congosynthese
  • Home
  • Actualité
  • Des pro-Katumbi rencontrent l’ONU la veille de son retour annoncé en RDC
Actualité

Des pro-Katumbi rencontrent l’ONU la veille de son retour annoncé en RDC

Des proches de l’opposant congolais Moïse Katumbi ont rencontré jeudi la cheffe de la mission de l’ONU en République démocratique du Congo, à la veille du retour annoncé de leur chef qui risque d’être arrêté dès son arrivée à Lubumbashi.

M. Katumbi affirme qu’il va arriver vendredi matin à l’aéroport de Lubumbashi pour déposer sa candidature à l’élection présidentielle en RDC. Le ministère des Transports affirme qu’il a reçu une demande d’autorisation d’atterrir, mais la réponse n’est pas encore parvenue à l’entourage de Katumbi.

“Nous sommes allés sensibiliser Mme Leila Zerrougui des risques sécuritaires qui entourent le processus des élections dans la perspective du retour de Moïse Katumbi et à la lumière des péripéties du retour hier de Jean-Pierre Bemba”, a déclaré Delly Sesanga, secrétaire général de la plateforme électorale pro-Katumbi Ensemble.

Il y a des risques de dégradations qui mettraient en situation périlleuse des civils et des acteurs politiques comme Katumbi”, a-t-il ajouté.

“Cette rencontre entre dans le cadre des bons offices de la Monusco”, a déclaré Florence Marchal, porte-parole de la Monusco, ajoutant que “la Monusco n’a pas pour mission d’assurer la protection des personnalités”.

“Nous avons entendu parler d’un mandat de prise de corps émis par le parquet contre Katumbi. Mais ce serait de l’arbitraire comme on en a l’habitude depuis un temps dans notre pays”, a déclaré Me Joseph Mukendi, avocat de M. Katumbi.

“Tout ça vise à l’empêcher de déposer sa candidature”, a-t-il indiqué.

Ex-proche du président Kabila passé à l’opposition en 2015, M. Katumbi a été condamné à trois ans de prison dans une affaire de spoliation immobilière.

Il est également poursuivi pour recrutement de mercenaires (procès renvoyé au 10 octobre).

“Des farces judiciaires”, a déclaré récemment son avocat parisien Éric Dupond-Moretti, qui balaie aussi une troisième accusation (la nationalité italienne), concluant que “rien n’interdit qu’il rentre en RDC.”

Avec AFP


Autres titres

Joseph Kabila est arrivé à Windhoek pour participer au 38ème sommet de la SADC

Deo

Mandat d’arrêt international contre Moïse Katumbi

Deo

Processus électoral : Monsengwo a donné des conseils à Muzito

Deo

Laisser un commentaire

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus

Login

Do not have an account ? Register here
X

Register