congosynthese

Des étincelles en l’air : le PPRD s’oppose au report de l’élection des Gouverneurs !


Le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie -PPRD-, a rejeté formellement le report de l’élection des Gouverneurs, qui devrait avoir lieu le mercredi  27 mars 2019. Ainsi, sans pour autant aller par quatre chemins, le bureau politique du PPRD, sous la houlette de son Secrétaire permanent, Emmanuel Ramazani Shadary, a, dans sa déclaration signée hier, lundi 18 mars 2019, tenu à faire une mise au point, allant dans le sens de fixer l’opinion tant nationale qu’internationale, sur la nécessité de la tenue de l’élection des gouverneurs et vice-gouverneurs. « Le calendrier électoral est publié par la CENI, il ne revient donc pas à un parti politique de décider unilatéralement du report des scrutins concernant les Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de province», a fait remarquer le communiqué qui a sanctionné la réunion du bureau politique du PPRD.

Ce faisant, le parti politique du Président honoraire Joseph Kabila, pointe du doigt les militants de l’Udps, qui, à les en croire, ont exprimé leur mécontentement en posant des actes peu démocratiques, du fait que leur parti n’ait pas réussi à obtenir un seul siège au Sénat, alors qu’ils avaient suffisamment des députés provinciaux notamment, dans la ville de Kinshasa  et dans la province du Kasaï Oriental. Dans cet ordre, la première force au sein du FCC remet également en cause les actes qu’il qualifie d’allégations de corruption, formulées par les partisans de l’UDPS qui, en outre, en appellent au report des scrutins des Gouverneurs et Vice-gouverneurs des provinces. Prenant en compte tous ces éléments, le PPRD ne s’attend pas à un quelconque report.

Dans un autre chapitre, il estime qu’il reviendrait donc à l’UDPS d’en fournir des preuves devant les instances judiciaires, ce qui pourrait entrainer non pas l’annulation des scrutins, mais tout au plus la condamnation des personnes à charge desquelles, l’infraction de corruption serait établie. Alors que le calendrier électoral a été déjà publié par l’organe habilité à organiser le scrutin, le PPRD durci le ton, en réfutant in extremis le report dudit scrutin. Par contre, il a invité leurs alliés de l’Udps, de pouvoir sensibiliser leurs députés et de monter des stratégies adéquates pour les fidéliser, conformément aux orientations de leurs instances dirigeantes.

Toutefois, le Secrétaire permanent du PPRD a laissé entendre qu’ils sont en train de mobiliser tous leurs militants, toutes les fédérations provinciales, tous leurs candidats aux scrutins des Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de province, à ne pas céder aux intimidations et à demeurer résolument engagés pour la victoire finale.

La Pros.

 

Le Secrétaire Permanent

DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DU PPRD SUITE AUX DESTRUCTIONS MECHANTES AYANT VISE SES PERMANENCES DANS LES VILLES DE KINSHASA ET DE MBUJIMAYI

En date du 15 mars 2019, les assemblées provinciales ont procédé à l’élection des sénateurs, conformément au calendrier fixé par la CENI. Les résultats publiés par la CENI ont établi et confirmé les tendances déjà notées lors des scrutins législatifs et provinciaux, à savoir que le PPRD est la première force politique de la RDC, au regard du nombre de ses élus tant nationaux que provinciaux dont les 34 sénateurs PPRD élus en cette date.

Le samedi 16 mars 2019, des militants de l’UDPS ont élevé leurs protestations du fait que leur parti n’ait pas réussi à obtenir un seul siège au Sénat, alors qu’ils avaient suffisamment des députés provinciaux, notamment dans la ville de Kinshasa (12) et dans la province du Kasaï Oriental (…). Ils s’en sont pris violemment aux forces de l’ordre et aux permanences du PPRD saccagés à Mbuji-Mayi et à Kinshasa-FUNA, sur l’avenue SENDWE. Dans un déferlement de ces violences, ils ont mis à mort un policier à Mbuji-Mayi, le capitaine BAMBENGA SHELENGE SHA MBUYI.

A la suite de ces incidents malheureux, les instances dirigeants de l’UDPS ont formulé des allégations de corruption, déclaré leur intention de remettre en cause le processus électoral et d’obtenir le report des scrutins des Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de province.

