congosynthese

Cent cinquante (150) personnes sont portées disparues après le naufrage d’une pirogue motorisée

Cent cinquante (150) personnes sont portées disparues après le naufrage d’une pirogue motorisée lundi 15 avril sur le lac Kivu, a annoncé ce mardi 16 avril , le président Félix Tshisekedi, se disant “très attristé”. Le lendemain du drame la tweetosphère congolaise exprime sa tristesse.

Le député Claudel-André Lubaya demande des enquêtes.

« Profondément choqué par le naufrage du ferry et attristé par la disparition de 150 compatriotes, j’adresse mes condoléances aux familles et appelle les pouvoirs publics à ouvrir une enquête pour établir les responsabilités de ce drame. Pensée pieuse pour les victimes ».

Pour sa part, l’opposant Moise Katumbi pointe du doigt l’irresponsabilité de l’autorité et appelle à l’action.

« Combien de drames devrons-nous encore endurer avant d’agir ? Ce naufrage sur le lac Kivu résulte de l’irresponsabilité de nos gouvernements successifs. Rénover les infrastructures, contrôler les moyens de transports sont des priorités. Il faut agir. Paix aux âmes des 150 victimes ».

Félix Tshisekedi avait annoncé les poursuites pour « sanctionner les auteurs ».

«Je suis très attristé par le naufrage d’une pirogue ce 15 avril dans le lac Kivu. Le Bilan provisoire est de 150 disparus. J’exprime ma sincère compassion aux familles éprouvées. Je suis de près la situation afin d’identifier et sanctionner les auteurs ».

Le mouvement citoyen Lucha insiste sur la sécurisation des voies de transport.

«  Une énième catastrophe évitable ; 150 disparus après un naufrage sur le lac Kivu . Le transport lacustre et fluvial méritent une attention particulière notamment à ce qui concerne les embarcations et la sécurité des passagers. Nous compatissons (…). Le 1er responsable de ces tragédies récurrentes sur nos lacs, nos fleuves, nos rivières, nos voies ferrées, nos routes et nos aéroports, c’est l’inexistence ou la vétusté des infrastructures; la quasi inexistence des services de prévention et de secours; la corruption”.

 

Et si l’on mettait nos drapeaux en berne! Cela ne ramènera pas les morts et ne mettra pas fin à ces tragédies récurrentes et pourtant évitables. Mais notre pays a cruellement besoin de prendre conscience que chaque vie est précieuse, de compatir solidairement.


Autres titres

RDC : Les congolais se souviennent de Papa WEMBA trois ans après sa disparition

Kabumba Katumwa

Devant Denis Mukwege, le Conseil de sécurité de l’ONU adopte la Résolution criminalisant les violences sexuelles en temps de conflits armés

Deo

RD Congo : prophéties et escroquerie

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus