congosynthese
  • Home
  • Actualité
  • Beni : encore 4 civils tués à Mavivi-Ngite par des présumés ADF
Actualité

Beni : encore 4 civils tués à Mavivi-Ngite par des présumés ADF

Au moins quatre personnes ont été tuées et quatre autres blessées par les rebelles présumés de Alied Democratic Forces (ADF) dimanche 22 juillet 2018 à Mavivi-Ngite, territoire de Beni à environ 15 kilomètres au nord de la ville de Beni.

Tout est parti par la découverte de deux corps des civils tués par des présumés ADF à Masulukwede au Nord-Est de la localité de Ngite dans l’avant midi. Les victimes toutes habitants de Ngite ont été amenées dans leurs familles l’après midi. À l’arrivée des corps, une pagaille a gagné le chef de la population. Les Forces armées de la RDC se sont affrontés à ces rebelles. Les détonations des armes lourdes et légères entendues dans la localité ont provoqué un déplacement sans précédent de la population.
Aux environs de 18 heures locales, les assaillants ont fait apparition dans la population. Ils ont crépité plusieurs coups de balles. Une panique généralisée a régné . Deux autres personnes ont été tuées lors de cette nouvelle attaque et quatre autres blessées tel qu’a expliqué cheik Jamali Musa vice président de la société civile locale. « les assaillants venaient de tuer deux personnes à Masulukwede l’avant midi. Nous pensions que l’ennemi a pris fuite après avoir été frappé mais il est resté à 2 kilomètres.
À 18 heures, ils sont venus derrière le camp militaire. Ils ont encore tué deux personnes ce qui fait le bilan de quatre morts dont 3 hommes et une femme. Les blessés sont quatre,… ». Le président des forces vives du Groupement Bathangi-Mbau confirme que des victimes étaient tuées ou blessées par armes blanches et en feu. Les corps ont été levés des lieux de crime ce lundi 23 juillet et les blessés poursuivent les soins dans des structures de santé de Beni. Cette source ajoute que la nouvelle d’au moins 15 personnes n’est pas connue depuis cette attaque. La société civile dénonce “la non prise en valeur” de l’alerte sur la présence de ces assaillants à Ntoyi avant que les dégâts ne soient enregistrés. « Les assaillants ont pillé plusieurs biens dans cette localité. Ils ont crépité plusieurs coups de balles dans un bon moment. Depuis leur incursion, il n’y a jamais eu des balles qui ont persisté comme hier »a-t-il ajouté. Il indique que les assaillants parmi lesquels les femmes et les enfants auraient pris la direction de Nzuma, Vemba et Malolu dans le Mayangose.
Des enfants séparés des familles lors du déplacement

Un déplacement massif de la population a été observé jusque tard la nuit. Nombreux se sont dirigés en ville de Beni. Ils se réunissaient au rond-point ENRA et Nyamwisi, en entendant de se diriger dans des familles d’accueil. Plusieurs enfant ont été séparés de leurs familles. Ce lundi, c’était la réunification des enfants et leurs parents.
Une attaque repoussée selon les FARDC
Le porte parole militaire dans l’opération sukola 1 parle d’une attaque repoussée par les forces armées de la RDC. Capitaine Mack Hazukay qui confirme que la sécurité est déjà sous contrôle, appelle la population à ne pas paniquer et renouveler sa confiance à son armée. « L’enemi a commencé par nous tendre une embuscade en profondeur à Masulukwede. Nos patrouilles des éléments du 3414me Régiment se sont battus avec les assaillants dans la profondeur. Le soir ils ont tenté d’attaquer Mavivi mais nos forces les ont étouffé. L’ennemi est actuellement affamé et tente par tout les moyens d’accéder aux champs et pharmacie pour se ravitailler en produits pharmaceutiques.
Relâchement d’une dizaine d’otages
Le porte parole de l’armée a confirmé le retour de plusieurs otages suite à la pression des FARDC exercée sur l’ennemi. Le cas le plus récent c’est celui du weekend où six femmes se sont échappés des mains des assaillants après des violents combats. « Ça fait tant ,nous assistons au retour de plusieurs otages grâce à la pression militaire exercée sur l’ennemi. Il ya un mois nous avons enregistré une dizaine. Le weekend dernier ce sont six femmes qui se sont rendus dans ce sens grâce à la pression sur l’ennemi sur la route Mbau-kamango. Nous appelons d’autres qui sont encore otages dans cette forêt de se diriger vers nos positions car l’armée y effectue des patrouilles» a expliqué, le capitaine Mack Hazukay. Cet officier des FARDC indique que l’armée a déjà tué plusieurs commandants de cette rébellion (ADF). Il parle aussi de la mort du fils de Jamil Mukulu (présumé chef des ADF) tué par ses propres éléments.


Autres titres

Joseph Kabila est arrivé à Windhoek pour participer au 38ème sommet de la SADC

Deo

Mandat d’arrêt international contre Moïse Katumbi

Deo

Processus électoral : Monsengwo a donné des conseils à Muzito

Deo

Laisser un commentaire

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus

Login

Do not have an account ? Register here
X

Register