Le Bureau politique du PPRD, réuni, ce lundi 18 mars 2019, tient à faire la mise au point ci-après :

  1. Les sénateurs sont élus au second degré par les assemblées provinciales conformément à l’art. 104 al. 5 de la Constitution. De ce fait, il revient aux députés provinciaux de procéder à l’élection des sénateurs.
  2. Les allégations de corruption à charge des députés UDPS ne peuvent être prises en compte que si elles sont établies par des voies Il reviendrait donc à l’UDPS d’en fournir les preuves devant les instances judiciaires, ce qui pourrait entrainer non pas l’annulation des scrutins, mais tout au plus la condamnation des personnes à charge desquelles l’infraction de corruption serait établie.
  3. Le calendrier électoral est publié par la CENI, il ne revient donc pas à un parti politique de décider unilatéralement du report des scrutins concernant les Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de province.
  4. Les députés ont voté en âme et conscience, car leur mandat n’est pas impératif. Il revient à chaque parti de sensibiliser ses députés et de monter des stratégies adéquates pour les fidéliser conformément aux orientations de leurs instances dirigeantes. C’est pourquoi, il est utile de bien gérer les ambitions au sein des partis pour se prémunir contre la dispersion des voix, ce qui manifestement aura été le cas de l’UDPS à Kinshasa et dans le Kasaï Oriental où ce parti n’a pas pu obtenir quelques sièges. A cette occasion, le PPRD rappelle, fort de son expérience que, malgré ses députés en nombre élevé à Kinshasa, au Kwilu, au Kongo central et à l’Equateur n’a eu aucun sénateur et n’a pas mis ses militants dans la rue pour des manifestations violentes. De même, pour l’élection du Président du Sénat en 2007, malgré sa majorité absolue, le Sénateur KENGO WA DONDO de l’opposition à l’époque a été élu au détriment du Candidat SHE OKITUNDU, soutenu alors par la Majorité. Point n’est besoin de rappeler qu’en 2007, dans la province de SUD- KIVU avec 12 députés provinciaux, le PPRD n’avait obtenu aucun Sénateur. Le PPRD n’a pas réagi violemment et, est resté attaché aux valeurs républicaines et à l’Etat de Droit.

En conséquence, le PPRD, victime des actes ignobles et barbares perpétrés contre ces permanences, et profondément choqué par les agressions meurtrières contre des agents de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions, présente ses condoléances à la police Nationale Congolaise, à la Famille biologique de l’illustre disparu et au Président de la République, Commandant Suprême des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale :

Le PPRD condamne avec la dernière énergie l’usage de la violence à des fins politiques, les actes d’intimidation posés par des militants de certains partis politiques en violations des lois, l’absence de condamnation par les instances dirigeantes de l’UDPS du recours systématique à la violence de rue, l’instrumentalisation de la rue pour empiéter sur les prérogatives des institutions légalement établies ;

Le PPRD exhorte les instances judiciaires à poursuivre les auteurs des actes de vandalisme ayant visé les permanences du PPRD, les violences et voies de fait ayant entrainé la mort atroce d’un policier à Mbuji-Mayi, ainsi que les agressions inqualifiables menées contre des élus, fussent-ils de l’UDPS, et contre leurs biens à Kinshasa et à Mbuji-Mayi ;

Le PPRD Mobilise tous ses militants, toutes ses fédérations provinciales, tous ses candidats aux scrutins des Gouverneurs et Vice-Gouverneurs de province, à ne pas céder aux intimidations, à demeurer résolument engagés pour la victoire de nos candidats aux scrutins du 27 mars 2019, à confirmer une fois encore que notre parti demeure la première force politique en République Démocratique du Congo.

Le PPRD reste attaché à sa doctrine, qui consacre «l’amour de la patrie et l’engagement ferme de ne jamais trahir le Congo » selon sa devise « Unité, action, Progrès, Solidarité »

Fait à Kinshasa, le 18 mars 2019-03-18

LE BUREAU POLITIQUE

Loading...

Autres titres

Nord-Kivu: Deux positions des FARDC attaquées par un groupe des hommes armés à Rugari

Kabumba Katumwa

Urgent: La démission d’Oly Ilunga en tant que Ministre de la Santé, suite à la décision de la Présidence de gérer à son niveau l’épidémie d’Ebola.

Deo

Goma: La police mobilise pour la riposte Ebola

Kabumba Katumwa

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus