congosynthese

Bon à savoir : André Bukia lance sa fondation ABUK

Si aujourd’hui André BUKIA peut profiter de tous les avantages liés à son statut de footballeur professionnel en Europe, la vie et le parcours de ce jeune de Barumbu n’a pas été des plus facile. Raison pour laquelle, il s’est lancé il y a 3 mois dans la création d’une association pour venir en aide aux démunis, lui qui a connu des moments difficiles avant de rejoindre l’Europe grâce au football.

Léopardsfoot : Depuis quelques temps, on te voit passer des messages sur les réseaux sociaux à propos de la Fondation André Bukia. Peux-tu nous en dire plus ? 
André Bukia : Bonjour, oui, c’est une fondation que j’ai créé il y a 3 mois pour venir en aide aux orphelins, aux démunis et aux malades du Congo.

Léopardsfoot : Pourquoi et comment t’es venue l’idée de créer cette fondation ? 
André Bukia : Simplement parce que moi aussi j’ai beaucoup souffert à Kinshasa. Je sais, ce que c’est que de manquer à manger dans la journée. Je sais ce qu’on appelle la souffrance car je l’ai moi même vécu. C’est de là que m’est venue l’idée de créer cette fondation. Je ne gagne pas beaucoup mais j’ai décidé de partager le peu que je peux avoir et surtout de profiter de mes contacts ici au Portugal pour récolter des dons en faveur des démunis du Congo.

Léopardsfoot : Ce n’est donc pas suite à un effet de mode que tu t’es lancé dans ce projet ? 
André Bukia : Non nullement un effet de mode. Comme je vous l’ai dit, j’ai passé des moments difficiles au Congo. Je sais ce que c’est ! J’ai grandi à Barumbu où pour beaucoup, avoir une paire de crampons était un luxe tout comme manger à sa faim… Le football était un moyen d’oublier, l’instant d’un match, toute cette pénibilité de la vie. C’est pour cela que je remercie le seigneur qui grâce à la fondation Aziz Makukula et son tournoi, j’ai pu rejoindre l’Europe.

André Bukia lorsqu’il évoluait encore à Kinshasa

Léopardsfoot : Comment tu comptes t’organiser avec cette fondation ? Depuis quelques années on voit beaucoup de footballeurs congolais se lancer dans de tels projets mais après plus rien ? 
Léopardsfoot : Comme je vous l’ai dit précédemment, je n’ai pas lancé cette fondation par effet de mode. Je le fais parce que moi même je viens de cette souffrance. Aujourd’hui tant que j’aurais un peu à partager, je le ferais. Mais bien entendu avec le peu que je gagne, je ne peux pas faire de miracles. C’est pour cela qu’on va y aller progressivement. J’ai déjà installé un bureau à Kinshasa. Nous avons mis en vente des tee-shirts et nous comptons organiser un match de bienfaisance cet été à Kinshasa avec la collaboration de la fondation Trésor Lualua. Je suis d’ailleurs en train de planifier mon prochain départ à Kin.  Je suis également en train de contacter des associations ici au Portugal pour nouer des partenariats qui nous permettrons de développer pourquoi pas des actions sociales de plus grandes ampleurs.  C’est pour dire qu’il y a des idées, mais on avance petit à petit.

Léopardsfoot : On ne saurait te quitter sans te demander comment cela se passe actuellement dans ton club ? 
Léopardsfoot : Comment vous avez pu le constater, j’ai quitté Boavista. Je suis actuellement à Arouca en D2, où j’ai signé un contrat de 3 ans. Arouca est un club qui a disputé l’Europa Ligue la saison dernière avant de descendre. Cette année, ils sont descendu en 2ème division et on avait pour objectif de remonter en L1. Malheureusement nous avons fini 5ème. Mais c’est un club ambitieux, c’est ce qui me plait.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Autres titres

CAF-C2: Vclub perd le titre face à Raja (0-3/3-1)

Deo

Caf-C2: Raja sanctionné contre Vclub

Deo

Déception, urgence et incertitudes après le retrait de la CAN 2019 au Cameroun

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus