congosynthese

A l’ONU, Joseph Kabila dénonce l’ingérence et redemande le départ de la Monusco

joseph_kabila_onu

Le Président de la République, Joseph Kabila Kabange, a réaffirmé, dans son discours du haut de la tribune de la 73ème Assemblée générale de l’ONU à New York, le caractère irréversible des élections prévues avant la fin de cette année en RDC.

« Toutes les activités prévues dans le calendrier électoral en vue des prochains scrutins ont été à ce jour tenues », a relevé le Chef de l’Etat qui a affirmé que « tout sera mis en œuvre afin de garantir le caractère apaisé et crédible dédits scrutins, gage de la consolidation de la stabilité politique et économique dont la RDC a tant besoin pour son émergence ».

Par ailleurs, après avoir noté avec satisfaction que la paix s’est consolidée au centre du pays, le Président de la République a indiqué que le défi de la sécurité reste entier dans le Nord-Est du pays, ajoutant que les dernières attaques terroristes contre les populations civiles dans cette partie du pays constituent un défi à tous ceux qui ont à cœur la défense du monde libre.


« Ces attaques ne vont cependant pas avoir raison de la détermination du gouvernement de renforcer ses efforts afin de rétablir la paix et de sécuriser le processus électoral », a-t-il rassuré. « Nous ne saurons pas faire de l’ONU une organisation pour tous si l’ingérence caractérisée de certains gouvernements dans les affaires relevant sans aucun doute de la politique intérieure des Etats en violation des règles qui la régissent est dangereusement tolérée sinon banalisée », a en outre indiqué le Chef de l’Etat.

C’est ce qui explique la position du gouvernement de la RDC « de dénoncer et de s’opposer à toute ingérence dans le processus électoral en cours dans notre pays », a-t-il dit.

Le Chef de l’Etat a également exigé le retour aux fondamentaux en matière de démocratie et des droits de l’homme, un des sujets à la base de la diplomatie à géométrie variable instrumentalisée à outrance par certains pour affaiblir sciemment des pays qui ont pourtant décidé de se tourner résolument vers le progrès.

« La RDC quoique vieille seulement de 58 ans d’âge et d’une quinzaine d’années de démocratie est fière aujourd’hui de partager son expérience en la matière, tant au sein du Conseil des droits de l’homme dont il est membre que dans d’autres fora régionaux et internationaux et ce en toute humilité et sans complexe ayant présent à l’esprit que le chemin à parcourir reste encore long », a dit le Président de la République.

On ne peut, a-t-il encore estimé, faire de l’ONU une organisation pour tous au profit des sociétés durables tant que la faune et la flore des pays détenteurs de grands massifs forestiers ne serviront que d’ornements sous le prétexte bien choisi de constituer le poumon de l’humanité, sinon de réparateur des dégâts environnementaux causés par les industries du nord, si en même temps aucune volonté réelle d’allouer des contreparties conséquentes à nos populations ne cristallisent les engagements maintes fois souscrits mais jamais tenus.

Il a également relevé, au nom de l’équité aujourd’hui mise en exergue,  que l’Afrique souhaite mieux faire entendre sa voix au sein de l’ONU  en écho aux attentes de ses populations qui réclament davantage de représentativité au sein de cette organisation de portée universelle dont l’essentiel de ses actions de maintien de la paix concerne le continent.


Le gouvernement réitère son exigence du retrait de la force onusienne de la RDC

20 ans après le déploiement des forces onusiennes en RDC, et en raison de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel, le gouvernement congolais, a dit le Président J. Kabila, réitère son exigence de début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale. Cependant, a-t-il déclaré, la RDC se tiendra toujours aux côtés de l’ONU aussi longtemps que celle-ci restera elle-même à notre côté parce qu’elle incarne l’aboutissement le plus concret des efforts de tous pour la paix et le bien-être de notre planète.

Le Président de la République s’est enfin réjoui des progrès réalisés par la RDC qui, il y a encore quelques années, était confinée au rang d’Etat faillite mais qui, aujourd’hui, affiche des ambitions d’émergence incontestables tant les signaux économiques, sécuritaires et politiques sont encourageants.

Il reconnait cependant que les défis qui se dressent devant son pays, ne sont pas moindres mais qu’ils ne peuvent infléchir sa foi en un avenir radieux pour la RDC.

 

Lire la déclaration du président Kabila 


Autres titres

« CLANDESTINS » PARTOUT : Les Congolais victimes d’un Etat fragile

Deo

Congolais expulsés, droits humains violés. Angola : Kinshasa menace de saisir les instances internationales compétentes !

Deo

FAILLITE, PAUVRETE VOICI LE PLAN MUZITO POUR REDRESSER LA RDC

Deo

Laisser un commentaire

* By using this form you agree with the storage and handling of your data by this website.

En continuant votre navigation sur ce site, vous en acceptez les conditions générales d'utilisation, et notamment notre politique de gestion des cookies. J'accepte Lire Plus