congosynthese

Coups de feu à l’Assemblée provinciale du Kongo central, plénière suspendue


Le gouverneur [Atou Matubuana était prêt à s’expliquer devant les députés provinciaux du Kongo central quand] le garde du corps du Président de l’Assemblée provinciale a tiré”, affirme, sur TOP CONGO FM, le député Jean-Claude Mvuemba qui annonce également que la plénière est suspendue.

L’élu de Kasangulu explique qu’il y a “des policiers qui sont venus pour protéger les députés. Le gouverneur, lors qu’il a entendu ces coups de feu, a été évacué par sa sécurité”, ajoute-t-il.

Il explique que “la plénière avait commencé avec une motion du rapporteur qui mettait en cause la façon dont le Président de l’Assemblée provinciale a convoqué la plénière, sans une décision du Bureau. Il a demandé la parole et a dit qu’il ne peut pas commencer à lire le procès-verbal parce qu’il n’était pas partie prenante. Il était à 3 pour un bureau de 5, mais le Président a estimé qu’il devait foncer avec la plénière”.

C’est à ce moment-là que “j’ai demandé une motion incidentielle. Le Président de l’Assemblée provinciale me l’a accordée. Je lui ai dit que nous vous demandons, avec votre bureau de vous retirer pendant 30 minutes et harmoniser afin de nous dire s’il faut continuer. Le Président a demandé qui étaient pour et qui étaient contre. Personne parmi les 22 députés n’a eu le courage de contredire ce que je dis. Le Président est sorti avec les membres du bureau”.

Pour Jean-Claude Mvuemba, “il y a aussi une motion contre le Président. Il devrait quitter la tribune et laisser la présidence au vice-président”.

Il relève même la motion à la base de l’interpellation du gouverneur Atou Matubuana “est caduque. La motion de défiance de notre collègue date du 30 septembre 2019, elle devrait être examinée 48 heures”.

Difficile de savoir qui a tiré 

“Il est difficile de savoir qui a tiré dans une Assemblée où il y a les rapprochés du gouverneur et ceux des membres du bureau”, déclare le député Modero Nsimba rapporteur du caucus des élus du Kongo central.

“Voilà pourquoi on attend l’arrivée du Procureur près la Cour d’appel de Matadi et auditeur supérieur de Matadi pour vérifier qui a tiré dans la salle”
.

Alors que le député Jean-Claude Mvuemba accuse formellement le garde du corps du Président de l’Assemblée provinciale d’avoir ouvert le feu, Modero Nsimba estime que “c’est une fausseté. Il n’y a eu aucun garde du corps derrière le Président de l’Assemblée provinciale. Mais, derrière le gouverneur et les membres de l’exécutif, il y avait plein de garde-corps en civil”.

Modero Nsimba rappelle même que c’est “le Président de l’Assemblée provinciale lui-même qui a volontairement inscrit, sur demande des députés qui pensaient qu’il ne faisait pas l’équilibre, à l’ordre du jour 48 heures avant la motion contre sa propre personne. La motion était en pleine discussion. Les membres du bureau devraient l’examiner. On n’est même pas arrivé à la fin, il y a eu cet incident”.

Il rassure tout de même que “le temps que les forces de l’ordre sécurisent les installations de l’Assemblée provinciale, qui sont inviolables, le gouverneur aussi a compris, n’est pas parti loin et attend que les choses reprennent afin de reprendre sa place, la plénière va reprendre”.

Loading...

Autres titres

Le Chef de l’État a présidé la 13ème réunion du Conseil des Ministres.

Deo

RDC:Victime des accusations dans les tueries de Beni,l’ancien gouverneur Eugène Serufuli dément formellement son implication

Kabumba Katumwa

RDC: La lucha exige le limogeage des généraux des FARDC “affairistes”

Kabumba Katumwa

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus