congosynthese

Configuration de la nouvelle Majorité présidentielle : Tshibala, Kapika, Makila, Lisanga,Okundji… en front commun avec J.Kabila

Bientôt la sortie de la coalition dont les ministres dits de l’opposition sont tenus de soutenir l’autorité morale de la MP et le candidat président qu’elle va présenter

Le mois de juin est très déterminant pour Joseph Kabila Kabange, tenu de bien se positionner quant à son avenir par rapport aux diverses pressions subies de l’extérieur comme de l’intérieur.

Léonard She Okitundu, vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, est en tournée à l’étranger auprès des instances africaine et planétaire pour expliquer la démarche de son chef. Et lui-même sur le terrain tente de séduire les Congolais en multipliant des lancements de travaux de construction de certains ouvrages et l’inauguration  d’autres.

Sur le plan politique, les derniers dissidents du Rassemblement, actuellement au gouvernement, vont renforcer la Majorité présidentielle en répondant favorablement à l’appel qu’il leur avait lancé à sa ferme de Kingakati à l’occasion d’une retraite, à en croire les propres termes de l’ancien confrère devenu Secrétaire général du Gouvernement. Bruno Tshibala Nzenzhe et les siens ont accepté d’adhérer publiquement à la nouvelle coalition politique ayant pour probable appellation, « Front commun pour le Congo ».

La sortie officielle de cette structure de soutien au Président Joseph Kabila et au candidat à la magistrature suprême qu’il va présenter interviendra, sauf changement de dernière minute, au courant du mois de juin de tous les enjeux électoraux, suivant les échéances arrêtées par la Commission électorale indépendante (CENI).

Devenu président du Conseil des sages du Rassemblement dédoublé, président de son Udps et premier ministre après tripatouillage de l’Arrangement particulier, Bruno Tshibala a bien balisé le chemin en vue de se rendre important dans la nouvelle cour aux multiplex coups bas entre sociétaires.
Ceux-ci n’ont pas encore dit leur dernier mot, même s’ils multiplient plusieurs appels de pied à l’endroit de Bruno Tshibala dont les hésitations ont été mal vues.

Ils s’attendaient que le transfuge de l’UDPS fasse allusion à la coalition lors du meeting tenu à la Fikin le 26 mai dernier. Restituant la rencontre de Kingakati, l’un des participants avait confié à une radio locale qu’une commission créée par la suite s’est penchée sur l’appel lancé à l’endroit des ministres dits de l’opposition.

Bruno Tshibala avait un schéma ou celui–ci a été arrêté de commun accord avec le commanditaire. Ainsi, l’ancien locataire de Lemba a réuni ses affidés en les préparant moralement à la sortie de la coalition en parlant le langage de la Majorité présidentielle par rapport au fichier électoral, à la machine à voter… Il dérange par la suite Joseph Olenghankoy en le défenestrant du poste de président du Conseil des sages du RASSOP dédoublé, et devient le seul et unique interface de l’Accord politique violé.

Non seulement, le président des FONUS est déstabilisé, mais il est aussi en danger au niveau du CNSA où il gère sans acte de nomination et, bagou d’honneur oblige, tient des réunions de cette institution d’appui à la démocratie dans l’un de ses appartements à Gombe.

La présence de Lumanu Buana Nsefu, considéré comme le véritable chef du CNSA, à la réunion de réconciliation présidée par le président de l’Assemblée nationale pour la convocation de la Tripartite dans l’harmonie, n’est pas étrangère au profil actuel du jeune frère d’Olenghankoy, en acceptant de faire cause commune avec Tshibala.

Emery Okundji des PTNTIC n’est pas sur la liste des ministres opposants du gouvernement qui ont appuyé le premier ministre contre l’homme fort des FONUS avec lequel il se dispute le leadership de l’opposition acquise à Joseph Kabila. Même Joseph Kapika qui n’est pas au gouvernement par la volonté du Rassemblement dédoublé a désavoué Olenghankoy. Jean-Pierre Lisanga donne l’air d’être dans le secret de cet agenda qui attire aussi les autres ministres dits de l’opposition qu’il a trouvés, comme José Makila.

Pour trouver des hommes et femmes devant renforcer sa majorité, Joseph Kabila en trouvera toujours. Mais l’abîme causé par de nombreux sociétaires de la MP n’ayant pas pu traduire en date les « 5 chantiers » et « la Révolution de la modernité », a creusé un profond écart entre la majeure partie de la population qui croupit dans la misère noire et les tenants du pouvoir, difficile à combler. La souffrance reste le principal handicap pour les dirigeants de communier avec la masse.

Par MKM


Autres titres

RDC: à deux mois des élections, le travail de titan de la Céni

Deo

Le plus long pont du monde : 55 kilomètres de béton et d’acier

Deo

Programme commun et candidature unique. RSA : Bemba, Katumbi, Fayulu, Kamerhe, Matungulu, Muzito et Félix en conclave !

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus