fbpx
31.1 C
Kinshasa
July 4, 2020
congosynthese

“Ce n’est ni à la BM, encore moins au FMI qu’on peut importer un leadership fort.

Il faut renforcer le contrôle sur la gouvernance du pays pour son développement “, indique le Premier ministre honoraire.Le Sénateur Augustin Matata Ponyo plaide pour un leadership fort et une gouvernance de qualité pour amener la RDC au développement et à l’émergence. C’est ce qu’a démontré l’ancien Premier ministre, le vendredi 5 juin, au cours d’une plénière académique sur le thème ” l’Émergence par le Leadership et la Gouvernance ” au Sénat. L’élu de Kindu croit dur comme fer que seule la mise en œuvre du binôme “Leadership-Gouvernance ” peut sortir le pays du cercle vicieux du sous-développement. L’ancien argentier du pays déplore, lors de cette conférence-débat, qu’un pourcent de la population s’empare, par la corruption, de toute la richesse du pays, exposant ainsi 99 pourcents des congolais à la pauvreté et au sous-développement.

Le Premier ministre honoraire présentait à la chambre haute, les opportunités pour la RDC de sortir du sous-développement. Le choix du Sénat, explique l’orateur, se justifie par le fait qu’il est composé d’éminentes personnalités, sages de la République qui devraient s’employer par ses conseils et recommandations, à amener les responsables de l’Exécutif à s’inscrire sur la voie de ce binôme. Afin, dit-il, d’obtenir les progrès recherchés et donner à leur action un réel impact sur la vie de la population.D’après Matata, ” la stagnation de l’économie et l’accentuation de la pauvreté nous interpellent sur la nécessité et l’urgence des solutions de se remettre sur le chemin de l’émergence pour le développement “. La situation désastreuse actuelle accentuée par la pandémie mondiale l’ont motivé à partager la conviction sur le caractère incontournable de ce binôme dans le progrès de l’humanité, vue son expérience au sommet du gouvernement en tant que Premier ministre, et auparavant ministre des Finances. A l’entendre, tous les pays qui ont émergé ont fondé leurs politiques sur le leadership et la gouvernance.

LEADERSHIP-GOUVERNANCE, UN DECLIC INCONTOURNABLE

Augustin Matata Ponyo note que c’est quand le leadership fait siennes les exigences de gouvernance de qualité que les bases du progrès peuvent durablement être posées. Puis, il ajoute que l’atteinte de ces résultats sera certaine au regard de la permanence des efforts dans une cohérence d’action bien pensée. Le Premier ministre honoraire souligne que la permanence des efforts et la cohérence d’action ne peuvent être que les fruits d’une harmonie entre les différents étages de leadership éclairé dans une organisation. Les deux concepts, fait-il savoir, intègrent surtout au niveau opérationnel, la mise en place pour l’efficacité de l’action, d’outils et mécanismes de gouvernance qui garantissent les progrès. En effet, laisse entendre l’élu de Kindu, le progrès de la société en termes de développement a plus de chance d’être induit par un leadership éclairé. Celui-ci peut rendre possible une gouvernance responsable, mentionne le sénateur Matata qui insister : ” une gouvernance responsable est à même de conduire à une culture de leadership qui va permettre l’incrustation du leadership dans la gouvernance par l’effet boules de neiges “. NECESSITE DE LA VOLONTE ET LA CAPABILITE

Cependant, ce scientifique est persuadé que dans la gestion publique, il n’est pas possible de dissocier la gouvernance de qualité d’un leadership éclairé. Car, fait-il remarquer, ces exigences ne sauraient véritablement être mises en œuvre sans la volonté et la capabilité requises du dirigeant. Selon ses explications, la volonté est comprise comme la disposition de caractère qui porte à prendre des décisions avec fermeté et à les conduire à leur terme en étant potentiellement prêt à surmonter tous les obstacles possibles. Tandis que la capabilité dénote de l’ensemble des ressources que devraient posséder le dirigeant afin de surmonter tous les obstacles. Volonté et capabilité réunies en couple constituent une condition à la fois nécessaire et suffisante à la constitution stable du binôme leadership-gouvernance, indique l’élu des élus de Kindu.A ce sujet, explique à ses collègues que la constitution stable de couple leadership-gouvernance permet l’émergence des institutions propices au développement dans une vision d’essaimage du leadership, grâce aux qualités personnelles du dirigeant, en bloquant les velléités et excès centrifuges des groupes antagonistes au progrès général.

LA RDC APPELEE A CAPITALISER CETTE EXPERIENCE

Le sénateur Augustin Matata Ponyo invite ses collègues à utiliser une démarche institutionnelle en rappelant aux responsables de l’Exécutif de s’inscrire dans la mise en œuvre du binôme “leadership-gouvernance de qualité “, condition unique et suffisante pour le déconfinement de la RDC.Dans cette perspective, la chambre haute peut adresser une recommandation au Chef de l’Etat, garant du bon fonctionnement des institutions dans le sens de l’exhorter à prendre un train de mesures de nature à renforcer le leadership et la gouvernance de qualité. Afin que sa vision et son action puisse avoir réellement des effets escomptés s’inscrivant sur la voie de l’émergence vers le développement, a-t-il suggéré.

L’ENGAGEMENT DU PRESIDENT FELIX TSHISEKEDI DANS LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION SALUE Par ailleurs, l’ancien chef de l’Exécutif national salue l’engagement du Président de la République dans la lutte contre la corruption et l’ensemble de décisions prises pour le matérialiser. Matata Ponyo reconnait que c’était aussi le combat de son père le feu Etienne Tshisekedi wa Mulumba. “Je pense que beaucoup d’autres actions peuvent être prises pour consolider et crédibiliser davantage ce processus”,estime-t-il. Selon ses dires, la corruption en tant que système d’antivaleurs, doit être combattue par un autre système. De son point de vue, le système de corruption est composé par une minorité puissante pouvant représenter moins de 1% de la population d’un pays et qui peut capter jusqu’à 99,0% de ressources par la corruption. La vraie lutte contre la corruption passe par l’instauration d’un système de gouvernance puissant devant combattre principalement le 1%.Ensuite, il reconnait que tous les pays émergents sont en train de percer grâce au leadership et gouvernance de qualité. Donc, la RDC n’émergera sans ce binôme, a-t-il lâché avant de marteler, ce dernier ne s’obtiendra jamais de l’extérieur du pays, ni du FMI, de la BM moins encore de la BAD. Mais, ce binôme est disponible plutôt en RDC et planté en chacun d’entre les congolais depuis la naissance, a soutenu Matata Ponyo. Pour terminer, le Premier ministre honoraire a évoqué les performances réalisées pendant son mandat au sommet du Gouvernement sur le plan macro-économique, de la reconstruction, des infrastructures et autres.

FDA

Autres titres

N-K:” Bazizane ternie l’image de la femme congolaise en tenant des propos “indignes ” contre le mouvement” Lucha

Kabumba Katumwa

Incursion de l’armée sud-soudanaise en RDC: sur la voie d’une solution

Kabumba Katumwa

RDC- CENI: La police disperse la marche du CLC, Lucha et Filimbi contre la désignation de Ronsard Malonda.

Kabumba Katumwa

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus