congosynthese

A. Muzito : « Fayulu Est Bel Et Bien Le Candidat Commun De L’Opposition »

Les sept ténors de l’Opposition, sans exception, se sont donné rendez-vous à Genève, en Suisse, pour dégager le nom de celui qui portera la voix de l’Opposition en décembre prochain. C’est finalement Martin Fayulu, président de l’ECiDé, qui a été plébiscité. Malgré les défections dans les rangs, Adolphe Muzito, signataire de l’accord de Genève, y croit jusqu’au bout. A Genève, dit-il, le chemin de l’alternance démocratique a été balisé.

Par Le Potentiel

En marge des discussions de Genève, il a été demandé à chaque candidat président de mettre de coté son égo pour sortir cet oiseau rare capable de tenir tête à Emmanuel Shadary, le dauphin de Joseph Kabila. Des pressions énormes ont été exercées sur les sept ténors de l’Opposition pour que la candidature commune de l’Opposition soit une réalité.

Jean-Pierre Bemba a promis de battre campagne pour le candidat commun et de gagner avec lui. Moïse Katumbi qui ne se bat que pour les intérêts du peuple congolais, a également promis son soutien au candidat commun. Pendant trois jours, ces responsables politiques vont travailler pour offrir à la nation congolaise le candidat de l’alternance, la vraie.

Alors qu’on s’attendait à ce que les choses évoluent dans le bon sens, lundi dernier, Félix Tshisekedi de l’Udps et Vital Kamerhe de l’UNC ont créé la surprise en se retirant de l’accord de Genève. Raison évoquée : les diverses pressions reçues de leurs bases respectives. Une fuite en avant qui ne dit rien.

En réalité, les deux leaders de l’Opposition, sans doute, en connivence avec le pouvoir en place, se sont retrouvés en mauvaise position. Ils devaient inévitablement posé un acte dans le sens de rassurer leur partenaire de la majorité au pouvoir.

Quoi qu’il en soit, les fondements de l’accord de Genève sont restés intacts.

C’est avec les cinq autres leaders, notamment Moise Katumbi d’Ensemble pour le changement, Jean-Pierre Bemba du MLC, Adolphe Muzito de Nouvel élan, Martin Fayulu de la Dynamise pour le changement et Freddy Matungulu de Syenco, que se négociera, à coté du peuple congolais tout entier, l’alternance démocratique en décembre prochain.

Adolphe Muzito y croit fermement. La volte-face de Fatshi et Kamerhe aura juste permis d’éloigner les loups de la bergerie. À ce jour, le peuple, plus jamais mature, sait de quel côté se trouvent ses intérêts.

Fayulu, l’homme de l’alternance

La désignation de Martin Fayulu comme candidat commun de l’Opposition a certes provoqué des réactions. Mais, elle aura aidé l’Opposition à nettoyer son écurie.

L’ancien Premier ministre Adolphe Muzito est de ceux qui ont pris part à ces négociations. Pour lui, Martin Fayulu est bel et bien le candidat commun de l’Opposition. Il a été choisi par tout le monde y compris ceux qui ont retiré leurs signatures après coup.

De l’avis de M. Adolphe Muzito, le fait pour Fayulu de dire qu’il est porte-parole de ses pairs ne veut pas signifier qu’il ne serait pas un vrai candidat commun.

« Fayulu est bel et bien le candidat régulièrement choisi par l’Opposition »

Les rétropédalages enregistrés ne sont que des épiphénomènes qui n’ébranlent pas ceux qui ont décidé de soutenir Fayulu, clame Muzito.

Contrairement aux versatiles, l’accord de Genève survivra. Les cinq qui sont restés dans la barque ont juré de le pérenniser.

Cet accord représente le socle de l’alternance démocratique. L’Udps ou l’UNC peut bien se dédire, l’accord de Genève est là.

À l’instar de l’accord de Lusaka de 1999 qui a pris du temps pour prendre corps, avant d’être finalement formalisé à Sun City par la signature de l’accord global et inclusif qui a consacré la naissance de la 3ème République, l’accord de Genève scelle un pacte républicain qui ouvre grandement la voie de l’alternance démocratique.

En réalité, il a fallu passer par Genève pour découvrir la face cachée de ceux qui prétendent travailler pour le peuple.

En effet, ni Fatshi, encore moins Kamerhe ne sont inscrits dans cette dynamique. Depuis toujours, ils ont été guidés par leur égo, se cachant, comme ce fût le cas lundi dernier, derrière une base virtuelle pour justifier leur trahison.

L’Opposition a déjà trouvé son candidat commun pour la présidentielle de décembre 2018. C’est Martin Fayulu. Le peuple congolais, qui n’est plus dupe, a compris le jeu de ceux qui ont retiré leurs signatures, prétextant s’être pliés à la volonté de leur base. Que nenni !

Derrière leur action, c’est le pouvoir auquel ils ont été toujours inféodés qu’ils ont juste honoré. Le peuple – moins encore leur base – n’y est pour rien.
On a attendu le candidat commun de l’Opposition. Il est connu depuis l’accord du 11 novembre conclu à Genève. L’Udps et l’UNC n’y changeront rien. Bien au contraire. En s’éloignant de cet accord, les deux leaders ont rompu le seul pacte qui le rapprochait encore du peuple. Désormais, leur place se trouve au Front commun pour le Congo, à côté d’Emmanuel Ramazani Shadary, dauphin du président Joseph Kabila à la présidentielle du 23 décembre 2018.

(Visited 4 times, 1 visits today)

Autres titres

Corneille NANGAA supervise le convoi des fiches des résultats et PV vers l’intérieur du pays.

Deo

Présidentielle : le FCC accuse Tshisekedi d’inciter à la violence après son appel à contester les résultats si « Shadary est proclamé vainqueur »

Deo

Kikwit: Martin Fayulu s’engage à développer la RDC s’il est élu président

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus