fbpx
congosynthese

COVID-19 : la RDC envoie 37 experts en santé publique pour appuyer d’autres pays africains

Jusqu’où irait le confinement de la commune de Gombe ? Pour combien de temps encore, l’accès dans cette municipalité restera-t-il limité à quelques catégories socioprofessionnelles sélects ? Toutes ces questions trouveront leurs réponses au cours d’une importante réunion technique prévue ce mercredi 20 mai à la Primature, entre le Premier ministre et des membres du Comité multisectoriel de la riposte au Covid-19 (CMR-C-19).

Selon le prof Jean-Jacques Muyembe Tamfum, coordonnateur du CMR-C-19 et médecin Directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale (INRB), qui l’a annoncée hier mardi sur Top Congo Fm, la rencontre de ce matin devra servir de tribune aux experts pour présenter la situation épidémiologique actuelle du Covid-19 dans la commune de Gombe. Et, c’est à l’issue de cette évaluation que les partes pourront voir dans quelle mesure lever la mesure de confinement de cette municipalité, principal centre commercial et siège social de la plupart des services de l’Etat Congolais. Considéré comme l’épicentre de la pandémie du Covid-19 à Kinshasa, Gombe a été mis en quarantaine le 14 avril dernier. Depuis, plus d’entrée ni de sortie.

Exception faite à quelques catégories socioprofessionnelles triées sur le volet. Toutes les voies d’accès direct à cette partie de la ville de Kinshasa été barricadées et placées sous “s” surveillance des agents de la Police nationale congolaise (PNC). Plus d’un mois de confinement, il est bienséant d’en faire l’évaluation et tirer les conséquences qui s’imposent. Gombe n’étant pas une commune quelconque, son confinement prolongé ne peut qu’impacter très négativement sur la plupart des activités économiques tant formelles qu’informelles dans la capitale congolaise. D’où, la pertinence de la réunion de ce mercredi.

LE MONNAYAGE DE VRAIS-FAUX MORTS DE LA COVID-19, UN FAKE

Toujours lors de son passage d’hier sur les antennes de Top Congo FM, le Coordonnateur du Secrétariat technique de l’équipe de la riposte au Covid-19 est revenu sur des informations non contrôlées, faisant état du monnayage de vrai-faux morts de la Covid-19, dans certains grands hôpitaux de Kinshasa. Secret de polichinelle. Depuis plusieurs semaines, circulent dans les rues de Kinshasa, des rumeurs selon lesquelles des agents de l’équipe de riposte au Covid-19, proposeraient un montant variant entre 3000 et 2000 dollars américains, à une famille éplorée, en échange d’une fausse déclaration d’aveu du décès de leur proche des suites de cette pandémie. Depuis, les internautes congolais d’ici et d’ailleurs en ont fait leur chou gras sur les réseaux sociaux, jetant ainsi de l’opprobre non seulement sur des spécialistes travaillant dans la structure de riposte, mais aussi et surtout, sur l’ensemble du pays. “J’ai entendu ça. Je suis plutôt triste d’entendre pareille nouvelle. Si c’était moi qui serait à la morgue et que quelque se présente avec 3.000 USD à proposer à mes enfants pour cette fameuse et ridicule transaction, la réaction de ces derniers serait vraiment violente. Ils diraient sans doute que notre Père (nldr: Docteur Muyembe) vaut plus que cela”, a-t-il affirmé.

De même qu’il qualifie de fake-news, cette information qui relève quelque peu de la clameur publique, le Directeur général de l’INRB se refuse d’entrer dans un domaine requérant l’expertise certaine des hérauts des Services de sécurité du pays. “(…) Et puis, nous sommes dans un pays où il y a le Service de sécurité, la Police nationale…mais il n’y a aucun rapport officiel dans le sens de ces suspicions malveillantes. Ce qui me pousse à dire que ce sont de fausses histoires, des fake-news. C’est simplement pour distraire l’opinion parce que je ne vois pas comment une organisation comme le Secrétariat technique va commencer à acheter des cadavres pour faire quoi? Donc pour moi, c’est un non-sens total et je ne crois pas cela”, réplique le Dr Jean-Jacques Muyembe, à son intervieweur sur Top Congo FM. Par ailleurs, le Coordonnateur du Secrétariat technique de l’équipe de riposte au Covid-19, a annoncé le pic épidémiologique pour fin mai et début juin prochain. Le Dr Jean-Jacques Muyembe a également évoqué la peur que suscite cette pathologie, compte tenu de son impact sur la vie sociale et l’économie, quand bien même la malaria causerait plus de décès dans le monde. La Covid-19, bien qu’elle cause moins de morts que le paludisme, fait cependant, trembler toute la planète. La vie sociale et l’économie mondiale sont frappées de plein fouet. “Il faudra encore un peu plus de temps. Mais nous pouvons espérer que vers fin mai début juin, on aura le pic. La malaria c’est la maladie qui tue le plus mais le coronavirus a plus d’impact sur la vie sociale et sur l’économie. C’est surtout ça qui fait peur”, nuance l’expert congolais, sans aucune intention d’en rajouter à la psychose ambiante autour de cette pandémie à Kinshasa.

Gloire BATOMENE

Autres titres

Enfin la date est confirmée! Le Joseph Kabila Kabange sera ce samedi 05 décembre 2020 à Lubumbashi.

hpadmin

Le gouvernement congolais a doté la CVM d’une nouvelle Drague.

hpadmin

Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki, en mission à Kinshasa.

hpadmin

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus