fbpx
congosynthese.com

Afrique du Sud : Zuma dénonce une « violation de ses droits » et défie les juges

zuma

L’ex-président sud-africain Jacob Zuma a dénoncé, dimanche, devant une foule de ses partisans, une « violation de ses droits » par les juges qui l’ont condamné à la prison ferme. Le leader charismatique a ensuite confirmé devant la presse qu’il ne se constituerait pas prisonnier.

En Afrique du Sud, dimanche 4 juillet marquait la date butoir pour que Jacob Zuma se rende aux autorités. Défiant la justice de son pays, l’ancien président a dénoncé devant une foule de partisans une « violation de ses droits » par les juges qui l’avaient condamné à de la prison ferme.

« Mes droits constitutionnels ont été violés par ces juges », a lancé le leader charismatique devant les centaines de fidèles qui se sont rassemblés, au cours des derniers jours, devant sa résidence de Nkandla dans la campagne zouloue (Est). Il a confirmé peu après qu’il ne se rendrait pas.

« Pas besoin que j’aille en prison aujourd’hui », a déclaré l’ancien président sud-africain lors d’une conférence de presse dans son fief du Kwazulu-Natal.

M. Zuma, 79 ans, condamné à 15 mois de prison ferme par la Cour constitutionnelle pour avoir à plusieurs reprises refusé de témoigner dans le cadre d’enquêtes pour corruption d’État, a jusqu’à dimanche inclus pour se rendre de lui-même aux autorités. Sans quoi, la police a reçu ordre de l’arrêter dans les trois jours pour le conduire dans une prison, où il commencera à purger sa peine.

Mais la Cour a accepté samedi une demande du politicien stratège pour qu’elle revoie son jugement, dans une manoeuvre pour éviter d’être placé derrière les barreaux au moins jusqu’à la nouvelle audience fixée au 12 juillet.

« Quand j’ai vu la police ici, je me suis demandé comment ils allaient arriver jusqu’à moi, comment ils allaient passer à travers tous ces gens », a lancé l’ancien président, volontiers provocateur, en direction de ses soutiens qui ont scandé son nom lorsqu’il est apparu sur scène.

Si la police « vient ici pour arrêter Ubaba (le père, en zoulou), elle devra commencer par nous », a déclaré à l’AFP Lindokuhle Maphalala, l’un de ses partisans.

Décision sans appel

En théorie, la décision de la Cour constitutionnelle de réexaminer la condamnation à 15  décision ne suspend pas le jugement et, sauf décision contraire, Jacob Zuma doit toujours se constituer prisonnier. 

« L’audience a été fixée au 12 juillet », a déclaré la plus haute juridiction du pays qui a condamné, mardi 29 juin, l’ancien dirigeant, 79 ans, pour avoir à plusieurs reprises refusé de témoigner dans le cadre d’enquêtes pour corruption d’État. Cette décision, qualifiée d' »historique », ne peut normalement pas faire l’objet d’un appel.

Autres titres

Les groupes parlementaires proches de Katumbi promettent de bloquer la loi sur la nationalité

deo

CCE : le Gouvernement met le cap sur un objectif de 3 milliards USD de réserves de change

deo

Le coût du projet chemin de fer Kindu-Uvira-Bujumbura-Kitega

deo

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus