fbpx
congosynthese.com

Denis Kadima : « Mon bureau s’engage à organiser effectivement des élections crédibles dans le délai constitutionnel »

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima a affirmé que les élections de 2023 se tiendront dans le délai constitutionnel.
Cette déclaration, rapporte la presse présidentielle, a été faite jeudi 9 décembre à l’issue de l’audience accordée par le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo aux membres du bureau de la CENI.

Avec le Chef de l’Etat, poursuit la dépêche présidentielle, les discussions ont tourné notamment autour du bon fonctionnement des institutions et les besoins de la CENI qui permettront à la centrale électorale d’atteindre ses objectifs.

« Le Chef de l’État a été très réceptif, il tient à ce que nous puissions faire notre travail en toute indépendance et professionnalisme car le pays doit retrouver sa place dans le concert des nations par les élections », a dit Denis Kadima.

Il a affirmé que la position du Président de la République rencontre justement les aspirations de son bureau parce que, « son bureau s’engage à organiser effectivement des élections crédibles en termes de qualité et en terme de promptitude, c’est-à-dire dans les délais constitutionnels. »

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des consultations que le bureau Kadima a initiées auprès des institutions du pays et des acteurs sociaux.

« La CENI s’emploie à rencontrer, pour des échanges, toutes les parties prenantes nationales au processus électoral et les partenaires internationaux », a déclaré à la presse présidentielle Denis Kadima.

Le président de la CENI a, enfin, lancé un appel aux uns et aux autres afin de se tenir prêts pour les échéances de 2023.

Autres titres

Affaire RAM : la session de mars annoncée décisive à l’Assemblée nationale

deo

Le Chef de l’Etat promulgue la loi prorogeant l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu

deo

Mgr Muteba : « Dans un Etat qui s’autoproclame ‘‘de droit’’, il est notoire que le droit de manifester pacifiquement n’est pas une faveur attribuable au gré des humeurs de ceux qui gèrent la chose publique »

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus