congosynthese

Affaire Coup d’Etat monté et manqué de 1975 : Lisanga Bonganga, Bernard Kasusula et le colonel Alphonse Muarabu attendus ce vendredi à la HCM

Invités en qualité de renseignants, ces deux anciens membres de la Commission des  Assassinats et Violations des droits de l’homme de la CNS sont appelés à éclairer la justice militaire sur les déclarations du général Singa et du Lieutenant Kabamba sur cette affaire sous examen

La Haute Cour Militaire(HCM), siégeant en matière de Révision  dans le dossier  inscrit au RR N° 001/2010 dans l’affaire sénateur Raymond Omba Pene Djunga contre l’Auditeur Général et le Ministère Public, dans ce qui est connu comme   » Coup d’Etat monté et manqué  de 1975  » auditionnera au cours de son audience publique de ce vendredi 13 juillet courant Bernard Kasusula, président de la Commission des  Assassinats et Violations des droits de l’homme de la Conférence Nationale Souveraine (CNS) , Jean-Pierre Lisanga Bonganga, ministre dans le gouvernement Tshibala et ancien membre  de cette commission phare pour éclairer la religion de la plus haute instance judiciaire militaire de la RDC sur les déclarations du général Singa et du Lieutenant Kabamba à la CNS sur cette affaire sous examen.

La HCM auditionnera également le Colonel Alphonse Muarabu, commandant pilote VIP à la Présidence de la République sous Mobutu, condamné dans la même affaire.  Lisanga Bonganga, Bernard Kasusula et le colonel Alphonse Muarabu  comparaissent comme renseignants et non comme témoins comme le pensent certains médias dans leur livraison d’hier. Et leur audition intervient après celle de Dr Kabamba Mbwebwe, ancien rapporteur de la Commission des  Assassinats et Violations des droits de l’homme de la CNS.

Il y a  prêt de 10 ans après l’introduction de la requête tendant à obtenir la révision de l’Arrêt du Conseil Général de Guerre de 1975 par le sénateur Omba, ancien chef de la sécurité de  feu le président Mobutu, suite aux déclarations faites par le Lieutenant Kabamba, du haut de la tribune de la conférence Nationale Souveraine(CNS), affirmant qu’il a été manipulé par le président Mobutu pour nuire aux officiers supérieurs et subalternes de l’armée, ainsi qu’aux civils dont le sénateur Omba, aujourd’hui requérant.
Le sénateur Omba  est toujours assisté par ses avocats, Me Franck Mulenda  et Me Swala Tenabole, tous avocats au Barreau de Kinshasa/Gombe.

Eclairer la Haute Cour Militaire  

La Haute juridiction militaire tient à entrer dans le fond du dossier. C’est ainsi que dans une de ses audiences publiques, elle a auditionné le Dr Kabamba Mbwembwe et Bernard Kasusula, respectivement Rapporteur et président de la Commission Assassinat de la Conférence Nationale Souveraine.

Notons que le Dr Kabamba Mbwembwe et  Bernard Kasusula ont été déjà entendus par la HCM, mais la plus haute instance judicaire militaire congolaise veut être mieux éclairée par les auditions de ces personnalités, afin d’aller au fond de cette affaire et entamer rapidement la plaidoirie dans les jours à venir.

Bien avant, la HCM avait adressé des correspondances au Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, ancien président du Haut-Conseil de la République/Parlement de Transition et à Evariste Boshab, ex- président de l’Assemblée, pour avoir les documents authentiques de la  Commission  des Assassinats et violations des droits de l’homme de la Conférence Nationale Souveraine. Mais le problème des archives se pose.

Ancien Secrétaire particulier du président Mobutu et Directeur de la Sécurité,  le colonel Omba avait été injustement condamné avec d’autres officiers supérieurs de l’armée, sans la preuve de leur association avec les soit disant conspirateurs, accusés par le régime Mobutu d’être en intelligence avec les Etats Unis d’Amériques pour attenter à sa vie.

Il s’agit entre autres des Généraux Katsuva, Falu, colonels Omba, Mudiayi, Muarabu, Major Mpika, Lieutenant Kabamba. Soulignons que la requête tendant à obtenir la révision de l’arrêt du Conseil général de Guerre, introduite par le sénateur Omba, est la première à être déposée à la Haute Cour Militaire, avant celle de Simon Kimbangu qui elle, avait été traitée en toute célérité.

Par GKM

(Visited 2 times, 1 visits today)

Autres titres

URGENT/Mbuji-Mayi: Baricades Et Police Attendent Félix Tshisekedi

Deo

Kalemie : « Aucun bilan faisant état de mort d’hommes » (Lambert Mende)

Deo

Incendie à l’entrepôt de la CENI: Plusieurs milliers de machines à voter brûlées

Deo

1 commentaire

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus