congosynthese

Congolais Refoulés D’Angola : De L’humiliation Au Calvaire

En réalité, il y a plus de 200 000 Congolais refoulés d’Angola depuis le début de ce mois d’octobre. La majorité de ces compatriotes ont été maltraités et dépouillées par les forces de sécurités angolaises avant d’être expulsés comme des bêtes. Tout ceci se passe sans qu’aucune autorité de Kinshasa ne puisse lever le ton. Comble de l’humiliation, depuis qu’ils sont sur le territoire congolais, ces compatriotes refoulés sont logés à la belle étoile, dans le dénuement total. Des milliers de Congolais sont passés de l’humiliation, en Angola, et au calvaire, sur leur propre territoire, dans l’indifférence totale de Kinshasa.

 Par Le Potentiel

 Les nouvelles en provenance des zones frontalières avec l’Angola ne sont pas rassurantes. Les Congolais refoulés d’Angola depuis le début du mois d’octobre continuent d’affluer dans les cités frontalières avec l’Angola, aussi bien dans le Kasaï que dans le Kongo Central. Le gouverneur du Kasaï, Marc Manyanga, a affirmé le vendredi dernier qu’au total 188 720 Congolais refoulés d’Angola sont arrivés dans sa province, entre le 1er et le 11 octobre, et 97 000 parmi eux vivent à Kamako.

Mais, il n’y a pas que ce poste frontalier où ces refoulés passent. Ils traversent aussi par plusieurs villages où il n’y a pas des agents commis pour faire les statistiques et par le Kongo Central. « Lorsque le gouverneur est arrivé, nous lui avons communiqué le chiffre des refoulés, le jeudi 11 octobre 2018, cinq gros camions sont venus de l’Angola et ont amené des milliers de personnes. Et depuis, la vague continue. Les services aux frontières sont débordés et n’enregistrent plus les refoulés car leurs bureaux se sont transformés en sites d’accueil. Le chiffre doit être de loin supérieur à celui communiqué par le gouverneur », a confié à Actualite.cd l’abbé Crispin Mfamba, curé de la paroisse Saint Gabriel et président de la Société Civile.

Tout compte fait, il y aurait plus de 200 000 Congolais qui ont été refoulés d’Angola. Malgré ce nombre impressionnant de refoulés, Kinshasa n’a pas encore réagi contre les mauvais traitements affligés à ses compatriotes dans un pays frère.

Pire encore, l’accueil du coté congolais laisse à désirer. À Kamako, où il y a une concentration d’environ 97 000 personnes, c’est le dénuement absolu. Les églises, les ONG et le gouvernement provincial tentent, avec les moyens du bord, de venir en aide à ces refoulés. Mais, « les besoins restent quasi intacts ».

« Nous allons installer 28 sites d’accueil de nos compatriotes refoulés d’Angola ce lundi (Ndlr : hier). L’objectif est d’accueillir nos compatriotes, les identifier et les orienter pour rejoindre leurs lieux d’origine. Il est inhumain de voir comment nos compatriotes souffrent, les uns sous des arbres et les autres battent le pavé. Ce qui est grave, les plus jeunes ne dorment pas faute d’endroits. Ils se promènent toute la nuit et restent debout. C’est un drame que nous essayons de contenir. Au delà, nous voulons aussi faire libérer les salles des classes qui sont prises d’assaut par les refoulés et permettre aux élèves d’étudier », a déclaré l’abbé Mfamba à ce média en ligne.

Les mêmes témoignages viennent de la province du Kwango, frontalière aussi avec l’Angola, où les habitants voient arriver tous les jours des refoulés.

Il est aberrant de constater que les dirigeants congolais ne tirent jamais les leçons de l’histoire. Ça fait au moins trois décennies que les Congolais sont expulsés de l’Angola dans de conditions inhumaines. Chaque fois, la réaction de Kinshasa a toujours été soit absente soit timide. Il en a été le cas aussi avec les Congolais refoulés du Congo Brazzaville en 2014.

Malgré les bastonnades, les brimades et autres violences dont les Congolais ont fait l’objet dans ce pays frère, la RDC n’a jamais pris ce problème à sa juste mesure. Pire encore, des centaines de refoulés de Brazzaville sont restés pendant plus d’une année à la belle étoile, dans des conditions infrahumaines, en pleine ville de Kinshasa, le long de la clôture du stade ex-24 novembre dans la commune de Kinshasa.

Tout compte fait, plusieurs Congolais souhaitent voir le gouvernement central mettre les bouchées doubles pour trouver la solution aux problèmes des refoulés d’Angola.

(Visited 6 times, 1 visits today)

Autres titres

FÉLIX TSHISEKEDI ACCUSE “LAMUKA”, PIERRE LUMBI REJETTE

Deo

URGENT/Mbuji-Mayi: Baricades Et Police Attendent Félix Tshisekedi

Deo

Kalemie : « Aucun bilan faisant état de mort d’hommes » (Lambert Mende)

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus