau pays ne subisse encore l’oppression de l’un par l’autre, les lynchages médiatiques contre les adversaires politiques et il ne souffre l’indignité d’être le pays où les droits de l’ homme sont systématiquement bafoués, où les congolais sont torturés et emprisonnés pour avoir osé dire « non » à la tentative d’imposition de la pensée unique et l’instauration d’une dictature.

Mes remerciements vont, en première lieu, à Dieu tout puissant, qui m’a préservé alors que je marchait dans la vallée de la mort.

Mes pensées vont à ma famille, particulièrement à mon épouse Patrizia et mes enfants, mais aussi aux militants de la Démocratie Chrétienne, aux partenaires de la MPP, de l’ UDPS et tous ceux, si nombreux, qui ont fait de ma libération une cause noble et commune qu’il fallait à tout prix défendre car ils ont compris qu’il s’agissait aussi de leur liberté.

Je ne peut oublier le Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies, pour m’ avoir rendu justice alors que la justice de la RDC a été manipulée et défaillante;

l’Union Interparlementaire, pour ses efforts constants, inlassables, depuis des années, en faveur de la défense des droits de l’homme des parlementaires congolais et surtout, pour avoir défendu mon cas comme celui « d’ un harcèlement politico judiciaire violent et de longue date, contre un opposant politique ».

Je tiens aussi à remercier la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, pour avoir défendu ma cause dans l’Accord politique de la Saint Sylvestre, en tant que prisonnier politique emblématique qu‘il devait être immédiatement libéré. A eux aussi va toute ma reconnaissance.

Je ne peut passer sous silence la mobilisation, sur mon cas, de l’Organisation Mondiale contre la Torture, OMCT, et des tous les défenseurs des droits de l’homme, dont, en tête de liste, l’Association Congolaise pour l’ Accès à la Justice, ACAJ en sigle.

Mes pensées vont à tous les congolais qui m’ont soutenu, par leurs prières, par leur soutien et leur revendication de la vraie justice, celle qui protège l’innocent, celle qui ne détient pas au secret les citoyens congolais dans les cachots insalubres des services de sécurité, celle qui ne les torture pas et n‘organise pas des lynchages médiatiques haineux, ne pose pas des conditionnalités dégradantes à la libération d’un innocent.

Et, dulcis in fundo, ma gratitude va au Président de la République, SEM Félix Tshilombo Tshisekedi, pour avoir osé arracher des geôles et des mouroirs congolais les otages politiques de l’ancien régime, dont je faisait partie !

Votre courage et détermination, Excellence, augurent un avenir meilleur, plus juste, plus équitable et humain pour notre pays, qui permettra d’ écrire votre nom en lettre d’or dans le grand livre de l’ histoire de la République Démocratique du Congo, comme celui d’un vrai réformateur.

Que règne la liberté en RDC !
Que vive la Liberté!
Que vive le Président Félix Tshilombo Tshisekedi, qui a tenu sa promesse d’œuvrer, dès le debout de son mandat, pour une RDC sans prisonniers politiques.

Vérité et Justice pour la R.D. Congo,

Je vous en remercie,

Eugène Diomi Ndongala,
Président National de la Démocratie Chrétienne, DC


Autres titres

RDC : Lokondo invalidé, Jeannine Mabunda candidate unique à la présidence de l’assemblée nationale,

Deo

Félix Tshisekedi a reçu Joseph kabila, ce lundi 22 Avril, à la cité de l’UA

Deo

Olivier Kamitatu : « Moïse Katumbi est un homme libre de rentrer dans son pays »

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus