fbpx
congosynthese

Crise à l’UDPS : Les 72 heures donné à Jean-Marc Kabund pour démissionner, expirent aujourd’hui.

Dans une conférence de presse donnée, vendredi 13 mars à Kinshasa, certains cadres, députés nationaux et provinciaux de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) réunis au sein du collectif «Sauvons l’UDPS», exigent le retrait immédiat du président intérimaire, Jean Marc Kabund.

Les balles ont de nouveau crépité le weekend au siège de l’Union pour la démocratie et le progrès social. On a assisté à un affrontement entre les militants de la formation tshisekediste et les forces de l’ordre.

Un groupe de combattants qui manifestaient contre le duo Kabund-Kabuya respectivement président a.i et secrétaire général de l’UDPS, ont tenté de prendre d’assaut le siège du parti pour déloger de force l’actuelle équipe dirigeante du parti présidentiel.

A la tête de ce groupe, l’ancien président de la Ligue des Jeunes de l’UDPS, Geco Beya et 11 combattants qualifiés de “voyous” par Augustin Kabuya, ont été brièvement interpellés puis relâchés.Le limogeage de Jacquemain Shabani à la tête de la Commission électorale permanente du parti au pouvoir sur décision de Jean Marc Kabund, est sans nul la doute la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.Ulcérée par la décision de Kabund, qu’ils jugent inique, une frange des hauts cadres de l’UDPS ne jurent plus que par son éviction de son fauteuil de président intérimaire de la formation politique léguée par l’opposant historique, Etienne TshisekediPaul Tshilumbu, Peter Kazadi, Jacquemain Shabani, toutes de grandes figures de la formation de la 11ème rue, ont donné 72 heures à Jean Marc Kabund pour qu’il se retire des affaires du parti en vue de laisser le secrétaire général de l’UDPS, Augustin Kabuya, travailler avec d’autres composantes statutaires du parti pour l’organisation du congrès dans les meilleurs délais.Ils menacent de saisir les cours et tribunaux si Kabund s’entête à l’expiration de l’ultimatum qui court jusqu’à ce lundi 16 mars. Outre le limogeage de l’ancien secrétaire général de l’UDPS (2010-2011), plusieurs griefs sont retenus à charge de Jean Marc Kabund.

A savoir : la mise à l’écart des statuts du parti par l’usage du mandat émis par le président du parti ; l’atomisation de tous les organes du parti, y compris la présidence transformée en un club des copains dans le but de s’accaparer et de fouler aux pieds les efforts des pères fondateurs et tous ceux qui ont sacrifié le meilleur d’eux-mêmes pour l’accession de l’UDPS au pouvoir. Ce n’est pas tout. Il est également reproché au président intérimaire la gestion opaque du parti qui est tout sauf une véritable machine devant soutenir le chef de l’Etat dans ses efforts pour redresser le pays.Des soupons graves de trafic des postes du parti sont foirmulés contre des personnes étrangères pèsent également sur l’exécutif du parti d’Etienne Tshisekedi. ERIC WEMBA

Autres titres

RDC : “L’Assemblée nationale ne pourra pas résister dans une confrontation avec le Président de la République” Députés et sénateurs CACH

deo

Ituri: 4 localités se vident de ses habitants suite aux attaques répétitives des miliciens FPIC à Irumu

deo

RDC : “L’assemblée nationale ne pourra pas résister dans une confrontation avec le président de la République” Députés et sénateurs CACH

hpadmin