congosynthese

Candidatures aux provinciales: confusion à la MP !

Une réunion de crise bientôt convoquée au sein de la Majorité  pour tenter de sauver les meubles au sein de cette composante, après la détection de doublons sur ses listes déposées à la CENI

A quelques mois de la tenue des élections présidentielle, provinciales, et législatives nationales, prévues le 23 décembre prochain en République Démocratique du Congo, rien ne rassure sur la crédibilité qui devrait entourer ces scrutins, censés permettre à ce vaste pays au cœur de l’Afrique de vivre enfin sa première alternance démocratique.

Ces inquiétudes, partagées par une frange importante de l’opinion nationale, sont  justifiées non seulement par l’absence de consensus de la classe politique sur la fameuse machine à voter imposée par la CENI, mais aussi par la présence de nombreux électeurs sans empreintes digitales, comme venait de le révéler le rapport d’audit effectué dernièrement par les experts de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Comme si ces anomalies ne suffisaient pas pour faire planer le doute sur les résultats qui sortiront des urnes, la Majorité au pouvoir (MP) vient de mettre sa part de recette au désordre en entretenant délibérément la confusion au sein de sa propre famille politique autour des listes que la MP vient de déposer à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Des sources généralement bien informées on apprend en effet que la liste de candidats députés provinciaux déposée par la MP à la CENI sème la confusion non seulement vis-à-vis de la centrale électorale, mais dans l’esprit de plusieurs de ses regroupements alliés. Car, sur cette liste, la MP se présente curieusement comme un regroupement politique, alors qu’elle n’est qu’une composante politique.

La confiance des partis alliés entamée

En présentant la MP comme un regroupement sur la liste des candidats députés provinciaux de cette composante déposée à la Commission Electorale Nationale Indépendante, l’auteur de cet acte ignorait-il qu’il venait de soumettre des doublons au serveur de la centrale électorale ? Toujours est-il que certains partis alliés de la MP se sont retrouvés avec des candidats repris deux fois pour un même siège à pourvoir aux provinciales.

Ces doublons, apprend-on, auraient été rejetés par le serveur de la centrale électorale. Une situation qui vient créer une crise de confiance dans le chef de certains partis alliés, qui redoutent que le secrétaire général de la MP profite de la confusion ainsi créée pour écarter certains candidats MP des listes déposées à la CENI pour les provinciales.

S’agissait-il  d’une omission ou d’une confusion délibérément entretenue ? La question doit vite être clarifiée par le secrétaire général de la MP, qui n’est autre que l’actuel président de l’Assemblée nationale. C’est ce qui expliquerait l’imminence de la convocation d’une réunion de crise, devant mettre autour d’une même table tous les alliés de la Majorité présidentielle, indiquent nos sources.

En attendant la tenue de cette réunion, cet incident qui est loin d’être négligeable vient ajouter de l’eau au moulin de nombreux  observateurs qui n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme sur le risque d’une tricherie à grande échelle, que fait redouter l’introduction de la fameuse machine à voter dans le dispositif électoral que la CENI a mis en place pour les scrutins du 23 décembre prochain.

 » Machine destinée à tricher »

Loin de faire unanimité au sein de l’opinion nationale, la machine à voter à laquelle s’accroche la CENI pour les résultats qui sortiront des urnes le 23 décembre prochain est considérée par l’Opposition congolaise et une bonne partie de la société civile comme une  » machine destinée à tricher « . La crédibilité de cet outil est également remise en cause par certains experts au niveau international.

A six mois de ces élections, le mystère reste aussi entier quant à la candidature de l’actuel chef de l’Etat pour la présidentielle, alors que la Constitution en vigueur le disqualifie dès lors qu’il a déjà épuisé ses deux mandats constitutionnels. Jusqu’à quand Joseph Kabila va-t-il continuer à entretenir le suspens avant de se décider de présenter enfin un dauphin ? Les jours à venir promettent d’être riches en rebondissements sur le plan politique en RDC.

Par DMK


Autres titres

RDC: la résidence du porte-parole de la majorité cible de “tirs nourris”

Deo

Processus électoral : le Parlement et le Gouvernement d’accord avec la Ceni

Deo

Beni: Une incursion des rebelles ADF fait 12 morts, plusieurs enlevés et des maisons pillées.

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus